Aller au contenu principal

THT : un tracé quasi définitif

Le projet de ligne Très haute tension Cotentin Maine avance. Le gouvernement a validé un fuseau de moindre impact le 11 avril dernier. 5 communes du département sont concernées. Prochaine étape : l’enquête publique.

Ses démarches sont sensibles et parfois contestées, mais ses actions se révèlent nécessaires. RTE, gestionnaire de transport d’électricité, a donc choisi la voie de la communication. Pour acheminer vers la Bretagne et les Pays de la Loire l'électricité produite par le 3e groupe de production de Flamanville, le réseau actuel ne suffit pas. Il est nécessaire de construire une ligne aérienne de 400.000 volts. "Nous devons aujourd’hui adapter et rénover le réseau, explique Philippe Dumarquez, directeur régional de RTE. D’importants investissements sont programmés avec notamment le projet Cotentin-Maine. Ce dernier est une démarche importante d’anticipation pour être prêt". Concernant cette ligne THT, les responsables de RTE se disent satisfaits des pourparlers. Le gouvernement a d’ailleurs validé un fuseau de moindre impact le 11 avril dernier. Il concerne 5 communes du département : la Chapelle Erbrée, Erbrée, Bréal sous Vitré, Mondevert et le Pertre. Ce feu vert des ministères de l'Environnement et de l'Economie permet de passer à une autre étape : l'enquête publique, programmée au second semestre 2008.

Démarche constructive avec le monde agricole

"Le tracé n’est pas encore définitif, mais pratiquement ajusté. Nous sommes convaincus qu’il s’agit du bon tracé, même s’il ne reste qu’un compromis", souligne Jean-Marc Perrin, responsable du projet Très Haute Tension (THT) Cotentin-Maine. Ce dernier évoque une démarche constructive avec le monde agricole. "Nous avons écouté les demandes. La ligne ne surplombera aucune habitation, ni bâtiment d’élevage. Nous espérons signer une convention avec la profession au mois de juin. Je crois que nous sommes allés au-delà des demandes au sein des trois groupes de travail : élevage, chantier et indemnité. Nous avons acté l’enfouissement des lignes connexes de moyenne tension, lorsque la THT passe dans une parcelle". Et côté indemnité : "on a observé les barèmes existants et nous avons gardé les meilleurs". En Ille et Vilaine, la profession s'est aussi mobilisée pour que les impacts sur l'agriculture soient minimisés. "La profession a obtenu de RTE que des diagnostics électriques et sanitaires soient réalisés sur toutes les exploitations dans le fuseau, relate Alain Bignon, responsable FDSEA. Ces diagnostics serviront de point zéro à un suivi régulier".

Prochainement, la chambre d'agriculture organisera une réunion d'information pour présenter aux agriculteurs concernés, l'enquête qui va être conduite pour mieux connaitre les exploitations touchées.

 

la THT en chiffres

Longueur de la ligne : 160 km.

Nombre de pylônes : 300.

Coût total du projet : 250 millions d’euros.

Nombre de communes concernées : 70, dont 5 en Ille et Vilaine

Emplois liés au chantier : 200.

Début des travaux : mi 2010.

Fin des travaux : fin 2010.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Une démarche RSE comme moteur du changement ?
Une démarche RSE peut elle être un moteur du changement ? C’est le pari que veut faire le Crédit Agricole des Côtes d’Armor qui a…
Forestiers : comment restaurer le dialogue avec la société ?
Si les citoyens apprécient la forêt, symbole de nature préservée, et le bois matériau, pour se chauffer ou se meubler, ils sont…
Des moissons compliquées par une météo pluvieuse
Depuis le 14 juillet le beau temps était reparti permettant aux moissons de démarrer enfin après un épisode pluvieux record. Sur…
La filière porcine en plein doute
Dans une lettre ouverte à Julien Denormandie, la première coopérative porcine de France explique son projet de quitter ATM (le…
Locus Solus, la petite maison d’édition qui monte...
Créée il y a maintenant neuf ans, Locus Solus se fait peu à peu sa place dans le monde de l’édition, à raison de 40 à 45 ouvrages…
Se lancer dans l’inconnu oui mais... avec des partenaires que l’on connaît bien !
Installés depuis quatre ans, Myriam et Vincent Labbé, ont repris deux élevages sur la commune de Plenée-Jugon (22). Leur objectif…
Publicité