Aller au contenu principal

Un robot pour alimenter les vaches

Après le robot qui trait à la place de l'éleveur, Lely a inventé le robot qui alimente les vaches. Certes, il faut encore remplir la "cuisine" des différents ingrédients qui rentrent dans la composition des rations. Mais Lely Vector se charge de peser, mélanger et distribuer plusieurs fois par jour une ration toujours fraîche et appétente. De quoi gagner du temps pour se consacrer aux autres tâches de l'élevage.

C'est avec ce grappin que Lely Vector remplit le bol avec les différents ingrédients de la  ration, avant de les mélanger puis de la distribuer.
C'est avec ce grappin que Lely Vector remplit le bol avec les différents ingrédients de la ration, avant de les mélanger puis de la distribuer.
© Terra

"Quand je me suis installé, le troupeau a augmenté et le silo en libre-service ne convenait plus". Acheter une remorque mélangeuse ? "Il aurait fallu acheter aussi un autre tracteur". Nicolas Abiven a rejoint son père et un voisin au sein du Gaec des deux rivières, à Ploudaniel (29). Il se renseigne sur les robots d'alimentation et, très vite, se décide pour Lely Vector. Ses avantages ? À la tête d'un troupeau de 110 vaches pour 1,3 million de litres de lait produits par an, l'éleveur y voit d'abord un gain de temps. "On prépare les ingrédients des différentes rations deux à trois fois par semaine. Et le robot mélange et distribue automatiquement. Le dimanche, celui qui est de garde n'y passe qu'un quart d'heure, le temps de vérifier que tout va bien et de nettoyer un peu la cuisine".

Des rations adaptées à chaque stade

La cuisine est ce local où le robot va venir piocher les ingrédients dont il a besoin. "Il faut prévoir 0,5 m²/UGB, détaille Éric Loaec, responsable implantation, montage et suivi d'élevage du Lely Center de Plonévez-du-Faou. Et on peut y stocker jusqu'à 16 fourrages différents, cubes de maïs, ensilage d'herbe, roundballer, betteraves, pommes de terre en caisson, aliment liquide... huit concentrés et huit minéraux".

De quoi préparer des rations adaptées à chaque catégorie d'animaux. "La plupart des éleveurs en programment cinq ou six, pour les taries, les génisses...", indique Thierry Jouannic, chef produit Vector pour Lely France. "J'ai vu une très nette différence sur les génisses de 0 à 6 mois", témoigne Bernard Yvinec. Producteur de lait à Plouédern, il est équipé depuis deux ans et demi et en a profité pour servir une ration plus riche aux fraîches vêlées, qui n'ont pas accès au pâturage.

Trois en un

Sauf indication contraire de son utilisateur, afin d'éviter d'éventuelles collisions avec le camion collectant le lait par exemple, le robot Lely Vector fonctionne 24h/24. "Trois en un", il repousse le fourrage, mesure ce qui reste sur la table d'alimentation et, en fonction du résultat, décide d'aller en préparer. "Tout au long de la journée, il va apporter une ration fraîche et appétente, détaille Thierry Jouannic. Les vaches multiplieront les petits repas, ce qui favorise le bon fonctionnement du rumen, en évitant les à-coups et les variations du pH".

Si la distribution de l'alimentation peut prendre jusqu'à 20 % du temps de travail en production laitière, le remplissage de la cuisine, deux fois par semaine, requiert en moyenne 1h30 à chaque fois. "Mieux vaut installer la cuisine juste à côté des silos, quitte à ce que le robot fasse un peu plus de route", conseille Nicolas Abiven. Restera ensuite à vérifier tous les jours le bon fonctionnement du robot, à nettoyer l'auge une fois par semaine et la cuisine au gré de l'utilisation des ingrédients. "Robot et grappin fonctionnent à l'électricité, pour un coût évalué à 2 €/jour", précise Éric Loaec. Le prix d'achat est compris entre 140 et 160 000 €, hors maçonnerie de la cuisine.

Plusieurs bâtiments

Avec ses capteurs inductifs, le robot se déplace d'un bâtiment à l'autre et s'adapte à l'existant, "à condition que la pente ne dépasse pas 5 %", précise Fabien Lelièvre, le dirigeant du Lely Center de Plonévez-du-Faou. Autre avantage du robot d'alimentation : sa précision : "un kilo pour les fourrages, 100 g pour les concentrés et 10 g pour les minéraux". Un atout quand l'alimentation de précision devient la norme.

Le robot Lely Vector en quelques chiffres

- Lancé sur le marché en 2012

- 115 vendus en France,

- Pour des élevages laitiers mais aussi bovins viande, caprins ou ovins

- Un bol pour 300 UGB

- Deux bols jusqu'à 450 UGB

- Deux cuisines pour les troupeaux plus importants

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"Sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas"
Déçue sur les dossiers des néonicotinoïdes et du glyphosate, la députée finistérienne LREM Sandrine Le Feur se dit déterminée à…
"Notre région dispose de véritables atouts pour le développement de la méthanisation"
L'équipe du pôle nouvelles énergies du Crédit Agricole en Bretagne, voit chaque jour d'une part se diversifier les projets d'…
Des légumineuses bretonnes dans nos assiettes
Graines de pois chiche, haricot rouge, pois et lentille corail sont un bienfait pour l’alimentation humaine et constituent aussi…
Le photovoltaïque breton cherche à valoriser son potentiel
En décembre 2020 le gouvernement passait en force et imposait une révision rétroactive des tarifs de rachat d'électricité…
La région prend position sur la future PAC
La crise Covid a remis sur le devant de la scène l’importance d’une production agricole locale, ainsi que l’apport de l’…
La séparation de la vente et du conseil, un concept plus qu'une réalité
L'indépendance du conseil en phytos, instaurée dans le cadre de la loi Egalim, est en vigueur depuis le 1er janvier. Son objectif…
Publicité