Aller au contenu principal

Désherbage mécanique
Testez le gratuitement sur le BV du Scorff

Pour éliminer des adventices sans herbicide, le désherbage mécanique a fait ses preuves en agrobiologie. Une technique que des agriculteurs conventionnels ont décidé de tester sur le bassin versant du Scorff qui accueille 500 exploitations et fête.

si la herse étrille convient à un stade plus précoce de maïs pour désherber mécaniquement, la bineuse mécanique est optimale sur un stade 5-6 feuilles.
si la herse étrille convient à un stade plus précoce de maïs pour désherber mécaniquement, la bineuse mécanique est optimale sur un stade 5-6 feuilles.
© terrza

 

"Cela a permis de désherber. Mais en plus, la couche de battance  qui s'était formée à la suite du semis arrosé par 40 mm de pluie le soir même, a été cassée. Le développement végétatif de la parcelle de maïs qui a été binée est plus belle que celle d'a coté". Une semaine après l'intervention, Bertrand Lombart, éleveur laitier en Gaec à Inguiniel, ne regrette pas l'expérience.  A Lochrist, les trois associés installés avec 720 000 litres de référence sur 170 Ha et des taurillons de race Montbéliarde,   se sont prêtés au test proposé en partenariat par la Chambre d'agriculture, le Gab et le syndicat du bassin du Scorff avec 20 autres agriculteurs du Basssin versant.  "C'est une solution à laquelle on réfléchit très sérieusement, avec nos 50 Ha de Maïs et 50 autres de céréales, bientôt on aura des molécules en moins pour traiter, il faut trouver des solutions" poursuit-il. La semaine précédente, c'est sur Plouay que la démonstration de houe rotative et herse étrille avait eu lieu sur un maïs à un stade 4 feuilles. "Au stade 5-6 feuilles, il fallait la bineuse, c'est le bon moment, le maïs est assez haut pour être butté et suffisamment souple  pour ne pas casser, après il devient trop fragile" décrit Christophe Lefèvre, animateur du GAB 56.

 

Réduire les herbicides

"Les conditions étaient idéales", reconnaît l'éleveur d'Inguiniel qui a vu les adventices, racines à l'air, sécher dans la semaine. "Le maïs biné est plus vigoureux, le binage c'est un arrosage" répète t-il. Quant au coup de pouce pour la minéralisation des matières organiques, "c'est à voir, il faudrait faire une analyse du jus de bas de tige", convient-il, convaincu par le test réalisé chez lui. "Nous avons eu cette année un itinéraire cultural classique mis à part 4 ha en non labour. Nous avons comparé, le temps de travail, le gasoil, l'usure des pièce pour voir ce qui est le plus gourmand" explique l'éleveur qui, avec ses associé, n'écarte aucune solution. "Si on limite à l'avenir le labour, on sera obligé d'alterner désherbage mécanique et chimique". Reste à trouver le matériel disponible. Chambre d'agriculture et Gab 56 travaillent sur le sujet. Cuma et entreprises ne sont pas totalement démunis d'un matériel utilisé préférentiellement en agrobiologie mais dont la technique "permet d'apporter une contribution à l'amélioration de la qualité de l'eau dans le cadre du bassin versant" relève l'animateur.

 

Claire le Clève

Encadré

Intérêts et limites

Le désherbage mécanique permet d'éliminer les adventices dans le maïs sans avoir recours à des herbicides. Il contribue à l'amélioration de la vie du sol par aération. Il en découle une meilleure minéralisation et donc, une meilleure fertilisation. Enfin, il limite d'évaporation de l'eau.

Pour que cette technique offre de bons résultats, le sol doit être homogène, bien nivelé et sans trop de cailloux. Une fenêtre météo avec soleil sur plusieurs jours est nécessaire pour que l'outil passe et que les adventices trépassent desséchés. Le passage de la houe doit être précoce, sur mauvaises herbes peu développées.

 

Légende photo: si la herse étrille convient à un stade plus précoce de maïs pour désherber mécaniquement, la bineuse mécanique est optimale sur un stade 5-6 feuilles.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Jean-Elie Le Crom : "J’avais vraiment envie de m’installer"
Son truc ?  "Les vaches et le lait". Une passion ! Jean-Elie Le Crom l’a chevillée au corps. Alors, à 22 ans, il vient de…
Du maïs semé tous les 50 cm pour réduire l’usage des phytos
Si il est courant de semer son maïs avec un inter-rang de 75 cm, Alex Delamarre et Philippe Briand, entrepreneurs agricoles sur…
Tristan Delisle, un producteur de lapins engagé
Tristan Delisle s'est installé en mars 2020 sur l'élevage familial de lapins avec sa mère, en remplacement de son père parti à la…
L’irrigation : "l’assurance récolte de toute la filière"
Fin des six syndicats locaux qui contribuaient depuis 40 ans au développement de l’irrigation en Bretagne. Place à Breizh…
Les éleveurs de volailles en colère contre certains distributeurs
La semaine passée la Confédération française de l’aviculture (CFA) dénonçait "l’indifférence des enseignes Carrefour, Casino et…
63% des abattages de porcs en Bretagne aux mains de trois groupes en 2020
En 2020, à partir des données Uniporc Ouest, le nombre de porcins abattus en Bretagne montre une diminution de l’activité. Dans…
Publicité