Aller au contenu principal

Coup de colère à la Chapelle Caro
Une culture d'aide humanitaire

Pour agrandir sa zone artisanale, la commune de la Chapelle Caro a déboisé un hectare. En compensation, obligation lui est faite d'en reboiser trois. C'est deux hectares de trop, déplorent les représentants de la FDSEA locale. Pour dénoncer ces pertes de terre, ils ont emblavé pour les restos du cœur 3 ha de maïs.

Une culture de 3 ha de maïs destinée à l'aide alimentaire pour les restos du cœur
Une culture de 3 ha de maïs destinée à l'aide alimentaire pour les restos du cœur
© claire le clève

 

«6 000 ha de terres agricoles disparaissent tous les ans en Bretagne. Le Morbihan est le département le plus touché dans cette consommation galopante. C'est plus de 1700 ha volatilisés. Quand on sait qu'une ferme moyenne couvre 60 ha, il n'y a qu'à voir combien disparaissent chaque année ainsi », déplore Franck Pellerin, président cantonal de la FDSEA. Ils sont 5 agriculteurs à s'être retroussés les manches pour emblaver 3 ha de maïs avec l'aide de la cuma locale, pour le travail du sol, et de la Cecab, pour la fourniture des semences. 3 ha pour dire leur colère. De voir le grignotage foncier perdurer, ce malgré une charte de l'agriculture et de l'urbanisme ratifiée par les maires du département, plus vigilants désormais au travers de leurs documents d'urbanismes que sont les Plu et les Scot.

Contre la règle du 3 pour 1

«Là, le problème est différent. La commune pour étendre sa zone artisanale a déboisé des terrains sur sa propre réserve foncière. Qu'on lui demande de compenser cet ha par un autre à boiser, d'accord. Mais 3 ha! Çà alourdit ce contexte global de perte de terres. Il n'y a pas d'agriculteur directement concerné mais par l'enjeu et le contexte, nous le sommes tous», enchaînent Franck Pellerin et Pascal Avenier, producteur de lait et président de la Cuma. Pour dénoncer «cette perte, à terme, d'outils de travail pour l'agriculture », les 3 ha seront vendus au profit des Restos du cœur. L'action a été soutenue par l'ensemble des élus communaux.

 

Claire Le Clève

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Forestiers : comment restaurer le dialogue avec la société ?
Si les citoyens apprécient la forêt, symbole de nature préservée, et le bois matériau, pour se chauffer ou se meubler, ils sont…
Une démarche RSE comme moteur du changement ?
Une démarche RSE peut elle être un moteur du changement ? C’est le pari que veut faire le Crédit Agricole des Côtes d’Armor qui a…
Des moissons compliquées par une météo pluvieuse
Depuis le 14 juillet le beau temps était reparti permettant aux moissons de démarrer enfin après un épisode pluvieux record. Sur…
La filière porcine en plein doute
Dans une lettre ouverte à Julien Denormandie, la première coopérative porcine de France explique son projet de quitter ATM (le…
Locus Solus, la petite maison d’édition qui monte...
Créée il y a maintenant neuf ans, Locus Solus se fait peu à peu sa place dans le monde de l’édition, à raison de 40 à 45 ouvrages…
Se lancer dans l’inconnu oui mais... avec des partenaires que l’on connaît bien !
Installés depuis quatre ans, Myriam et Vincent Labbé, ont repris deux élevages sur la commune de Plenée-Jugon (22). Leur objectif…
Publicité