Aller au contenu principal

Tous à la ferme : plus de 15 000 visiteurs

Au total, 15 000 personnes se sont déplacées en famille sur les 27 fermes bretonnes qui ouvraient leurs portes le 29 juin dans le cadre de la 2e édition de Tous à la ferme, l’opération phare d’Agriculteurs de Bretagne, dont l’objectif est de renforcer les liens entre les agriculteurs et le grand public.

La grande diversité des productions bretonnes était représentée au travers de ces portes ouvertes sur les quatre départements. L’opération a permis au public de découvrir - ou redécouvrir - le fonctionnement d’une exploitation, d’informer sur les pratiques agricoles. "Ces échanges nous confirment l’attachement profond des Bretons à leur agriculture, souligne Danielle Even, présidente d’Agriculteurs de Bretagne. En ouvrant leurs portes, agriculteurs et agricultrices ont une nouvelle fois prouvé qu’ils sont dignes de la confiance qui leur est accordée. Ces portes ouvertes nous permettent de montrer la modernité de notre métier et toute l’importance que nous accordons à la qualité de nos produits et à la prise en compte de l’environnement". Un moyen également pour les organisateurs de faire reconnaître la contribution de l’agriculture au développement régional.

Affluence dans un élevage de poules pondeuses

Un élevage de poules pondeuses en pleine production ouvert au public, c’est exceptionnel. L’affluence fut à la hauteur, avec pas moins de 1 000 personnes dimanche dernier chez Roland Le Moignic à Naizin dans le Morbihan. Les Bretons y ont découvert un élevage moyen breton en production d’oeufs standards : ici, 72 000 pondeuses dans des cages aménagées "bien-être", conditionnement robotisé des œufs en palettes... Une extrême modernité qui aura certainement changé le regard du public sur le métier de "paysan".

Aidé de son groupement et des agriculteurs voisins, l’éleveur s’est donc beaucoup investi pour préparer l’évènement. Malgré toutes les précautions prises, "on prend un gros risque sanitaire", remarque-t-il, alors que ses poules ne sont qu’en milieu de ponte. Mais ouvrir ses portes, montrer la réalité d’un élevage, est sans doute la meilleure réponse aux pressions des associations welfaristes, dans un contexte médiatique actuellement très tendu avec L214.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Bale grazing, une autre façon de nourrir dehors les animaux en hiver
Inspiré de techniques néo-zélandaises, le bale grazing consiste à disposer de l’ensilage ou du foin dans une parcelle, qui…
Les méthaniseurs bretons défendent un modèle agricole
L'Association des agriculteurs méthaniseurs bretons s'est réunie au Lycée la Touche à Ploërmel (56). Avec les trois quarts d'…
Les producteurs de lait exigent des hausses de prix
Alors que les négociations commerciales avec la grande distribution battent leur plein, les producteurs de lait sont venus…
Agriculture, quelles stratégies bas carbone ?
Mobiliser les acteurs du territoires sur la diminution de leur empreinte en matière de GES, gaz à effet de serre. C’est tout l’…
Les zones d’ombre des nouveaux textes sur les ZNT
Le ministère de l’Agriculture a mis en consultation le 21 décembre deux textes réglementaires sur les zones de non-traitement (…
L'élevage aux abois, étranglé par l’absence de prix et l’envol des charges
Beaucoup de jeunes installés. Après le rassemblement de plus de 300 producteurs de porcs jeudi, pour demander des aides d’urgence…
Publicité