Aller au contenu principal

Pour décaper les bétons à la flamme
Tounet développe le Flamoxal

Il décape à la flamme, désinfecte et dégraisse les bétons de stabulation ou les caillebotis, leur rendant leur adhérence première. C'est le Flamoxal. Un décapeur thermique embarqué et développé par la société Tounet de Ploermel.

Après la construction en 2004 de sa nouvelle stabulation, équipée de logettes pour ses 65 vaches laitières, Jean Luc Coudé producteur de lait à Taupont avait fait rainurer ses couloirs, pour rendre au raclage toute son efficacité. «Le temps passant, les rainures se sont bouchées et les robots racleurs se sont mis à patiner ». Ce, malgré le lavage annuel du bâtiment. Pour combattre les risques de glissades et la perte d'adhérence au raclage, ce producteur de 500 000 L de lait sur 92 ha a fait appel à la société ploermelaise Tounet. L'objectif ? Rendre aux couloirs de son bâtiment leur adhérence première grâce au Flamoxal.

 

Surfaceuse à flamme

Un procédé technique connu de longue date. Encore fallait t-il le rendre opérationnel. Luc Papeta de la société Tounet de Ploermel et l'ingénieur d'Air Liquide, Denis Gasse, l'ont fait « Il s'agit de deux séries de chalumeaux montés sur deux rampes, chacune de 60 cm pour une largeur de travail d'un mètre vingt », détaille le concepteur de l'engin qui traite 350 M2 par jour. Après avoir nettoyé à grandes eaux les surfaces à traiter, le flamoxal entre en action. Les flammes du décapeur thermique viennent lécher le béton, détruisant les graisses accumulées sur 2,5 cm, désinfectant l'ensemble et décapant les premiers millimètres de surface. Un procédé également efficace sur caillebotis et qui ne nécessité pas de neutraliser, par la suite, le béton au vinaigre. « Si on lave bien ensuite une fois par ans ces surfaces, le décapage peut durer 8 à 10 ans », assure le développeur de cette machine dont le prix de revient est évalué par son concepteur à 70 000 euros. Un service facturé de 5 à 10 euros le M2 traité, suivant que les surfaces soient regroupées ou non.

 

Claire Le Clève

 

Comment ça marche ?

Sur les brûleurs, une lance sur laquelle est amené le combustible, le gaz propylène et un comburant, l'oxygène. Le tout est équipé d'un système de refroidissement. Car ce chariot de feu monte vite en température et s'offre toutes les demies heures, un peu de repos. Et c'est toute la limite du matériel. Car si un groupe de refroidissement est embarqué à l'arrière du Flamoxzal, il ne suffit à rendre permanent son action. De nombreux circuits d'alimentation des fluides relient le Flamoxal à bonbonnes éloignées pour plus de sécurité. Bonbonnes de 40 kg et d'oxygène sous pression et de propylène liquide qu'il faut réchauffer pour le rendre gazeux.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le Finistère surfe sur le Bien manger
Après avoir lancé son PAT, projet alimentaire de territoire, le Finistère a continué sur sa lancée, en faisant de 2020 l’année du…
Bovins mutilés : comment agir ?
Depuis plusieurs mois, des faits de mutilations de chevaux ont été signalés un peu partout en France et font régulièrement la Une…
Légumes de conserve, gérer la variabilité et le prix juste
Une campagne mitigée avec une tendance aux moindres performances des légumes en conserve et surgelé. La Bretagne n’échappe pas au…
Tout Feu Tout Frais traque additifs, conservateurs, colorants et arômes
À Plabennec (29), voilà 20 ans déjà que Brédial et sa marque Tout Feu Tout Frais traquent sans relâche additifs, conservateurs,…
Une farine pleine de promesses
Produire une farine à base de blé issue d‘une agriculture locale et raisonnée, tout en répondant aux attentes du consommateur,…
Les ministres trouvent un accord sur la future PAC

Le 21 octobre à l’aube, les ministres de l’Agriculture des 27 sont parvenus à un accord sur la prochaine PAC qui ouvre la…

Publicité