Aller au contenu principal

Discours de N. Sarkozy
Un plan de soutien de 1,650 milliard d’euros

Nicolas Sarkozy n’a répondu que partiellement aux attentes des agriculteurs en crise, annonçant néanmoins un plan de soutien d’urgence. Il a surtout chargé la future LMA de redonner lisibilité et compétitivité à l’agriculture

Le Président de la République était dans le jura pour une journée sur le thème de l'agriculture
Le Président de la République était dans le jura pour une journée sur le thème de l'agriculture
© terra

Nicolas Sarkozy aura joué la détente face aux élèves de l‘Ecole nationale des industries laitières de Poligny, dans le Jura, avant de prononcer un discours très attendu sur l’avenir de l’agriculture, le 27 octobre.  Il a annoncé d’abord un « plan de soutien exceptionnel » pour répondre à la crise de l’agriculture française. Pour ce « secteur stratégique », « élément incontournable de notre identité nationale », Nicolas Sarkozy a annoncé un milliard d’euros de prêts bancaires et 650 millions d’euros de soutiens « exceptionnels ». Ces prêts vont bénéficier d’un différé d’un an et l’Etat doit apporter 60 millions pour qu’ils soient bonifiés. Mais ces prêts ne bénéficieront pas d’un taux zéro comme le réclamaient la FNSEA et JA, mais d’un taux de 1,5 %, voire de 1% pour les jeunes agriculteurs. De plus, une enveloppe de 200 millions d’euros va venir alléger les charges d’emprunt de 2009 et 2010 pour les agriculteurs en difficulté, et pour « accompagner les restructurations des exploitations ».

Le président de la République a aussi souligné que l’Etat prendrait en charge les cotisations MSA des agriculteurs en 2009, pour 50 millions d’euros, ainsi que sur la taxe du foncier non bâti, pour 50 millions également. En outre, le remboursement des taxes intérieures sur les produits pétroliers (TIPP) et sur le gaz naturel (TICGN), est reconduit en 2010 pour 170 millions d’euros. Enfin, le remboursement des trois quarts de la taxe carbone en 2010, correspondra à 120 millions d’euros. Ces soutiens doivent être engagés avant la fin de l’année 2009.

Par ailleurs, Nicolas Sarkozy a dit vouloir, répondre structurellement à la crise, par une « régulation rénovée de l’agriculture et de l’agroalimentaire » en Europe et au niveau mondial. Alors qu’il va falloir nourrir de plus en plus de monde, et face à une volatilité très forte des prix agricoles, la France prône la mise en place de « véritables outils de régulation ». Et le Chef de l’Etat d’ironiser « sur l’idée de la toute puissance du marché qui ne devrait être contrarié par aucune règle », la qualifiant d’idée « folle ». Nicolas Sarkozy demande à la Commission européenne d’agir pour limiter la spéculation croissante sur les marchés agricoles, et « d’encadrer les produits dérivés sur ces marchés ».

Mais le Chef  de l’Etat s’est, en fait, borné à décliner les objectifs que la France attend devoir assigner à la Pac de 2013. La France plaide pour une préférence communautaire renouvelée, la création d’outils de gestion des marchés comme le marché de l’intervention, une agriculture respectueuse de l’environnement, et enfin, une meilleure organisation économique des filières. Dès le conseil européen du 30 octobre, la France attend que la Commission propose pour début 2010 un renforcement de la régulation des marchés laitiers. Pour autant, le président de la République refuse tout « retour en arrière démagogique » sur la régulation, taclant de la sorte certains discours syndicaux entendus ça et là.

Travailleurs saisonniers

Enfin, Nicolas Sarkozy table sur la modernisation des outils de régulation français pour préparer la Pac de 2013. Et on retiendra du discours de Poligny que Nicolas Sarkozy charge la future Loi de modernisation agricole (LMA), déposée au Parlement avant la fin de l’année, que l’agriculteur doit « vivre du prix de son travail et de sa production ». Et à y regarder de près, la LMA est annoncée comme un concentré de grands changements pour le secteur agricole. Selon Nicolas Sarkozy, on y trouvera une « définition rénovée » du métier d’agriculteur qui est un entrepreneur,  insiste Nicolas Sarkozy. « La relation contractuelle entre l’agriculteur et son client sera au cœur de cette définition », a poursuivi le  chef de l’Etat. Pour ce dernier, la contractualisation signifie des « contrats équilibrés et régulés par l’Etat (… ), déclinés dans chaque filière par des accords interprofessionnels ou par des décrets »

Et Nicolas Sarkozy d’annoncer, dès 2010, l’application de cette contractualisation dans la filière laitière « par la loi ». Puis, la LMA devra être aussi la loi du renforcement de l’organisation économique des producteurs, selon Nicolas Sarkozy. Une meilleure organisation pour peser face à l’aval. L’occasion aussi pour le président de la République de prôner une transparence totale dans la répartition des marges au sein des filières. Mais le renforcement de l’observatoire des prix et des marges qu’il a également annoncé, va-t-il être suffisant pour y parvenir ?

En outre, la LMA devra permettre aux agriculteurs de se battre « à armes égales en Europe », notamment par rapport au coût du travail, comme dans le secteur des fruits et légumes. Le chef de l’Etat a d’ailleurs annoncé l’exonération totale des charges patronales dues à la MSA, pour les travailleurs saisonniers, soit 170 millions d’euros.

La LMA devra aussi être la loi de l’assurance des producteurs contre les aléas climatiques, sanitaires, mais aussi économiques. Le président de la République a dit souhaiter que la déduction pour aléas « DPA » soit adaptée par la LMA, pour « participer à la gestion des aléas économiques ».

La profession agricole attend maintenant que les promesses soient tenues, et … la LMA.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"Sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas"
Déçue sur les dossiers des néonicotinoïdes et du glyphosate, la députée finistérienne LREM Sandrine Le Feur se dit déterminée à…
"Notre région dispose de véritables atouts pour le développement de la méthanisation"
L'équipe du pôle nouvelles énergies du Crédit Agricole en Bretagne, voit chaque jour d'une part se diversifier les projets d'…
Des légumineuses bretonnes dans nos assiettes
Graines de pois chiche, haricot rouge, pois et lentille corail sont un bienfait pour l’alimentation humaine et constituent aussi…
La région prend position sur la future PAC
La crise Covid a remis sur le devant de la scène l’importance d’une production agricole locale, ainsi que l’apport de l’…
Le photovoltaïque breton cherche à valoriser son potentiel
En décembre 2020 le gouvernement passait en force et imposait une révision rétroactive des tarifs de rachat d'électricité…
La séparation de la vente et du conseil, un concept plus qu'une réalité
L'indépendance du conseil en phytos, instaurée dans le cadre de la loi Egalim, est en vigueur depuis le 1er janvier. Son objectif…
Publicité