Aller au contenu principal

Terres et Bocages fait revivre des techniques anciennes.

Mi février, l'association Terres et Bocages a initié pendant deux jours des agriculteurs à la formation et l'entretien des jeunes arbres et des haies bocagères. Les personnes présentes ont découvert une technique ancienne, le "plessage", qui consiste à former une haie-clôture naturelle.

Sous un beau soleil, les participants s'activent autour du formateur Franck Viel. Peu à peu la haie plantée de jeunes arbres prend forme. Les branches taillées et inclinées, garnies de branchages et de feuillages secs, renforcées par des piquets, créent mètre après mètre une haie-clôture naturelle. Plesser une haie est une technique ancienne que le sarthois Franck Viel de l'association "Passages" est venu faire revivre à la demande de Terres et Bocages au Gaec Amice Valo à Trédaniel. 
Une haie-clôture vivante
"On taille les arbustes les uns après les autres pour les coucher et les entrelacer de part et d'autre de pieux, et enfin on réalise une tresse sur le sommet", explique le spécialiste. "C'est une sorte de demi-recépage", d'où des rejets repartiront au printemps. Cette technique ancestrale était déjà pratiquée à l'époque de la guerre des Gaules pour briser les charges de cavalerie et ce, jusque dans les années 60, "où les baux ruraux faisaient encore mention du plessage des haies en hiver en période de morte sève". Cette technique ancienne a donné son nom à des lieux-dits (Le Plessis...). "A l'époque, on tirait profit de toutes les ressources", ajoute Franck Viel. Et la main d'oeuvre était bien plus importante qu'aujourd'hui. 

Vulgariser les techniques de la haie
L'association Terres et Bocages, à la base, accompagne les agriculteurs dans la plantation des arbres, le choix des essences, la taille de formation... Avec cette philosophie que l'agriculteur s'approprie lui-même la gestion de ses haies. "Nous avons une déontologie", précise Dominique Simon, son président, producteur de lait bio à Planguenoual, "c'est que l'agriculteur devienne autonome. Nous faisons de la vulgarisation". Ici les agriculteurs s'investissent manuellement et financièrement. Les plantations se font en groupe sous la houlette du technicien Thierry Guéhenneuc qui organise les chantiers. 15 000 arbustes ont été plantés en un an, 60 000 depuis la création de l'association. "Nous avons une adhésion qui permet d'avoir les plants au prix coûtant", explique-t-il.
La démarche est née à Trédaniel en 2008 avant de s'étendre à Plessala, Trébry, Plémy, Plangenoual... "L'originalité était de nous prendre en charge nous-mêmes ; de planter et d'entretenir avec l'accompagnement d'un technicien, dans une gestion durable", expliquent Mado Valo et Pierre-Yves Aignel, agriculteurs et membres fondateurs de l'association. "Nous avons appris à tailler les arbres et les entretenir. Nous avons découvert pleins de choses, de la taille jusqu'à la valorisation sous forme de BRF (1)", témoignent-ils. Le but pour Terres et Bocages est de relier le système d'exploitation au système environnemental. L'association d'une cinquantaine d'adhérents modère le recours aux subventions pour une question d'autonomie encore une fois et préfère recueillir des fonds privés comme Yves Rocher ou Triballat.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le Space sera bien là en 2021, à Rennes
Le salon de l'élevage fait son grand retour à Rennes. Entre soulagement, fierté et impatience, les organisateurs du Space livrent…
Marché foncier en croissance, des prix qui continuent de progresser
Un an de crise sanitaire n'auront pratiquement eu aucune incidence sur l'activité du marché foncier et de la Safer. Mieux, le…
Choucas : du blé pour camoufler le maïs
Ravageurs, désherbage du maïs et pression des maladies sur céréales…, programme dense à la réunion bout de champ Agrocultures,…
Porcs : les éleveurs demandent la fin de la castration
"On bute sur le mur des abatteurs… Si le gouvernement ne nous aide pas, ça va être compliqué". Mardi dernier, l’association pour…
Les Entreprises des territoires en recherche constante de reconnaissance
Les entreprises des territoires (EDT) se réunissaient encore une fois en viso conférence pour l’assemblée générale 2021. l’…
L’agriculture intensive et le hors sol : une chance pour la Bretagne

Productiviste, industrielle et intensive à outrance : voilà les qualificatifs réducteurs et mensongers dont certains ne…

Publicité