Aller au contenu principal

CRISE
Un "SOS" de la filière avicole

Les producteurs de volailles de chair tirent à nouveau la sonnette d'alarme. A l'initiative de la FSREA Bretagne, André Quenet, président de la section avicole, a tenu à expliquer le marasme que traverse la production.

Jean-Michel Choquet, André Quenet et Jean-Noël Sidaner (de gauche à droite) ont une nouvelle fois tiré la sonnette d'alarme.
Jean-Michel Choquet, André Quenet et Jean-Noël Sidaner (de gauche à droite) ont une nouvelle fois tiré la sonnette d'alarme.
© Terra

Depuis 2000, la surface en volaille de chair a diminué de 2 millions de m2 (soit 32% du parc) et plus d'1/3 des exploitations avicoles ont disparu. L’insuffisance des prix payés aux producteurs en est la principale cause. Alors que les bâtiments sont âgés de 25 ans en moyenne, les éleveurs sont aussi dans l’impossibilité d’investir dans des bâtiments neufs.
Les chiffres 2007-2010 de l'Institut technique de l'aviculture (reposant sur les statistiques de l'Insee et du SCEES) montrent que les prix payés par les consommateurs ne cessent de progresser alors que ceux payés aux éleveurs et abatteurs ne permettent plus de couvrir les hausses de coûts de production. Face à ces chiffres, André Quenet reste réaliste, mais aussi positif : "sans augmenter le prix à la consommation, tous les maillons de la filière peuvent vivre de cette production, avec une meilleure répartition des marges".
Les normes environnementales et bien-être risquent d'impacter sérieusement les revenus des éleveurs. Pour répondre à la norme phosphore, ces derniers devront revoir leur plan d'épandage avec l'investissement dans des outils non productifs, du transport et/ou l'achat de minéraux pour combler un manque d'azote.
La diminution de la densité (normes bien-être) entraînera une diminution de la compétitivité française face à ses concurrents des pays tiers. "La marge se fait sur les derniers kilo produits au m2. Une diminution de la densité ne fera qu'attaquer encore plus une marge déjà faible et augmentera le coût de production au kg".
Pour pallier cela, les éleveurs demandent l’utilisation systématique du logo VVF (Viande de volaille française) pour mettre en valeur leurs efforts en matière d'environnement et de bien-être animal "la transparence française coûte chère aux producteurs mais elle n'est pas récompensée".
Enfin, la motivation des jeunes est en chute libre. 62% des éleveurs ont plus de 40 ans. Les résultats des dernières années et le lourd investissement freinent les jeunes et les banques. "Il est encore temps de réagir pour garder, en Bretagne, l'aviculture et le tissu agroalimentaire dépendant de cette production".

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le cheptel porcin chinois reconstitué, la filière française en crise
Le ministère de l’Agriculture chinois vient de révéler que le nombre de porcs vivants sera bientôt au même niveau qu’avant la…
"Une démarche remplie d’espoir et de sens"
Quatre ans après la création de "C’est qui le patron ?!", son fondateur, Nicolas Chabanne, revient sur l’évolution de la marque…
Pompiers volontaires : Laïta favorise l’engagement de ses salariés
Une convention avec le Sdis 29 l’a officialisé : Laïta va octroyer jusqu’à 10 jours par an à ses salariés sapeurs-pompiers…
La grange du Guilar, un nouveau magasin à la ferme à Bodilis (29)
Le premier confinement a multiplié son activité de vente à la ferme par quatre ! Pour offrir à sa clientèle une plus large gamme…
Le boycott des produits français : quel impact pour la Bretagne ?
Les appels au boycott de produits français se sont multipliés depuis le samedi 24 octobre dans plusieurs pays du Moyen-Orient…
Les agriculteurs sous la loupe de l'Insee
Les chiffres agricoles de l'Insee confirment les impressions du terrain mais alertent sur la baisse du nombre d'agricultrices. En…
Publicité