Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Une Bretonne finaliste du concours

Installée à Plouhinec (29) depuis quatre ans, Ophélie Le Goff transforme une bonne partie du lait de ses Jersiaises et Prim'Holstein en glaces, beurre, yaourts à boire ou tomme. Ouvrant les portes de sa ferme aux consommateurs quatre fois par semaine, elle veut aller encore plus loin. Un projet qui a séduit le concours Graines d'agriculteurs, dont elle est l'une des dix finalistes.

Organisé par le syndicat JA au niveau national, le concours Graines d'agriculteurs met à l'honneur des jeunes installés depuis moins de cinq ans. Après l'innovation environnementale ou l'engagement sur le territoire, c'est le thème de la gastronomie qui a été retenu pour l'édition 2019. Un thème qui a immédiatement séduit Ophélie Le Goff, installée depuis 2015 sur l'exploitation familiale, à Plouhinec dans le Finistère. Et, parmi plus de soixante candidatures, la jeune femme fait partie des dix finalistes retenus par le jury.


Transformation à la ferme
Aussitôt ses études terminées, Ophélie Le Goff rejoint son père sur l'exploitation familiale. Son projet est déjà ficelé : augmenter la taille du troupeau laitier, introduire quelques Jersiaises parmi les Holstein et se lancer dans la transformation : glaces, yaourts, beurre, crème fraîche, fromage blanc...
La vente se fait à la ferme, quatre fois par semaine, dans des magasins de producteurs, des restaurants... "Nous participons aussi ponctuellement à des marchés, pour nous faire connaître", rajoute la jeune femme. Dans cette zone très touristique du Sud Finistère, la clientèle de particuliers augmente en été. "Ça tombe bien : les écoles, qui achètent aussi nos produits, sont fermées".


Fromages affinés
Depuis son installation, Ophélie multiplie les projets. Du côté des glaces, des bâtonnets à la mangue ont fait leur apparition au printemps, bientôt suivis par une glace à la noix de coco. Une gamme de fromages affinés a été lancée en 2017, avec des types tomme et reblochon. "On a du mal à fournir, indique la jeune femme. La cave d'affinage se vide trop vite. Et on a eu quelques ruptures de stock". L'an passé, elle a testé un fromage de type raclette, qui s'est très bien vendu. "On vient de relancer la production, car il faut quatre mois d'affinage".


Améliorer l'accueil
La transformation nécessitant désormais plus de 100 000 litres de lait par an, Ophélie s'est fixé pour objectif d'optimiser le laboratoire, de fluidifier les fabrications et de parvenir à dégager un peu plus de temps pour sa famille et ses deux jeunes enfants. Elle voudrait aussi, et c'est le projet qu'elle porte pour le concours Graines d'agriculteurs, améliorer encore l'accueil des consommateurs sur son exploitation.
Une terrasse, à proximité du magasin, leur permet déjà de prendre le temps de savourer une glace sur place. "Mais ils veulent aussi savoir comment nous produisons". En plus des échanges, lors des achats, des panneaux répondent à leurs interrogations. Une fenêtre leur permet de suivre la traite. Et ils peuvent aussi aller voir les veaux. "Je voudrais maintenant créer un enclos pour accueillir des moutons, des boucs, des poules...". Car bien souvent, les gens viennent en famille faire leurs emplettes et les enfants apprécient ce contact avec les animaux de la ferme.
Dans les mois à venir, la jeune femme va aussi revoir le logo des Vaches de Lesvenez, sa marque, et la charte graphique. "Et les volumes ayant augmenté, nous allons maintenant floquer les pots, ce qui nous permettra de gagner du temps, en évitant l'étiquetage".


Communiquer
Présente sur Facebook et Instagram, Ophélie s'est aussi inscrite au concours Graines d'agriculteurs pour mieux se faire connaître. Un enjeu de taille quand 50 % de la production s'écoule auprès des particuliers. "Il faut sans cesse rappeler aux gens qu'on existe".

Votez avant le 25 août
Après avoir reçu plus de 60 candidatures au niveau national, le jury du concours Graines d'agriculteurs a sélectionné 10 finalistes, à découvrir sur le site www.demainjeseraipaysan.fr. Entre des graines de courge au chocolat dans le Cher, du whisky "made in Somme" ou des biscuits à l'escargot dans le Gard, Ophélie Le Goff, installée à Plouhinec, est la seule bretonne encore en lice. Le public désignant son coup de cœur, vous avez jusqu'au 25 août pour voter pour votre projet préféré via le site Internet www.demainjeseraipaysan.fr ou la page Facebook Graines d'agriculteurs.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Sarah Le Quer, installée à 24 ans
En octobre 2017, à 24 ans, Sarah Le Quer rejoint l’exploitation laitière familiale et s’associe avec son père. Un choix pesé,…
L’exosquelette entre en salle de traite
À la ferme expérimentale de La Blanche-Maison à Pont-Hébert dans la Manche, on teste depuis le 25 octobre l’exosquelette, un…
"Nous allons passer ce cap difficile, développer notre stratégie, accompagner l'agriculture"
Quelques jours après une grève des salariés qui a marqué les esprits, et à quelques jours des sessions chambre départementales,…
Vignette
Le P'tit gallo sur le chemin de l'autonomie énergétique
À Montreuil-le-Gast, la ferme du P'tit Gallo a fait son trou dans le paysage local. Après des débuts "un peu galère", quand il s'…
Vignette
Maïs grain, semis de céréales : la pluie retarde les chantiers
Si la pluviométrie record du mois d'octobre n'a pas trop affecté les chantiers d'ensilage de maïs, la récolte du maïs grain et…
"Notre métier, c’est de cultiver le sol, un sol biologiquement plus actif"
Régénérer le sol pour doper sa fertilité est la clé de l’agriculture dite de conservation. Toute une semaine lui était consacrée…
Publicité