Aller au contenu principal

Crédit agricole du Morbihan
"Une année globalement satisfaisante"

Dans un contexte économique difficile que n'auront pas manqué de souligner les responsables du crédit agricole du Morbihan, lors de l'assemblée générale, jeudi dernier à Vannes, la caisse régionale parvient à tirer son épingle du jeu, avec un résultat de plus de 44 millions d'euros.

Un résultat 2012
satisfaisant présenté par Christian Talgorn, président du Crédit
agricole du Morbihan, à gauche et Pierre Louis Boissière, nouveau
directeur général.
Un résultat 2012
satisfaisant présenté par Christian Talgorn, président du Crédit
agricole du Morbihan, à gauche et Pierre Louis Boissière, nouveau
directeur général.
© claire le clève

 









"Une année satisfaisante",
dont le résultat "provient d'une activité saine et rentable
et non d'activités spéculatives sur des marchés financiers
".
Pour sa première assemblée générale Morbihannaise, c'est en ces
termes, rassurants, que Pierre-Louis Boissière, tout juste arrivé
en ce début d'année, analysera-t-il 2012 pour le Crédit agricole
du Morbihan. Loin de la dette grecque. Quoi que. Ce résultat net de
44,6 millions d'euros aurait pu être meilleur encore sans "le
poids de la fiscalité qui a augmenté de 28 % et l'absence de
dividendes versés par Crédit agricole SA, conséquence de ses
pertes qui s'élèvent à six milliards et demi
". De leur
côté, sur le territoire national, les caisses régionales ont
dégagé 3,5 milliards d'euros. Ainsi, "le Crédit agricole
va bien. Nous avons en Morbihan un ratio de solvabilité de 16 % en
fonds propres quand la loi nous impose 8 %
", enchaînera
Christian Talgorn, président morbihannais de la banque verte.





Immobilier : un projet sur 5 en
attente


Et si les résultats marquent une
"stabilité", c'est qu'ils sont le reflet d'un contexte
économique général. "Il est difficile et a rendu
les acteurs économiques moins enclins que par le passé à
s'endetter
". Pour autant, le Crédit agricole du Morbihan
"reste le premier financeur de l'économie morbihannaise et
continue à répondre présent dans 40 % des crédits
", a
souligné Pierre-Louis Boissière. La banque gagne en parts de
marché, avec un encourt de crédit en progression de 2 % quand dans
un même temps, coté bas de laine de l'épargne, l'encours de
collecte gagne 3,6 % (voir encadré). Dans ce contexte, morose, les
particuliers ont largement freiné leurs projets, particulièrement
du coté immobilier avec une baisse de 19 % des réalisations par
rapport à 2011, qualifiée comme 2010, d'années "exceptionnelles".
40 % des primo accédants trouvent auprès de la banque verte des
conditions "de financement favorables avec le maintien du
prêt O % en ancien comme en neuf
". Les artisans, commerçant
et professions libérale ont de leur coté maintenu leur niveau
d'investissement et les crédits aux entreprises fléchi de 20 %
quand ceux aux collectivités ont progressé de 8 %.





Agriculture : + 17 de crédits
d'équipements


Là encore, si le contexte économique
reste difficile, coté agriculture, les réalisations de crédit ont
progressé de 3 % l'an dernier. Fait notable, l'envol des
investissements de près de 18 % en matériel. En lait, après le
constat établi à la fin des années 2010 "sur la nécessité
d'évoluer vers une maîtrise plus grande des charges, avec la
reprise des cours du lait, on est reparti comme avant
",
pointe Olivier Houssay. Compte tenu des échéances réglementaires,
"nous avons financé également des mises aux normes bien
être en porc et volaille
", poursuit le directeur des
crédits et du marché des entreprises. Malgré un prix élevé des
matières premières qui alourdissent les charges, "nous
n'observons pas de dégradation des indices bancaires, ni de
décrochage. Les investissements continuent, régulièrement
",
note-t-il. Côté installation, la banque morbihannaise a épaulé
l'installation de 70 jeunes agriculteurs. 6 unités de méthanisation
ont trouvé dans la banque verte l'accompagnement pour leur
financement.








Claire Le Clève










En Chiffres





L'année 2012 se solde par un encours
de Crédit qui a progressé de 2 % pour atteindre 7 253 millions
d'euros . L'encours de collecte a progressé de 3,6 % avec de 9 830
millions d'euros.


L'encours de crédit habitat est de 3
670 millions d'euros, celui de l'agriculture de 860 millions


Près de 1,2 milliard d'euros de
crédits à moyens et long terme ont été distribués en 2012.


Plus de 367 200 Morbihannais sont
clients à la banque mutualiste verte et un sur deux en est
sociétaire avec 15 000 nouveaux entrants en 2012 qui contribuent à
l'augmentation du capital de la caisse régionale.


80 % de l'épargne collectée est
réinvestie dans le département.


Avec le crédit et l'épargne,
l'assurance est un des métiers phare du crédit agricole qui s'est
positionné sur ce créneau il y a 20 ans avec une augmentation d'un
porte feuille qui comptabilise 62 000 assurés pour 12 400 sinistres
indemnisés de 19 millions d'euros en 2012







Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"Sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas"
Déçue sur les dossiers des néonicotinoïdes et du glyphosate, la députée finistérienne LREM Sandrine Le Feur se dit déterminée à…
Des légumineuses bretonnes dans nos assiettes
Graines de pois chiche, haricot rouge, pois et lentille corail sont un bienfait pour l’alimentation humaine et constituent aussi…
La méthanisation, bonne pour la planète ?
Eau, air sol…, quels services ou pas, leur sont rendus par la méthanisation agricole ? Vaste question que celle des aménités et…
La région prend position sur la future PAC
La crise Covid a remis sur le devant de la scène l’importance d’une production agricole locale, ainsi que l’apport de l’…
Elevage bio cherche repreneur
A l’occasion du cap symbolique des 1 000 fermes bio en Finistère, le Gab tire la sonnette d’alarme : en bio aussi, le…
La séparation de la vente et du conseil, un concept plus qu'une réalité
L'indépendance du conseil en phytos, instaurée dans le cadre de la loi Egalim, est en vigueur depuis le 1er janvier. Son objectif…
Publicité