Aller au contenu principal

Une approche sociologique et historique des attentes sociétales

Les filières d’élevages sont confrontées à de nombreuses controverses. Largement dédiées aux aspects environnementaux dans les années 2000, ces polémiques traitent désormais souvent de la question du bien-être animal. Elles trouvent leur origine dans les mutations agricoles mais aussi sociétales. Les approches sociologiques et historiques peuvent éclairer leur compréhension et l’identification des réponses possibles.

© Terra


La controverse est un conflit tripartite

Une controverse est un type de conflit particulier qui engage trois catégories d’acteurs : les deux parties qui s’affrontent autour d’un différend, et un juge souvent formé par le public. Le conflit est mis en scène devant ce public que les protagonistes veulent rallier à leur cause. Les arguments et images utilisés sont choisis parce qu’ils peuvent être partagés avec ce public et le sensibiliser.

Dans certains cas, le public visé est ciblé parce qu’il est susceptible de participer ou d’influencer le processus de décisions. Par exemple, dans le cas de vidéos de L214 montrant des scènes d’abattage dans des conditions qui enfreignent la loi, le public visé correspond notamment aux personnes incluses dans le dispositif de prise de décision permettant de fermer les abattoirs.


La controverse modifie les normes

La controverse est un processus créatif. La prise de position du public peut induire une modification des normes : les normes juridiques mais aussi les croyances et les principes éthiques. De nouveaux dispositifs peuvent être créés : de nouveaux organismes de certification et de nouveaux labels.

Toute controverse remet en cause la question du modèle de société acceptable puisqu’elle remet en cause un compromis existant pour parvenir à un nouveau. La controverse autour de l’élevage remet en cause au moins quatre désaccords au sein de notre société :
- la façon d’élever et de mettre à mort les animaux pour la consommation humaine,
- l’impact acceptable des activités humaines sur les milieux,
- l’impact sur la santé humaine,
- les modèles de développement.


Normes réglementaires et professionnelles

Un des éléments fréquemment mis en avant par les éleveurs et leurs partenaires pour répondre aux contestations est le respect de l’ensemble de normes réglementaires. Mais cela se révèle souvent insuffisant pour répondre aux interpellations, et pour convaincre les militants de la cause animale que les conditions d’élevage sont satisfaisantes. Pour les contestataires, les normes réglementaires ne permettent donc pas de répondre aux attentes sociétales. Elles permettent "uniquement" à l’éleveur de ne pas avoir de compte à rendre à la justice. Il peut aussi y avoir une méfiance vis-à-vis du respect des normes. Il est donc essentiel d’instaurer la confiance pour que les raisons de se méfier puissent disparaître.

Les normes professionnelles, initiées par les filières, peuvent avoir différents objectifs : s’adapter aux crises, anticiper les épreuves ou répondre aux nouvelles normes et attentes sociales. Pour répondre à la controverse sur le bien-être animal, des règles ont été ainsi édictées à l’échelle internationale, européenne et parfois même nationale. Dans certains pays, se sont ajoutés des labels initiés et pris en charge par les associations militantes, les distributeurs et/ou les filières. La participation de ces dernières permet de montrer qu’elles sont capables d’apporter des réponses. Le problème reste de pouvoir définir le coût économique de la plus-value éthique du produit… et ainsi de laisser le consommateur arbitre de ses choix et donc de la controverse.

Ces résultats sont issus de différents travaux menés dans le cadre du projet Casdar Accept piloté par l’Ifip et associant différents partenaires, notamment les chambres d’agriculture de Bretagne. Parmi les nombreux résultats issus de ce programme, ceux présentés dans cet article s’appuient en particulier sur le travail de Elsa Delanque, doctorante, et de son encadrante Véronique Vantilbeurgh (Université Rennes II).

 

 

2%

Selon un sondage Ifop réalisé auprès de 2 000 français, environ 2 % de la population partage le point de vue des abolitionnistes revendiquant l’arrêt des élevages. Un quart se positionne comme des alternatifs opposés au système intensif. La moitié est proche des progressistes privilégiant une diversité de systèmes intégrant tous une meilleure prise en compte du bien-être animal. 10 % souhaitent que l’élevage gagne en compétitivité via l’intensification. 3 % n’ont pas d’avis.

Depuis 1860 !

Les remises en cause ne datent pas d’hier puisque la première loi française de protection des animaux date de 1860. Dès le milieu du XIXe siècle, on observe une évolution du statut de l’animal avec notamment l’émergence de l’animal de compagnie.

À partir de la moitié du XXe siècle, la révolution agricole génère une profonde remise en cause de certaines fonctions de l’élevage : fournir une force de traction, des engrais organiques… Parallèlement, la baisse de la population agricole au lendemain de la seconde guerre mondiale crée une rupture sociologique majeure. Concrètement, la plupart des jeunes aujourd’hui n’ont ainsi jamais vu traire une vache, encore moins tuer le cochon, et s’ils envisagent des relations avec les animaux, c’est par le biais des animaux de compagnie.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"La délégation de travail accompagne les mutations agricoles"
Élodie Gapihan travaille au Crédit Agricole d'Ille-et-Vilaine. Elle est la seule chargée d'affaires en France, à suivre…
ETA Guillon-Barbot : l'innovation pour modèle économique
Depuis 1977, l'ETA Guillon-Barbot à Vitré (35) fait de l'innovation sa marque de fabrique avec une philosophie qui se veut simple…
OP et AOP seront au cœur de la PAC de 2023
Les organisations de producteurs, Op et les associations entre elles AOP, seront au cœur de la future PAC. Elles pourront…
"L'épandage sans tonne, c'est l'avenir !"
L'ETA Guégan à Saint Onen La Chapelle (35) a inauguré cette année son "épandeur sans tonne avec rampe à patins". Une première…
Le projet Egalim II du député Besson Moreau est sur la table
Le député LREM de l’Aube Grégory Besson-Moreau a enfin divulgué sa proposition de loi sur les relations commerciales dans le…
L’observatoire du coût de revient : "faire œuvre utile"
Apporter sa pierre à l’édifice pour la prise en compte du coût de revient des adhérents dans la construction du prix du lait, c’…
Publicité