Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Emploi
Travailler à l'échelle du territoire

Pour aller au plus près des demandeurs d'emploi, l'AEF, l'association emploi-formation va décentraliser ses bureaux et, dans un premier temps, organiser des permanences à Brest et Morlaix

De gauche à droite : Bernard Levacher, représentant la FNSEA à l'Unedic, Gilles Tanguy, président des commissions employeurs de la FDSEA du Finistère et de la FRSEA Bretagne, et Jean-Yves Tessier, directeur de la maison de l'emploi d'Angers.
De gauche à droite : Bernard Levacher, représentant la FNSEA à l'Unedic, Gilles Tanguy, président des commissions employeurs de la FDSEA du Finistère et de la FRSEA Bretagne, et Jean-Yves Tessier, directeur de la maison de l'emploi d'Angers.
© Terra
"Dans le Finistère, il y a 30 000 demandeurs d'emploi inscrits à l'ANPE, plus de 15 000 bénéficiaires des minima sociaux et l'agriculture peine à recruter les 1 000 salariés dont elle a besoin tous les ans". Si la commission employeurs de la FDSEA a réalisé ce constat début 2006, elle n'est pas, depuis, restée les deux pieds dans le même sabot pour tenter d'arriver à une meilleure adéquation entre offre et demande. Dernière action en date : un débat, le 6 mars dernier, réunissant, à Landerneau, employeurs et acteurs publics et privés de l'emploi.

Des emplois de proximité

"Les emplois que nous proposons sont des emplois de proximité, constate Gilles Tanguy, le président de la commission employeurs de la FDSEA du Finistère. La meilleure façon de rencontrer les demandeurs d'emploi, c'est d'aller vers eux". Depuis le début de l'année, l'AEF, l'association emploi-formation, association paritaire regroupant employeurs et salariés, a fait le choix de décentraliser ses bureaux, avec la reprise d'Occasionnel service à Saint Pol de Léon, et d'ouvrir des permanences, dans un premier temps sur Morlaix et Brest, et réfléchit déjà à d'autres points de chute.
Cette décentralisation signera aussi, pour la commission employeurs de la FDSEA, une autre façon de travailler. "Nous allons nouer de nouveaux partenariats au niveau des territoires, afin de mieux y faire connaître les besoins en main d'œuvre de notre secteur".

Miser sur la mobilité professionnelle

Cette notion de travail au niveau d'un territoire, Jean-Yves Tessier, directeur de la maison de l'emploi d'Angers, y croit beaucoup. Mais le pari n'est pas simple à gagner ! "Comment articuler une logique verticale, à laquelle sont attachées toutes les branches d'activité, et une logique horizontale de territoire ?" Mais, il en est convaincu, le salut ne viendra que de cette logique de territoire. "Avec l'augmentation du prix de l'énergie, il est illusoire d'espérer une mobilité géographique des salariés. Mieux vaut miser sur une mobilité professionnelle, entre les différents secteurs d'activité". Un avis que partage volontiers Gilles Tanguy. "Aujourd'hui, on ne fait plus le même métier durant toute sa vie. Et un électromécanicien pourra sans difficultés valoriser ses compétences dans un élevage de porcs".

Bien vendre les métiers de l'agriculture

"Dans les 5 ans à venir, le papy-boom verra partir à la retraite 11 millions d'actifs, affirme Bernard Levacher, représentant la FNSEA à l'Unedic. Dans le même temps, le régime scolaire ne mettra sur le marché du travail que 6 à 7 millions de jeunes". La concurrence entre secteurs d'activité s'annonce rude ! "A nous de bien vendre les métiers de l'agriculture, de proposer des postes intéressants, sinon on manquera de salariés".
"Il y aura aussi une concurrence entre territoires, rajoute Jean-Yves Tessier. Les entreprises s'implanteront là où elles seront sûres de trouver de la main d'œuvre. La ressource humaine deviendra une valeur du territoire et celui qui aura su s'organiser en inter-sectorialité aura l'avantage".

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Vignette
À Bolazec, Coralie s'installe avec 30 000 poules plein air
Salariée depuis une dizaine d'années, Coralie Jézéquel souhaitait s'installer en agriculture. Elle franchit le pas à Bolazec (29…
Vignette
La situation financière des élevages bovins s'est dégradée en 2018 (Idele)

Les revenus disponibles des élevages laitiers et allaitants suivis par l'observatoire de l’endettement ont globalement…

Vignette
Le P'tit gallo sur le chemin de l'autonomie énergétique
À Montreuil-le-Gast, la ferme du P'tit Gallo a fait son trou dans le paysage local. Après des débuts "un peu galère", quand il s'…
Vignette
Agriculteurs de Bretagne et "Incoulables" sur le même bateau, vent d’espoir portant
Après "Intouchables", il y aura "Incoulables". Une histoire belle où l’on ne sombre pas, ode à la vie, à l’après, l’après cancer…
Vignette
7 651 vols en un an dans les exploitations agricoles
7 651 vols ont été recensés en France dans les exploitations agricoles en un an par les services de gendarmerie. Le nombre de…
Vignette
Maïs grain, semis de céréales : la pluie retarde les chantiers
Si la pluviométrie record du mois d'octobre n'a pas trop affecté les chantiers d'ensilage de maïs, la récolte du maïs grain et…
Publicité