Aller au contenu principal

PRIX DU LAIT
Un accord à l’arraché

Producteurs de lait et transformateurs ont fini par se mettre d’accord, le 3 juin, sur le prix du lait, non seulement pour le mois de mai, mais également sur les modalités de fixation du prix pour l’avenir.

Les mobilisations de Pontivy (photo) et Laval ont certainement pesé sur la décision finale.
Les mobilisations de Pontivy (photo) et Laval ont certainement pesé sur la décision finale.
© Terra

Après une journée marathon, le 3 juin, producteurs et transformateurs sont parvenus à un accord tard dans la soirée sur le prix du lait, sous l'égide du ministre de l'Agriculture, Michel Barnier.
Sur proposition des médiateurs, Philippe de Guénin et Pierre Lepetit, la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL), la Fédération nationale des coopératives laitières et la Fédération (FNCL) et la Fédération nationale des industries laitières (Fnil) ont accepté l'établissement de trois formules d'indicateurs F1, F2, F3 (1) prenant en compte l'importance relative des produits industriels, des fromages à l'export et des produits de grande consommation dans le mix produit des entreprises.
Sur ces trois formules, l'accord avait déjà été acquis depuis quelques jours. Il restait à définir la position des curseurs sur laquelle les discussions se sont cristallisées depuis le 28 mai quand le dialogue au sein de l'interprofession a été renoué. Selon le mix produit des entreprises, le prix du lait devra se situer à l'intérieur des trois niveaux suivants : 280 €/1000 litres pour 20 % de produits industriels (beurre et poudre), 272 €/1000 litres pour 30 % de produits industriels, 262 €/1000 litres pour 40 % de produits industriels. A l'origine, les transformateurs proposaient 267 €/1000 litres pour la formule 1, les producteurs 305 €/1000 litres, avant d'accepter 280 €/1000 litres. Ces valeurs pourront être réexaminées en septembre prochain en fonction de l'évolution du marché des produits industriels notamment.
Le compromis auquel sont parvenus producteurs et transformateurs porte également sur le partenariat qu'ils ont convenu d'établir pour l'avenir. Les deux parties se sont engagées à établir au sein de l'interprofession laitière un cadre général des contrats. Celui-ci devra faire l'objet d'un accord interprofessionnel au plus tard le 31 décembre 2009. Il comportera notamment un mécanisme de définition du prix et des engagements sur les volumes, indique la FNPL.

30 millions d'euros

Pour arracher l'accord des éleveurs, le gouvernement a accepté de faire un geste. Michel Barnier a annoncé la mise en place d'un plan d'accompagnement pour les exploitations laitières fragilisées, à travers un allègement des charges financières et sociales et un renforcement du dispositif de modernisation des bâtiments d'élevage. Ce plan mobilisera 30 millions d'euros en 2009. Les modalités de mise en œuvre feront l'objet d'une concertation avec les organisations professionnelles dans les jours qui viennent, assure le ministère de l'Agriculture.
Cette initiative est une première réponse à la demande du président de la FNSEA qui demandait l'intervention de l'Etat "pour qu'il prenne rapidement des mesures d'accompagnement au revenu des producteurs", compte tenu du prix qui va être payé pour l'année 2009.
Michel Barnier a également confirmé l'annonce qu'il avait faite au congrès de la Fédération nationale des producteurs de lait, en mars 2009 : le gel de l'augmentation des quotas de 1 % pour toute la campagne 2009/2010.
Enfin, comme Bruxelles l'a autorisé, la France versera, par anticipation, le 16 octobre prochain, 70 % du montant des aides directes communautaires. Le Premier ministre, François Fillon, l'a confirmé. Et pour faire la pleine transparence sur les prix et les marges, le gouvernement a décidé de lancer une enquête auprès des entreprises et des centrales de la grande distribution. Ces données seront communiquées à l'observatoire des prix et des marges que le gouvernement a installé en mars 2008 et dont les travaux patinent actuellement.

(1) F1 : 20 % PI + 20 % GEE + 60 % PGC
F2 : 30 % PI + 20 % GEE + 50 % PGC
F3 : 40 % PI + 20 % GEE + 40 % PGC
PI : indice de variation de la cotation des produits industriels
GEE : indice de variation de la cotation Gouda Edam Emmental
PGC : indice de variation des prix des produits de grande consommation, par convention égal à zéro

 

FNSEA : insatisfaisant mais indispensable

"Malgré la déception des producteurs, fortement mobilisés ces dernières semaines", la FNSEA considère que "cet accord était indispensable". En effet, si la solution n'avait pas été trouvée rapidement, les prix seraient restés à des niveaux catastrophiques. "Les producteurs auraient ainsi été laissés dans le chaos de la volatilité des prix et des volontés des laiteries", ajoute-t-elle. Certains producteurs avaient déjà été informés par certaines laiteries d'un prix compris entre 205 et 217 euros/1000 litres pour le mois de mai !
Pour la FNSEA, "cette signature engage toutes les entreprises" et elle veillera "par observations et par actions s'il le faut, à ce que chaque entreprise respecte intégralement les termes de l'accord".
Au delà du sacrifice imposé aux producteurs, la FNSEA demande au gouvernement de remettre de l'ordre et de la morale dans les relations fournisseurs/distributeurs. "Nous voulons y voir plus clair et nous nous en donnerons les moyens dans les jours qui viennent", menace-t-elle.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le cheptel porcin chinois reconstitué, la filière française en crise
Le ministère de l’Agriculture chinois vient de révéler que le nombre de porcs vivants sera bientôt au même niveau qu’avant la…
Faux et menaces sur l’emploi, les rebondissements du cartel des jambons
Les rebondissements continuent dans l’affaire du cartel des jambons tant sur le plan judiciaire qu’économique. La Cooperl clame…
"Une démarche remplie d’espoir et de sens"
Quatre ans après la création de "C’est qui le patron ?!", son fondateur, Nicolas Chabanne, revient sur l’évolution de la marque…
Pompiers volontaires : Laïta favorise l’engagement de ses salariés
Une convention avec le Sdis 29 l’a officialisé : Laïta va octroyer jusqu’à 10 jours par an à ses salariés sapeurs-pompiers…
La grange du Guilar, un nouveau magasin à la ferme à Bodilis (29)
Le premier confinement a multiplié son activité de vente à la ferme par quatre ! Pour offrir à sa clientèle une plus large gamme…
Le boycott des produits français : quel impact pour la Bretagne ?
Les appels au boycott de produits français se sont multipliés depuis le samedi 24 octobre dans plusieurs pays du Moyen-Orient…
Publicité