Aller au contenu principal

Un strip till fait maison pour semer directement le maïs après pâture

Adepte du semis direct depuis des années, Jean-Luc Baron, producteur de lait à Plourin les Morlaix, cherchait un strip till pour implanter du maïs après des prairies pâturée jusqu'au 15 avril. Faute de trouver ce qui lui convenait sur le marché, il a fini par le fabriquer lui-même. Le 12 septembre dernier, juste avant l'ensilage, Res'agri Morlaix a invité ses adhérents à découvrir le résultat.

"Je pratique le semis direct depuis des années, explique Jean-Luc Baron. Et je cherchais un outil capable de répondre à mes contraintes". Producteur de lait à Plourin Les Morlaix, il veut faire pâturer ses prairies jusqu'au 15 avril pour un semis de maïs début mai. "Le chevelu racinaire est encore bien trop présent pour un strip till classique, qui a du mal à préparer une ligne de semis correcte. Il faudrait détruire la prairie au 1er mars". Le prix de ces outils est un autre frein, ce qui l'incite à fabriquer lui-même ce dont il a besoin.

Rotalabour et Actisol

"J'avais un rotalabour sur la ferme, qui ne me servait pas à grand-chose". Il trouve sur Internet comment le bricoler, en démontant un élément sur deux sur le rotor et en le re-soudant sur la ligne de semis "pour maximiser le travail du rotalabour". Le rouleau est conservé pour rappuyer la terre. "Si la ligne de semis reste creuse, la levée ne sera que de 60 à 70%". Et il combine à ce rotalabour un Actisol, "dont les dents rentrent dans le sol sans bouleverser la surface". Le tout pour un montant de 13 000 €, "9 000 € pour l'Actisol, plus un peu de ferraille et beaucoup de main d'oeuvre".

Un seul passage avant semis

Cette année, il s'en est servi pour semer ses 30 ha de maïs. Les prairies ont été détruites au glyphosate le 15 avril, le strip till passé le 6 mai. "Je roule à 6 km/h, soit 1,5 ha/heure", calcule Jean-Luc Baron. Un débit de chantier pas si rapide, "mais en un seul passage, tout est terminé, pour une consommation de gazoil de 13l/ha".

Le semis a eu lieu deux jours plus tard, le 8 mai. "Après pâture, je laisse à la terre le temps de se réchauffer un peu, afin d'implanter la graine dans de bonnes conditions". Un semis qui se fait un peu moins vite, 5 km/h, mais sans difficulté particulière. "Si je n'avais pas eu besoin de compter, j'aurai installé un système d'auto-guidage, confie Jean-Luc Baron. J'ai monté des traceurs sur le strip till. Et le semoir va chercher son emplacement sans difficulté, en restant dans la terre préparée".

Un système qui lui a donné toute satisfaction. "La levée a été régulière, constate l'éleveur. Un peu plus lente que chez mes voisins, mais le semis était plus profond".

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"Sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas"
Déçue sur les dossiers des néonicotinoïdes et du glyphosate, la députée finistérienne LREM Sandrine Le Feur se dit déterminée à…
"Notre région dispose de véritables atouts pour le développement de la méthanisation"
L'équipe du pôle nouvelles énergies du Crédit Agricole en Bretagne, voit chaque jour d'une part se diversifier les projets d'…
Des légumineuses bretonnes dans nos assiettes
Graines de pois chiche, haricot rouge, pois et lentille corail sont un bienfait pour l’alimentation humaine et constituent aussi…
La région prend position sur la future PAC
La crise Covid a remis sur le devant de la scène l’importance d’une production agricole locale, ainsi que l’apport de l’…
Le photovoltaïque breton cherche à valoriser son potentiel
En décembre 2020 le gouvernement passait en force et imposait une révision rétroactive des tarifs de rachat d'électricité…
La séparation de la vente et du conseil, un concept plus qu'une réalité
L'indépendance du conseil en phytos, instaurée dans le cadre de la loi Egalim, est en vigueur depuis le 1er janvier. Son objectif…
Publicité