Aller au contenu principal

Un an après : Aveltis, fusion réussie !

Un an après son lancement, Aveltis a profité de son assemblée générale, le 23 juin dernier à Carhaix (29), pour faire le point sur une fusion qui place désormais le groupement de producteurs de porcs au second rang français.

De gauche à droite : Michel Tanné, vice-président d'Aveltis, Fortuné Le Calvé, président, Bernard Chrétien, vice-président, et Christophe Bèle, directeur.
De gauche à droite : Michel Tanné, vice-président d'Aveltis, Fortuné Le Calvé, président, Bernard Chrétien, vice-président, et Christophe Bèle, directeur.
© terra

Né de la fusion de LT, PBO et Pigalys, "Aveltis est une réussite commerciale, politique et économique", a affirmé Fortuné Le Calvé, lors de l'assemblée générale, qui s'est tenue le 23 juin. Et le président de mettre l'accent sur la technique, l'un des fondamentaux du groupement. "L'éleveur doit savoir produire, acheter, gérer... Nous lui apportons notre savoir-faire". Un savoir-faire reconnu. "45 nouveaux éleveurs nous ont rejoint en 2010, 15 sur les premiers mois de 2011". Et l'activité s'est accrue de 3%.


Fidèle au MPB


Second groupement français, avec plus de 3,1 millions de porcs charcutiers vendus, Aveltis reste fidèle au marché au cadran où il présente 37% de sa production et pèse 40% des apports. "Nous nous réservons aussi le droit d'exporter hors zone Uniporc et à l'étranger, quand le prix de marché ne suit pas", rappelle Bernard Chrétien, vice-président d'Aveltis.
La fusion digérée, Aveltis fourmille de projets. "Il y a des idées à prendre en Pays de Loire", indique Fortuné Le Calvé, en évoquant l'AEI, l'agriculture écologiquement intensive, un projet dans lequel s'est engagée la coopérative Terrena, dont le groupement porcs est adhérent d'Aveltis. "Cela fait partie des défis à relever". Aveltis regarde aussi du côté de la méthanisation. "3 unités sont déjà en fonctionnement chez nos adhérents. Une quatrième va démarrer d'ici peu. Et 6 projets sont déjà bien avancés".

Obtenir un délai supplémentaire



"Mais il ne faut pas oublier que 30 à 40% des éleveurs n'ont pas gagné un centime depuis septembre 2006, rappelle le président d'Aveltis. Parmi eux, on trouve les plus récemment installés et ceux qui viennent d'investir dans du non productif : mise aux normes environnement, bien-être...". Une mise aux normes bien-être loin d'être arrivée à son terme, chez les adhérents Aveltis comme chez l'ensemble des producteurs de porcs bretons. "Nous en sommes à 30%, estime Fortuné Le Calvé. Les éleveurs voudraient bien se mettre aux normes, mais n'en ont pas les moyens". Et le président d'Aveltis de réclamer une prolongation du délai "pour ceux qui n'ont pas la trésorerie suffisante". Un argument auquel, pour le moment, Paris et Bruxelles restent sourds.

Aveltis en quelques chiffres

— 800 adhérents,
- dont 670 naisseurs-engraisseurs, 110 engraisseurs et 20 naisseurs,
— 110 salariés,
—140 000 truies en production,
— un élevage moyen de 225 truies,
— 3,1 millions de porcs charcutiers commercialisés,
— dont 28% à Bigard-Socopa, 22% à Kerméné, 21% à Bernard, 13% à Gad...,
— 420 millions d'euros de chiffre d'affaires.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Une démarche RSE comme moteur du changement ?
Une démarche RSE peut elle être un moteur du changement ? C’est le pari que veut faire le Crédit Agricole des Côtes d’Armor qui a…
La filière porcine en plein doute
Dans une lettre ouverte à Julien Denormandie, la première coopérative porcine de France explique son projet de quitter ATM (le…
Locus Solus, la petite maison d’édition qui monte...
Créée il y a maintenant neuf ans, Locus Solus se fait peu à peu sa place dans le monde de l’édition, à raison de 40 à 45 ouvrages…
Les agriculteurs mettent ‡ l'honneur le Tour de France et leur territoire
C'est un événement majeur pour tous les territoires qu'il traverse. Et cette année la Bretagne a été gâtée en accueillant même le…
Se lancer dans l’inconnu oui mais... avec des partenaires que l’on connaît bien !
Installés depuis quatre ans, Myriam et Vincent Labbé, ont repris deux élevages sur la commune de Plenée-Jugon (22). Leur objectif…
Pour un soutien différencié à l’agriculture biologique

De plus en plus de jeunes entrent dans le métier avec un projet en agriculture biologique (30 % en 2020 en Bretagne). Ce…

Publicité