Aller au contenu principal

Un crime sans mobile ?

Didier Lucas, président de la FDSEA des Côtes d'Armor
Didier Lucas, président de la FDSEA des Côtes d'Armor
© Terra

 


A qui profite le crime ? Voilà une question qui me hante depuis des mois, des années même devrais-je dire… ZES, ZAC, BVC... toutes ces normes environnementales n’ont pour conséquence que d’entraver toujours davantage la production de nos exploitations et la restructuration de nos outils depuis plus de 15 ans.

Oui à des objectifs réalistes pour un bénéfice environnemental mais pas à tout prix, pas par n’importe quel moyen, pas en sacrifiant nos volumes de productions et notre tissu économique rural. On voudrait tuer notre métier qu’on ne s’y prendrait pas autrement ! Mais qui ? et surtout, pour quel mobile ??? Qui va donc bien pouvoir profiter de la désertification de nos campagnes bretonnes quand ce travail de sape quotidien aura réussi à mettre les deux genoux à terre à notre agriculture bretonne ?

Je reste persuadé que nous pouvons arriver à l’excellence environnementale tout en développant nos volumes de production à travers l’Agriculture Ecologiquement Intensive à laquelle je crois. L’environnement n’est d’ailleurs pas la seule arme de destruction massive qui nous torpille… Que dire du manque de compétitivité de notre aval, victime de nos baisses de volumes ?

Notre maillon production, seul, n’a pas vocation à pallier l’ensemble des difficultés subies par nos industriels. Nous faut-il inéluctablement et collectivement accepter une douloureuse mais nécessaire restructuration de nos filières pour regagner en compétitivité ? A très court terme, la question est posée, tel un couperet, mais dans 10 ans, si le crime perdure, nous aurons les mêmes regrets en fermant nos derniers outils rescapés. Non ! Je refuse cette fatalité !!! Le mobile ne tient pas la route, et sans mobile, le crime ne peut perdurer plus longtemps !!! J’interpelle ici solennellement tous les acteurs du monde agricole, les politiques nationaux et européens, nos concitoyens : ensemble, refusons le déclin productif de notre agriculture !

Mon engagement syndical me pousse à porter d’urgence 4 dossiers majeurs pour que notre agriculture demeure résolument compétitive et tournée vers l’avenir :

- une PAC apportant un soutien sans faille à l'élevage

- une simplification administrative réelle, permettant de moderniser nos filières agricoles dans leur ensemble

- un étiquetage clair sur les mentions d'origine et une sensibilisation des consommateurs à consommer du "made in France" avec un cahier des charges répondant à leurs demandes de citoyens

- et enfin, une nouvelle Loi de Consommation plus juste, qui facilite la renégociation de nos produits en tenant compte de la variabilité des matières premières

Parce que demain, il sera trop tard pour dire qu’on ne savait pas…
Faisons en sorte collectivement que ça change… vite !!!

Syndicalement !

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"Sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas"
Déçue sur les dossiers des néonicotinoïdes et du glyphosate, la députée finistérienne LREM Sandrine Le Feur se dit déterminée à…
Des légumineuses bretonnes dans nos assiettes
Graines de pois chiche, haricot rouge, pois et lentille corail sont un bienfait pour l’alimentation humaine et constituent aussi…
La méthanisation, bonne pour la planète ?
Eau, air sol…, quels services ou pas, leur sont rendus par la méthanisation agricole ? Vaste question que celle des aménités et…
La région prend position sur la future PAC
La crise Covid a remis sur le devant de la scène l’importance d’une production agricole locale, ainsi que l’apport de l’…
A Moëlan, le projet de reconquête des friches contesté par le SDPPR
A Moëlan sur Mer, la municipalité a commencé à rendre à l'agriculture une partie des 500 ha de friches que compte la commune, via…
Elevage bio cherche repreneur
A l’occasion du cap symbolique des 1 000 fermes bio en Finistère, le Gab tire la sonnette d’alarme : en bio aussi, le…
Publicité