Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Un concours pour mettre en avant les bonnes pratiques d'agroforesterie

Comme pour les prairies fleuries, le Concours général agricole (CGA) propose maintenant un concours pour mettre à l'honneur les bonnes pratiques en matière d'agroforesterie. Pour cette première année, le concours n'est ouvert que dans le Finistère à l'échelle de la Bretagne. Dépôts des dossiers jusqu'au 15 octobre, pour des parcelles arborées de plus de cinq ans.

agroforesterie

"À l'échelle du Sage du Bas-Léon, ce sont plus de 40 kilomètres de haies bocagères qui sont plantés tous les ans, grâce aux quatre opérations Breizh bocage", souligne Prosper Quellec, vice-président du syndicat des eaux du Bas-Léon. "Et des MAE bocage ont été engagées pour 32 kilomètres de haies", rajoute Jonas Le Moal, conseiller agro-environnemental.

 

Un concours national

Le concours agroforesterie, lancé au niveau national après un test dans quelques départements, tombe donc à pic dans un territoire qui réfléchit désormais à l'étape suivante, la mise en place d'une filière pour la valorisation du bois bocage. "200 mètres de haies âgées de 10 ans suffisent à chauffer trois maisons de 150 m²", indique Yann Gouez, conseiller bocage. Encore faut-il un entretien durable ! "Lors de la plantation, les agriculteurs bénéficient d'une prise en charge de l'entretien durant les premières années. Mais c'est ensuite à eux de prendre le relais". Et un entretien arbre par arbre, à la tronçonneuse, permet une valorisation du bois quand le lamier risque de provoquer le dépérissement de la haie. "Pourtant, ses bénéfices ne sont plus à prouver sur la qualité de l'eau, la préservation de la biodiversité, la limitation du ruissellement, la fourniture d'un abri aux animaux en cas d'intempéries...".

 

agroforesterie

 

Arbres de plus de 5 ans

Pour cette première année, le concours n'est ouvert que sur le Finistère. Les agriculteurs ont jusqu'au 15 octobre pour déposer leur dossier auprès des conseillers bocage des bassins versants ou directement sur le site www.concours-general-agricole.fr. Bocage, plantation en grandes cultures, haies ou prés-vergers peuvent concourir en deux catégories, implantation ou gestion, suivant l'âge des arbres, plus de 5 ans ou plus de 10 ans. Après visite des parcelles, à l'automne, et désignation d'un lauréat local, un jury national remettra ses prix lors du Salon international de l'agriculture, fin février à Paris.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Vignette
La FNP (producteurs de porcs) dénonce une intrusion de BFMTV dans un élevage

"Des journalistes de BFMTV sont entrés de nuit en toute illégalité dans un élevage de porcs, faisant le jeu des…

Vignette
FNSEA et JA annoncent un "blocage des axes majeurs de circulation" le 8 octobre

Les syndicats agricoles majoritaires ont annoncé un "blocage des axes majeurs de circulation le 8 octobre". Il s'…

Vignette
Dans l’Orne, une nouvelle attaque d’élevage suscite la colère de la profession agricole

Un incendie criminel a ravagé trois bâtiments d’un élevage de poulets de l’Orne, dans la nuit du 16 au 17 septembre. Si l’…

Vignette
L’agriculture paysanne, solution au changement climatique
Face au changement climatique, la Confédération paysanne de Bretagne s’est penchée sur les scénarios agricoles et alimentaires…
Vignette
Quelle place pour les femmes en agriculture ?
Si un chef d'exploitation sur trois est aujourd'hui une femme, ces dernières restent encore peu visibles en agriculture et…
Vignette
100 emplois

"Les salariés et salariées craignent une perte de plus de 100 emplois sur 620" dans les cinq chambres d’Agriculture…

Publicité