Aller au contenu principal

Un marché du porc en 2018 moins porteur que 2017

François Pot, président du MPB, lors de la présentation des vœux.
François Pot, président du MPB, lors de la présentation des vœux.
© Terra

Ce début d'année morose pour le marché du porc en Europe augure-t-il d'une année 2018 plus dure, qui - aux dires des experts - verrait une baisse de prix de l'ordre de 5 à 8 % (source Ifip) après deux années de reprise, stimulées notamment par la demande chinoise ?

Une année 2018 qui a débuté jeudi 11 janvier par une "première baisse de la cotation officielle allemande de 3 cents mais qui sera en réalité plus forte pour bon nombre d'abattoirs allemands, certains annonçant payer jusqu'à - 7 ct", indique le marché du porc breton.

2017 s'est achevée sur une moyenne de prix de 1,37 €/kg au marché du porc breton, marqué par le rude décrochage à partir d'avril du prix français par rapport aux autres cotations européennes. "À écouter les uns et les autres, les explications sont toutes aussi diverses que variées : baisse de consommation, restructurations industrielles, peu de mise en avant du porc français..., mais la sanction économique pour les éleveurs est immédiate avec la baisse de compétitivité de nos élevages face à nos concurrents mondiaux dans une période plutôt porteuse", souligne le président du MPB François Pot, lors des traditionnels vœux du marché. Ce dernier a souhaité bien évidemment en 2018 "la meilleure conjoncture possible", sur fond de baisse de la consommation des pays d'Europe, de moindre demande des pays tiers, de lègère hausse de production européenne et de concurrence américaine. "Sans parler des agissements lamentables de quelques farfelus sectaires..."

Mais l'épée de Damoclès en ce début d'année reste la peste porcine africaine, dont l'arrivée en Allemagne est ouvertement crainte par les autorités. Selon le Ministère de l’agriculture allemand, le virus serait à quelques centaines de kilomètres de la frontière. Qu'en sera-t-il des conséquences sur les marchés si le premier exportateur européen de viande porcine est touché ?

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Quand agriculteur et apiculteur travaillent de concert
Voilà 4 ans déjà que Frédéric Mésangroas, producteur de porcs à Plouigneau (29), accueille les ruches de Daniel Le Louët. Au fil…
Le retour très controversé des protéines animales transformées
Le 14 avril dernier le Standing Committee on Plants, Animals, Food and Feed (Scopaff - en français Comité permanent des végétaux…
Le Space sera bien là en 2021, à Rennes
Le salon de l'élevage fait son grand retour à Rennes. Entre soulagement, fierté et impatience, les organisateurs du Space livrent…
Les Entreprises des territoires en recherche constante de reconnaissance
Les entreprises des territoires (EDT) se réunissaient encore une fois en viso conférence pour l’assemblée générale 2021. l’…
Porcs : les éleveurs demandent la fin de la castration
"On bute sur le mur des abatteurs… Si le gouvernement ne nous aide pas, ça va être compliqué". Mardi dernier, l’association pour…
Choucas des tours : que faire pour limiter les dégâts à l’agriculture ?
Cette année encore, les dégâts de choucas des tours sur les semis de maïs sont nombreux. Et les agriculteurs des environs de…
Publicité