Aller au contenu principal

Traction et distribution, les économies sont là

Avec 100 euros des 1 000 l en moyenne, la mécanisation reste une charge lourde. Et s'il demeure indispensable, le tracteur pèse pour moitié dans ce coût lié aux machines sur l'exploitation. En le partageant, il y a des économies à faire, répète la FD Cuma qui pointera également les gains réalisables en distribution de fourrages, le 17 juin prochain, lors de son assemblée générale à Ploërmel.

Pour renflouer des trésoreries en berne, rien de tel que de réfléchir à ses investissements et d'éviter ceux coûteux et peu productifs. Et en la matière, "il y a pas mal à gagner sur le poste mécanisation", observent les responsables de la FD Cuma qui ont le gros tracteur dans le collimateur. "Acheter un tracteur de forte puissance, de 120 à 150 cv, c'est 1 000 euros par mois d'amortissement, au bas mot. 12 000 € par an... ça ferait du bien à bon nombre de trésoreries dans le contexte actuel, surtout pour 250 heures d'utilisation annuelles", se plaît à pointer Jean-Michel Roger, président de la FD Cuma du Morbihan pour qui cette somme pourrait être consacrée à d'autres outils mis à disposition par le réseau des 154 Cuma départementales. Et dont le tiers ont un tracteur (avec ou sans chauffeur). Sans compter le temps passé à la conduite, un temps qui serait être utilement employé "à la surveillance du troupeau, à l’amélioration de la ration, au sauvetage d'un veau, au repérage des chaleurs, au travail de l'éleveur qui permet des gains. Quand on est sur le tracteur, on n'est pas auprès du troupeau", estiment-ils.

Décapitaliser ?

Pour réduire les charges d'exploitation, la FD Cuma a fait ses calculs, car celles de mécanisations sont équivalentes au coût alimentaire soit "100 euros des 1 000 litres, l'enjeu est comparable", notent les dirigeants qui proposent une autre stratégie : "Pourquoi ne pas vendre les éléments d'actifs qui ne sont pas suffisamment productifs, les gros tracteurs par exemple", avec démonstration à la clé (lire encadré). Outre le gain de la revente qui amènerait un peu de trésorerie dans l'exemple choisi, il y a l'économie d'annuité qui "peut permettre de rémunérer des prestations complètes sur 3 ou 4 ans". Une possibilité à envisager "avant d'être contraint de le faire". "C'est le bon moment pour revoir sa stratégie de mécanisation", martèlent les responsables de FD Cuma qui insistent sur la pertinence du diagnostic de charges de mécanisation. "Il y a de réelles économies à réaliser". Ils ont choisi de poursuivre ce travail de sensibilisation lors de la prochaine assemblée générale de leur fédération, le 17 juin au lycée la Touche de Ploërmel avec des témoignages sur le partage de la traction en Cuma mais également celui de désileuses automotrices car "les exploitations se sont agrandies, les troupeaux aussi, il y a du temps à gagner et des résultats aussi".

Claire Le Clève

 

 

 

 

 

 

Opération de déstockage

Pour réduire le poids des charges de mécanisation, la FD Cuma propose de revoir sa stratégie en vendant le tracteur de forte puissance de l’exploitation. Bénéfices ? Des annuités allégées et de la trésorerie disponible pour acheter de la prestation :

Ainsi un tracteur de 120 à 130 cv acheté 70 000 euros en 2013 représente

-un financement par prêt sur 7 ans de 50 000 euros à 3%/an

-annuité : 8 025 €

-assurance : 600 €

-carburant : 10 €/h soit pour 350 h : 3 500 euros

-entretien : 600 €

-coût annuel : 12 725 €

Capital restant dû après 3 ans : 29 380 euros

Vente espérée : 40 000 euros

Effet sur la trésorerie : +10 170 euros

"L'annuité économisée est à mettre en parallèle avec l'heure de prestation complète qui varie de 80 à 90 euros l'heure avec tracteur, chauffeur et outils suivant le travail".

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Jean-Elie Le Crom : "J’avais vraiment envie de m’installer"
Son truc ?  "Les vaches et le lait". Une passion ! Jean-Elie Le Crom l’a chevillée au corps. Alors, à 22 ans, il vient de…
Du maïs semé tous les 50 cm pour réduire l’usage des phytos
Si il est courant de semer son maïs avec un inter-rang de 75 cm, Alex Delamarre et Philippe Briand, entrepreneurs agricoles sur…
Tristan Delisle, un producteur de lapins engagé
Tristan Delisle s'est installé en mars 2020 sur l'élevage familial de lapins avec sa mère, en remplacement de son père parti à la…
L’irrigation : "l’assurance récolte de toute la filière"
Fin des six syndicats locaux qui contribuaient depuis 40 ans au développement de l’irrigation en Bretagne. Place à Breizh…
Les éleveurs de volailles en colère contre certains distributeurs
La semaine passée la Confédération française de l’aviculture (CFA) dénonçait "l’indifférence des enseignes Carrefour, Casino et…
63% des abattages de porcs en Bretagne aux mains de trois groupes en 2020
En 2020, à partir des données Uniporc Ouest, le nombre de porcins abattus en Bretagne montre une diminution de l’activité. Dans…
Publicité