Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Un partenariat fort autour du bien-être animal

Les coopératives Triskalia et Terrena ont annoncé avec l'Inra la construction de référentiels au service de l'amélioration du bien-être animal, et des conditions de travail des acteurs tout au long de la chaîne. Le premier référentiel concerne la volaille de chair et devrait être opérationnel pour la fin d'année sur des territoires pilotes.

bien-être animal
Le projet vise à répondre aux attentes de la société en matière de bien-être animal et de réduction des usages d'antibiotiques en élevage. Les référentiels et innovations qui en seront issus seront d'abord expérimentés dans des territoires pilotes - Kreizh Breizh pour la Bretagne.
© Pascal Le Douarin

On pourrait penser qu'il ne s'agit là que d'un énième référentiel sur le bien-être animal. La particularité de celui-ci est de rassembler pas moins d'une quarantaine de partenaires dont des distributeurs et des associations du bien-être animal. Au niveau de la production aussi on note des "poids lourds" que sont les coopératives Triskalia, Terrena et Cooperl. Et à leurs côtés les instituts techniques, les chambres d'agriculture, la recherche et formation, des acteurs du numérique et de la traçabilité... Les conseils régionaux des trois régions concernées apporteront leur soutien financier. Les communautés de communes des "régions pilotes" prennent également part au projet. L'ensemble de ces partenaires s'est structuré en association depuis cet été. Elle porte le nom de LIT Ouesterel pour Laboratoire d'innovation territorial "Ouest Territoires d'élevage".

 

Co-construire de nouveaux modèles d'Èlevage

Ce projet est "primordial pour nous car on est en permanence remis en question par la société", souligne Georges Galardon, président de Triskalia, qui voit dans ce nécessaire partenariat avec le consommateur un moyen de "valider" des propositions faites en commun sur de nouveaux modèles d'élevage. "On va essayer de s'adapter avec des chercheurs à nos côtés pour que chaque éleveur travaille à améliorer les conditions de vie des animaux, mais aussi ses propres conditions de travail". L'objectif étant pour ce responsable professionnel de dessiner "une vraie feuille de route pour l'avenir". "Quand on investit, cela coûte cher", poursuit-il. Il est donc capital "que les investissements réalisés soient durables".

La coopérative n'avait pas attendu le LIT pour investir les sujets du bien-être ou de l'environnement, au travers de sa démarche Planète positive, tout comme Terrena était engagé dans la "Nouvelle agriculture" et travaillé avec le CIWF depuis 2010. Le tout jeune président de Terrena, Olivier Chaillou, élu il y a neuf mois à la tête de la coopérative ligérienne, fonde cependant "beaucoup d'espoirs sur ce qui va aboutir de ce LIT". "Avec ce projet collectif, on va peut-être sortir de ces débats par le haut", indique-t-il.

Le principe du Laboratoire d'innovation territorial est, comme son nom l'indique, de reposer sur de l'innovation et de s'appuyer sur les territoires. Le travail sera expérimenté dans des territoires pilotes avant d'être mis en œuvre à plus grande échelle. Il existe un territoire pilote pour chacune des régions administratives, et en Bretagne, il s'agit de la communauté de communes du Kreizh Breizh, en centre Bretagne donc. "On veut co-contruire avec les citoyens de ces territoires, voir quelles sont les attentes en matière d'innovation", explique Hervé Guyomard, chercheur de l'Inra et président du LIT Ouesterel.

 

De la fourche à la fourchette

Des distributeurs y ont trouvé un intérêt. C'est le cas de Carrefour qui s'exprimait le 12 septembre au Space par le biais de sa responsable qualité Séverine Fontaine : "C'est intéressant de prendre part à un projet aussi collaboratif pour trouver un vrai consensus et aligner une vision commune de l'élevage. Seul, on n'avait pas la compétence. On était attiré par l'aspect R&D car on est conscient des freins techniques à lever". Le groupe envisage aussi une communication vis-à-vis du consommateur : "On pense qu'avec une bonne retranscription de la traçabilité, cela pourra intéresser le consommateur et le faire participer activement à ce changement".

L'objectif final est effectivement de communiquer auprès du consommateur. Raison pour laquelle plusieurs acteurs du numérique et de la traçabilité collaborent au laboratoire d'innovation territorial. "On s'est inspiré de ce qui se fait à l'étranger. On cherche à converger avec d'autres initiatives pour une signalisation forte", explique Hervé Guyomard.

Pointer les besoins d'innovation, signaler et rendre visibles les efforts réalisés par l'ensemble des acteurs, sont des axes de travail du laboratoire. Et pour ce faire, le LIT Ouesterel s'appuiera sur un référentiel du bien-être animal et de la santé qui se présente comme un escalier à cinq marches de progression. Élevage, abattage, transformation : toute la chaîne est concernée par l'amélioration du bien-être animal et des conditions de travail au sein du LIT Ouesterel. Du côté de la production, l'objectif affiché est de "50 % d'éleveurs au niveau 3 d'ici dix ans", précise Hervé Guyomard qui décrit une "rupture" entre les niveaux 1-2-3 et 4-5. "En bovins lait, illustre-t-il, les niveaux 1-2-3 sont davantage liés à des améliorations dans les bâtiments, les niveaux 4 et 5 sont beaucoup plus herbagers".

 

Formations et communication

Un certain nombre de projets sont déjà lancés puisque le rapprochement de plusieurs membres était initié depuis deux ans autour des partenaires fondateurs que sont l'Inra, Triskalia et Terrena. Aujourd'hui les différents partenaires ont officiellement adhéré à l'association dont la première assemblée générale se tiendra en novembre. Et "d'autres acteurs frappent à la porte", signale le président du LIT Ouesterel. Trois espèces animales ont pour l'instant leur référentiel : le poulet de chair dont le référentiel sera le premier opérationnel en fin d'année, suivi du porc et des bovins lait l'an prochain, puis des bovins viande et poules pondeuses. Le laboratoire prévoit des actions de formations et de diffusion auprès des éleveurs et salariés. Le suivi d'indicateurs tout au long du projet permettra d'en évaluer les impacts sur les territoires et leur population à échéance dix ans.

 

Territoires díinnovation

Ils sont au nombre de 24 en France, les territoires lauréats de l’action "Territoires d’innovation", destinés à être accompagnés par l’État pour favoriser leur développement économique et "accélérer les grandes transitions". Parmi les axes retenus, "l’évolution des pratiques agricoles et viticoles et la promotion de la production bio", "la réduction de la consommation d’énergie" ou la "revitalisation de centre-ville" mais aussi le numérique ou les transports. Les 24 projets, qui rassemblent des collectivités territoriales et des partenaires économiques sous l’égide de l’État, devraient être accompagnés sous la forme de subventions (150 M€) et d’investissements publics (300 M€). "Ouest territoires d’élevage" figure parmi les projets retenus.

 

bien-être animal

 

 

Partenaires : 

- Les partenaires fondateurs : Inra, Terrena, Triskalia

- Acteurs économiques de l'agriculture, agro-alimentaire et distribution : Cooperl, Bigard, Galliance, Valorial, Ferme France, Nucleus, SAM, Groupe Cristal, Enseigne U, Carrefour

- Instituts techniques, recherche et formation : Idele, Ifip, Itavi, Agrocampus Ouest, Oniris, École supérieure d'agriculture, Anses, Irstea, Elinnove, Chêne vert conseil, Bretagne développement innovation

- Organismes consulaires : Chambres d'agriculture de Bretagne, des Pays de la Loire et de Normandie

- ONG : OABA, CIWF, Welfarm, La fondation droit animal

- Acteurs de l'innovation et du numérique : Applifarm, Aiherd, GS1 France, Copeeks, CEA Tech, Neotech vision, Capta plus

- Partenaires financiers : Région Bretagne, Région Pays de la Loire, Région Normandie, Communautés de communes du Kreizh Breizh, Pays d'Ancenis, Pays d'Argentan, d'Auge et d'Ouche

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Sarah Le Quer, installée à 24 ans
En octobre 2017, à 24 ans, Sarah Le Quer rejoint l’exploitation laitière familiale et s’associe avec son père. Un choix pesé,…
L’exosquelette entre en salle de traite
À la ferme expérimentale de La Blanche-Maison à Pont-Hébert dans la Manche, on teste depuis le 25 octobre l’exosquelette, un…
"Nous allons passer ce cap difficile, développer notre stratégie, accompagner l'agriculture"
Quelques jours après une grève des salariés qui a marqué les esprits, et à quelques jours des sessions chambre départementales,…
Au concours des Miss, Karen défend la place des femmes en agriculture
Lancé en 2013, le concours Miss France agricole veut promouvoir les femmes et les hommes qui font et feront l'agriculture de…
Vignette
Maïs grain, semis de céréales : la pluie retarde les chantiers
Si la pluviométrie record du mois d'octobre n'a pas trop affecté les chantiers d'ensilage de maïs, la récolte du maïs grain et…
Vignette
Langouët : la CR analyse les eaux

Au mois de mai 2019, Daniel Cueff, maire de Langouët, a interdit l’utilisation de produits phytopharmaceutiques à une distance…

Publicité