Aller au contenu principal

Crédit agricole
Une bonne année mais...

Le Crédit agricole, qui a tenu son assemblée générale hier à Pont l'Abbé, affiche de bons résultats. Premier finançeur du monde agricole, il reste vigilant : la situation des producteurs de lait demeure fragile, celle des producteurs de porc est inquiétante !

De gauche à droite : Jean Le Vourch, président de la caisse de Crédit agricole du Finistère, et Jack Bouin, directeur général.
De gauche à droite : Jean Le Vourch, président de la caisse de Crédit agricole du Finistère, et Jack Bouin, directeur général.
© Chantal Pape

Première banque du département, avec 434 000 clients et 134 points de vente, le Crédit agricole affiche de belles performances pour 2010 : + 4,4% pour la collecte de l'épargne, + 22% de réalisation de crédits... Avec un produit net bancaire à 269 millions d'€, + 3,3% en un an, le résultat s'affiche à 58,6 millions d'€, contre 54,4 millions l'an passé. "Un résultat qui reflète nos choix, affirme Jack Bouin, directeur général. Plutôt que de battre des records, nous avons décidé de consacrer du temps à nos clients pour qui 2010 a été compliqué. Même si nos performances en ont souffert".

Les prêts à l'agriculture stagnent

Du côté de l'agriculture, les chiffres sont moins bons. "L'an passé, le montant des prêts n'a pas progressé", détaille Jack Bouin. En cause, la crise qui touche de nombreuses productions. "Heureusement, certains secteurs se sont redressés, constate Jean Le Vourch, citant les cultures sous serres, "où ça faisait un moment que ça n'allait pas", ou le lait. "Mais, à partir de cette année, 1 000 producteurs devront rembourser leurs prêts à la trésorerie : en moyenne 5 400 €/an pendant 4 ans".

Mais l'envolée actuelle des cours, 5 000 $/t pour le beurre, ne manque pas d'inquiéter le président du Crédit agricole. "Il y a un moment où le marché va se réajuster, avec des produits de substitution par exemple". Après des années de stabilité, le lait connait, à son tour, une forte volatilité des prix. "C'est très déstabilisant, pour le producteur comme pour les entreprises de transformation. Mais il ne faut pas céder à la panique, comme on l'a fait en 2009. Et, les bonnes années, avant d'investir, il faut penser à se sécuriser, via la souscription de DPA, par exemple".

Retrouver de la compétitivité

En porc, les coûts de production ont flambé, à cause de l'envolée du prix des céréales, sans que les producteurs ne puissent répercuter les hausses sur leur prix de vente. "Les trésoreries ont souffert et le moral est au plus bas", constate Jean Le Vourch, qui ne veut pas entendre parler de réduction de production. "Nos compétiteurs font l'inverse : en 10 ans, les allemands ont augmenté leur production de 30% et sur-saturé leurs outils". La solution ? "Retrouver de la compétitivité en calculant de combien d'usines d'aliments et d'abattoirs on a besoin".

Et le président du Crédit agricole d'en profiter pour dénoncer les "coups de boutoir" des environnementalistes. "Ils oublient un peu vite les investissements qui ont été réalisés en élevage ! A longueur d'antenne, des gens qui n'y connaissent rien nous disent comment faire. Et les agriculteurs sont sans cesse piétinés, bafoués. C'est insupportable !"

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Arrêt de la castration à vif : le ministre présente son plan d'action
Vendredi 19 novembre, Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, s'est rendu dans les Côtes-d’Armor, aux…
Le Finistère à l’honneur des Trophées de l’agro-écologie
Le ministère de l’Agriculture et de l'Alimentation, avec le soutien du Crédit Agricole, organise chaque année les Trophées de l’…
Mettre à profit la biodiversité pour contrôler les ravageurs
La biodiversité est souvent considérée comme une notion abstraite à l’usage des naturalistes. Avec l’avancée des connaissances,…
Trop c’est trop

Alors que l’on nous parle de souveraineté alimentaire et de transmission-installation,force est de constater que la…

Égalité dans les territoires ruraux : mais où sont les femmes !
"Femmes et ruralité : en finir avec les zones blanches de l’égalité", tel est le titre du rapport d’information que vient de…
Prophylaxie bovine : quid de la nouvelle réglementation ?
La loi de santé animale (LSA) fixe les grands principes de prévention et d’éradication des maladies animales et impose pour la…
Publicité