Aller au contenu principal

Travail en groupe pour les éleveurs ovins et caprins

Au sein du GIO, les éleveurs ovins et caprins se forment, échangent et développent leurs filières. Vendredi 25 mai, ils ont tenu leur assemblée générale.

Le Groupement inter-espèces ovine et caprine anime ces deux filières. Vendredi 25 mai, ses adhérents se sont réunis en assemblée générale.
Le GIO accompagne les producteurs face aux évolutions réglementaires, comme la mise en place du Paquet hygiène, qui s'applique cette année aux producteurs ovins et caprins. La charte des bonnes pratiques va évoluer en conséquent. Une journée de formation aux contrôles conditionnalité a déjà été réalisée. En 2007, ces contrôles intégreront les règles de bien-être. "Nous nous référerons à des principes de bon sens", assure la DSV. L'administration a contrôlé, cette année, la bonne application des nouvelles règles d'identification. Trois principaux points d'anomalies ont été rencontrés : une seule boucle au lieu de deux, erreurs de rebouclage, documents de circulation absents ou incomplets.
La maîtrise sanitaire reste un facteur clé. Un vaccin contre la fièvre Q est en test et un plan de maîtrise pour les élevages cliniquement atteints se met en place. Dans toutes les maladies concernant les élevages ovins et caprins, le GDS assure aides au diagnostic, protocoles d'assainissement et qualification.

Rendez-vous au Space
Dans les deux productions, les contextes de marché sont différents mais les tensions sur les prix les mêmes. En production ovine, la consommation a chuté de 15%, même les filières de qualité peinent. Pour faire face, la filière réfléchit à de nouveaux produits – brochettes, steacks hâchés – pour s'adapter aux nouvelles attentes des consommateurs. En lait de chèvre, la consommation augmente, mais les charges flambent. Début 2006, une négociation a permis d'obtenir 8 euros par 1 000 litres et une nouvelle grille, encourageant le lait d'automne, a été mise en place.
Les éleveurs caprins travaillent au sein d'un Geda. Ensemble, ils comparent leurs résultats et progressent. Pour concrétiser le travail mené sur l'élevage des jeunes, le GIO prête une balance pour peser les chevrettes. Si pour certains thèmes, comme la production fourragère, les travaux peuvent se faire avec les éleveurs ovins, un groupe spécifique devrait être créé, "surtout car il y a beaucoup de jeunes éleveurs", souligne Gilles Guillomon, président du GIO.
Enfin, en partenariat avec les services de remplacement, 6 agents ont été formés à l'élevage ovin et caprin.
La filière ovine fera du prochain Space un grand rendez-vous avec un spécial Vendéen et des rencontres avec Sersia. Les productions de petits ruminants bénéficieront d'un nouveau bâtiment, près de l'entrée B.
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"Sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas"
Déçue sur les dossiers des néonicotinoïdes et du glyphosate, la députée finistérienne LREM Sandrine Le Feur se dit déterminée à…
Des légumineuses bretonnes dans nos assiettes
Graines de pois chiche, haricot rouge, pois et lentille corail sont un bienfait pour l’alimentation humaine et constituent aussi…
La méthanisation, bonne pour la planète ?
Eau, air sol…, quels services ou pas, leur sont rendus par la méthanisation agricole ? Vaste question que celle des aménités et…
La région prend position sur la future PAC
La crise Covid a remis sur le devant de la scène l’importance d’une production agricole locale, ainsi que l’apport de l’…
A Moëlan, le projet de reconquête des friches contesté par le SDPPR
A Moëlan sur Mer, la municipalité a commencé à rendre à l'agriculture une partie des 500 ha de friches que compte la commune, via…
Elevage bio cherche repreneur
A l’occasion du cap symbolique des 1 000 fermes bio en Finistère, le Gab tire la sonnette d’alarme : en bio aussi, le…
Publicité