Aller au contenu principal

Un nouveau laboratoire pour Bretagne Plants

Son assemblée générale, le 13 janvier dernier, a été l'occasion pour Bretagne Plants d'inaugurer un nouveau laboratoire de détection des pathogènes de la pomme de terre, à Hanvec (29). Un investissement de 1,44 million d'euros pour répondre aux attentes de la filière.

Après son laboratoire de culture in vitro, inauguré il y a tout juste quatre ans, Bretagne Plants continue à moderniser ses installations en créant, cette fois, un laboratoire de détection des pathogènes de la pomme de terre. Regroupant trois unités, microbiologie, nématologie et biologie moléculaire, il respecte la marche en avant des échantillons. Et s'est doté d'une unité de traitement des effluents pour éviter tout rejet dans la nature.

Répondre aux attentes des clients

"Cet outil vise plusieurs objectifs au service de la filière, énumère Dominique Morvan, le président de Bretagne Plants. Maîtriser la qualité sanitaire de notre territoire et des plants produits. Répondre aux demandes multiples et variées de nos clients, notamment à l'export. Et maintenir la confiance des acheteurs, grâce à l'utilisation des meilleures techniques de détection". D'un montant de 1,44 million d'euros, cet investissement a été subventionné à 20 % par les conseils départementaux du Finistère et du Morbihan, et par la Région.

L'export progresse

L'assemblée générale a aussi été l'occasion de faire le bilan de la campagne 2014-2015. Une campagne où tous les feux étaient au vert, avec une progression du nombre de planteurs, + 4 %, des surfaces, + 7 %, et des rendements, + 4,5 %. Mais une saison désastreuse en pomme de terre de consommation, avec une surproduction au niveau européen et des cotations françaises de 58 €/t pour la Bintje, a entraîné le cours du plant vers le bas. Et les marges brutes ont fortement régressé, en raison d'un prix moyen à 203 €/t contre 253 € en 2013-2014.
Petite consolation : avec 87 200 tonnes, soit une progression de 7 % en un an, le plant breton continue sa percée sur les marchés export. Les trois principaux clients, Égypte, Algérie et Tunisie, se tiennent dans un mouchoir de poche, aux environs des 14 000 tonnes. L'Afrique voit ses volumes progresser de 20 %, le Moyen Orient de 8 %. Et, sur les 53 pays clients, 20 dépassent désormais les 1 000 tonnes.
Cette tendance se confirme sur la campagne en cours, même si les chiffres ne sont pas encore définitifs. "La progression se poursuit sur l'Afrique sub-saharienne, note Emmanuel Guillery, le directeur de Bretagne Plants. Les marchés d'Europe du Sud, Espagne, Italie, Grèce, reprennent de l'activité, après une mauvaise campagne 2014-2015, qui avait enregistré un recul de l'export en Europe de 22 %".

Trouver une solution contre le taupin

En recrudescence depuis quelques années, faute de produits homologués pour les détruire, les taupins sont désormais présents dans une parcelle de plant sur trois en Bretagne. Et de nouveaux refus de lots ont été enregistrés cette année. "Demain, ces taupins pourront remettre en cause la production de plants dans certaines exploitations", s'alarme Dominique Morvan. Des solutions alternatives aux insecticides sont à l'étude. "Mais, pour le moment, ces techniques ne sont pas opérationnelles". Et le président de Bretagne Plants d'interpeller les pouvoirs publics, une fois de plus, pour obtenir l'autorisation du Mocap. "Il reste utilisable par nos concurrents néerlandais. Nous demandons avec force qu'il soit mis fin à cette distorsion de concurrence".

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Jean-Elie Le Crom : "J’avais vraiment envie de m’installer"
Son truc ?  "Les vaches et le lait". Une passion ! Jean-Elie Le Crom l’a chevillée au corps. Alors, à 22 ans, il vient de…
Du maïs semé tous les 50 cm pour réduire l’usage des phytos
Si il est courant de semer son maïs avec un inter-rang de 75 cm, Alex Delamarre et Philippe Briand, entrepreneurs agricoles sur…
L’irrigation : "l’assurance récolte de toute la filière"
Fin des six syndicats locaux qui contribuaient depuis 40 ans au développement de l’irrigation en Bretagne. Place à Breizh…
Les éleveurs de volailles en colère contre certains distributeurs
La semaine passée la Confédération française de l’aviculture (CFA) dénonçait "l’indifférence des enseignes Carrefour, Casino et…
63% des abattages de porcs en Bretagne aux mains de trois groupes en 2020
En 2020, à partir des données Uniporc Ouest, le nombre de porcins abattus en Bretagne montre une diminution de l’activité. Dans…
Les pratiques agricoles évoluent encore dans les bassins versants
Baisse d’achats d’engrais, plus de sécurité lors des traitements, progression des modes de cultures alternatifs… les pratiques…
Publicité