Aller au contenu principal

Une année 2013 en demi-teinte pour Solarenn

Solarenn, coopérative d'Ille-et-Vilaine, qui regroupe une trentaine de producteurs de tomates et de fraises, a tenu son assemblée générale le 28 mars dernier. Son président, Christophe Rousse, est revenu sur une année 2013 "en demi-teinte".

Christophe Rousse, président de la coopérative Solarenn.
Christophe Rousse, président de la coopérative Solarenn.
© Terra

Si le printemps froid et humide de l'an dernier a provoqué un retard de production mais un bon écoulement des produits, en revanche l'arrivée massive de l'offre à partir de mi-août a entraîné un effondrement des cours. "Néanmoins, la période estivale très ensoleillée a favorisé des rendements élevés, ce qui a permis de compenser, en partie la perte du chiffre", précise Christophe Rousse, président de la coopérative. Dans son rapport d'activité, il est revenu sur la guerre des prix que se livre la grande distribution, regrettant "qu'elle s'accentue et bien sûr, toujours au détriment du producteur". Autre point de vigilance pour le président de la coopérative, l'accès au foncier toujours compliqué pour les maraîchers sur le bassin rennais. "Aujourd'hui, la baisse du prix des petites cogénérations permet une rentabilité sur de petites structures", précise Christophe Rousse. Par ailleurs, les crédits de France Agrimer, alloués aux serres ne permettent plus d'assurer le développement de la filière, ce qui a conduit les responsables de la coopérative à faire une demande à la région Bretagne pour "soutenir notre mode de production très écologique et créateur d'emplois".

Côté développement, Solarenn continue ses projets de construction et son offre s'est encore élargie avec l'arrivée de quatre nouveaux produits en 2014. Enfin, dans son rapport technique, Alain Vitre s'est interrogé sur les voies à suivre dans les prochaines années : "le modèle néerlandais a été particulièrement chahuté en 2013 avec des exploitations vastes et performantes qui sont tombées ou en situation financière dangereuse. Mais croire à un modèle que certains appellent agroécologique où il est interdit de grandir et de suivre les lois économiques du capitalisme mondial, nous semble aussi être une impasse".

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Une démarche RSE comme moteur du changement ?
Une démarche RSE peut elle être un moteur du changement ? C’est le pari que veut faire le Crédit Agricole des Côtes d’Armor qui a…
La filière porcine en plein doute
Dans une lettre ouverte à Julien Denormandie, la première coopérative porcine de France explique son projet de quitter ATM (le…
Locus Solus, la petite maison d’édition qui monte...
Créée il y a maintenant neuf ans, Locus Solus se fait peu à peu sa place dans le monde de l’édition, à raison de 40 à 45 ouvrages…
Les agriculteurs mettent ‡ l'honneur le Tour de France et leur territoire
C'est un événement majeur pour tous les territoires qu'il traverse. Et cette année la Bretagne a été gâtée en accueillant même le…
Se lancer dans l’inconnu oui mais... avec des partenaires que l’on connaît bien !
Installés depuis quatre ans, Myriam et Vincent Labbé, ont repris deux élevages sur la commune de Plenée-Jugon (22). Leur objectif…
Pour un soutien différencié à l’agriculture biologique

De plus en plus de jeunes entrent dans le métier avec un projet en agriculture biologique (30 % en 2020 en Bretagne). Ce…

Publicité