Aller au contenu principal

MPB
un marché à livraison différée en cours de réflexion

Tandis que les prix montent au MPB, ce dernier a proposé aux abatteurs de lancer un marché à livraison différée.

Jean-Pierre Joly, directeur du MPB.
Jean-Pierre Joly, directeur du MPB.
© Terra

Mercredi 13 avril, le Marché du porc breton (MPB) présentait aux abatteurs des propositions pour la création d’un marché du porc à livraison différée (voir Terra N° 265 page 8). Si jamais le projet venait à intéresser les abatteurs, "une commission mixte de travail sur le sujet devrait voir le jour d’ici quelques semaines", explique Jean-Pierre Joly, directeur du MPB. Ce marché est une "opportunité" à condition qu’il intéresse les deux parties, éleveurs comme abatteurs, souligne-t-il, tout en ajoutant que, d'ores et déjà, quelques éleveurs et abatteurs ont manifesté leur vif intérêt. Et d'ajouter : "les abatteurs doivent en discuter entre eux et revenir vers nous la semaine prochaine. Si tous ne sont pas partant, rien ne dit qu'on ne le fera pas avec ceux qui le souhaiteraient".
Selon lui, il s’agirait de "vendre à X semaines à un prix ferme et définitif un lot de porcs standards, tout en sachant qu’avant de rentrer dans le détail, il faut déjà des partenaires". Il précise tout de même que "les mêmes méthodes de traitement des porcs que pour la base cadran seraient appliquées". Les animaux seraient donc toujours contrôlés par Uniporc Ouest et la plus-value serait conservée. En somme, pas de nouveau cahier des charges... "Nous essayons de rester très simples dans les propositions de fonctionnement, relève Jean-Pierre Joly Rien à voir avec les marchés à terme". Avec la création d’un tel marché, un éleveur pourrait proposer un lot à un prix fixé plusieurs mois avant que ses animaux ne soient engraissés. Si jamais ce lot ne trouvait pas acheteur, l’éleveur pourra toujours le vendre par défaut au prix spot.


Hausse des prix au MPB

Quant au prix qui continue de monter au MPB, le directeur le lie, d'une part, à l'augmentation du coût des céréales, et, d'autre part, à un déséquilibre offre-demande, la première étant plus faible que la seconde. Un rééquilibrage qui se fait selon lui "à marche forcée" et qui pourrait subsister à deux conditions : que les exportations sur les pays tiers se maintiennent et que les prix à la consommation n'augmentent pas trop fortement.
"Les hausses sensibles du prix du porc ne doivent pas faire illusion : des efforts restent à faire pour équilibrer les comptes d'exploitation des éleveurs, souligne quant à elle la FNP dans un communiqué. Si des engagements ont été pris au sein de la filière porcine française sur VPF et l'origine des produits, la répercussion des hausses est désormais plus que jamais d'actualité. Aussi, toute démarche des opérateurs de la filière qui viserait à brader la production et maintenir des prix bas irait à l'encontre de cet effort collectif, prévient la FNP. Les producteurs de porcs resteront vigilants et maintiendront leur pression syndicale pour obtenir de réels résultats sur l'affichage de l'origine de leurs produits et la répercussion des hausses de leurs coûts de production", conclut la FNP.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Tom Vilsack, au poste de secrétaire américain à l'Agriculture

Le président élu, Joe Biden, prévoit de nommer l'ancien gouverneur de l'Iowa, Tom Vilsack, au poste de secrétaire américain à…

Albane et Sébastien ont ce "goût à traire"
"Que les jeunes n’aient pas peur de s’installer, c’est prenant mais il y a plein d’avantages !". Albane Le Gal et Sébastien…
Son foncier permet une installation et restructure deux exploitations
Producteur de lait à Poullan sur Mer (29), Jean-Claude Péron, 57 ans, souhaitait lever le pied. Après réflexion, il décide de…
Nouvelle convention collective nationale pour l’agriculture en 2021
À partir du 1er avril 2021, une convention collective nationale couvrant toutes les entreprises et les salariés de la production…
Demain 10 000 ha de Leggo !
Dans le cadre de l'ambition française de développement de l'autonomie protéique, le grand ouest se fixe pour objectif de répondre…
Agriculture : bienvenue en 2030 !
L’année 2021, débute. Après une année particulière, qui aura marqué les esprits, mais aussi un tournant dans le monde agricole et…
Publicité