Aller au contenu principal

Pour décaper les bétons à la flamme
Tounet développe le Flamoxal

Il décape à la flamme, désinfecte et dégraisse les bétons de stabulation ou les caillebotis, leur rendant leur adhérence première. C'est le Flamoxal. Un décapeur thermique embarqué et développé par la société Tounet de Ploermel.

Après la construction en 2004 de sa nouvelle stabulation, équipée de logettes pour ses 65 vaches laitières, Jean Luc Coudé producteur de lait à Taupont avait fait rainurer ses couloirs, pour rendre au raclage toute son efficacité. «Le temps passant, les rainures se sont bouchées et les robots racleurs se sont mis à patiner ». Ce, malgré le lavage annuel du bâtiment. Pour combattre les risques de glissades et la perte d'adhérence au raclage, ce producteur de 500 000 L de lait sur 92 ha a fait appel à la société ploermelaise Tounet. L'objectif ? Rendre aux couloirs de son bâtiment leur adhérence première grâce au Flamoxal.

 

Surfaceuse à flamme

Un procédé technique connu de longue date. Encore fallait t-il le rendre opérationnel. Luc Papeta de la société Tounet de Ploermel et l'ingénieur d'Air Liquide, Denis Gasse, l'ont fait « Il s'agit de deux séries de chalumeaux montés sur deux rampes, chacune de 60 cm pour une largeur de travail d'un mètre vingt », détaille le concepteur de l'engin qui traite 350 M2 par jour. Après avoir nettoyé à grandes eaux les surfaces à traiter, le flamoxal entre en action. Les flammes du décapeur thermique viennent lécher le béton, détruisant les graisses accumulées sur 2,5 cm, désinfectant l'ensemble et décapant les premiers millimètres de surface. Un procédé également efficace sur caillebotis et qui ne nécessité pas de neutraliser, par la suite, le béton au vinaigre. « Si on lave bien ensuite une fois par ans ces surfaces, le décapage peut durer 8 à 10 ans », assure le développeur de cette machine dont le prix de revient est évalué par son concepteur à 70 000 euros. Un service facturé de 5 à 10 euros le M2 traité, suivant que les surfaces soient regroupées ou non.

 

Claire Le Clève

 

Comment ça marche ?

Sur les brûleurs, une lance sur laquelle est amené le combustible, le gaz propylène et un comburant, l'oxygène. Le tout est équipé d'un système de refroidissement. Car ce chariot de feu monte vite en température et s'offre toutes les demies heures, un peu de repos. Et c'est toute la limite du matériel. Car si un groupe de refroidissement est embarqué à l'arrière du Flamoxzal, il ne suffit à rendre permanent son action. De nombreux circuits d'alimentation des fluides relient le Flamoxal à bonbonnes éloignées pour plus de sécurité. Bonbonnes de 40 kg et d'oxygène sous pression et de propylène liquide qu'il faut réchauffer pour le rendre gazeux.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"Sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas"
Déçue sur les dossiers des néonicotinoïdes et du glyphosate, la députée finistérienne LREM Sandrine Le Feur se dit déterminée à…
"Notre région dispose de véritables atouts pour le développement de la méthanisation"
L'équipe du pôle nouvelles énergies du Crédit Agricole en Bretagne, voit chaque jour d'une part se diversifier les projets d'…
Des légumineuses bretonnes dans nos assiettes
Graines de pois chiche, haricot rouge, pois et lentille corail sont un bienfait pour l’alimentation humaine et constituent aussi…
Le photovoltaïque breton cherche à valoriser son potentiel
En décembre 2020 le gouvernement passait en force et imposait une révision rétroactive des tarifs de rachat d'électricité…
La région prend position sur la future PAC
La crise Covid a remis sur le devant de la scène l’importance d’une production agricole locale, ainsi que l’apport de l’…
La séparation de la vente et du conseil, un concept plus qu'une réalité
L'indépendance du conseil en phytos, instaurée dans le cadre de la loi Egalim, est en vigueur depuis le 1er janvier. Son objectif…
Publicité