Aller au contenu principal

Lait
Une génétique adaptée aux attentes de chaque éleveur

Selon que vous privilégiez l'efficacité, l'équilibre, la performance ou la durabilité pour la conduite de votre troupeau, Créavia vous propose des taureaux adaptés.

Les "rencontres professionnelles d'été" de l'Urcéo, qui ont démarré le 24 août, sont l'occasion de présenter les nouveautés de la campagne, au premier rang desquelles figure l'arrivée de la génomique. "Les taureaux utilisés seront plus jeunes, moins bons producteurs de semence et beaucoup plus nombreux, prévient Raphaël Bonnault, responsable du développement commercial. Dans 2-3 ans, en Prim'Holstein, il y aura plus de taureaux au catalogue que de vaches dans chaque élevage".

A chaque éleveur son profil

Une situation qui va conduire à une différenciation de plus en plus importante des attentes des éleveurs, que Créavia a répartis en 4 profils, selon leurs orientations en matière de génétique. "L'éleveur qui vise l'efficacité va rechercher la matière utile et la fertilité, en privilégiant la variabilité génétique, détaille Raphaël Bonnault. Celui qui préfère l'équilibre va choisir la sécurité, avec des taureaux zéro défaut, laitiers et à taux, avec un développement normal et une fertilité renforcée". Le schéma "durabilité", qui privilégie une production de lait à base d'herbe, va opter pour des animaux calmes, plus rustiques, très fonctionnels et des taureaux à taux et à matière utile, tandis que l'éleveur "performance" va rechercher un niveau de production élevé et une morphologie sans failles : mamelles, membres et développement.
A l'automne, chaque éleveur sera invité à déterminer son profil, via 19 questions et 40 points à répartir selon ses priorités. "Il l'aidera à choisir une gamme de taureaux en cohérence avec sa stratégie d'entreprise", indique Raphaël Bonnault. Même s'il continuera, comme par le passé, à avoir accès à l'ensemble du catalogue. Et si, comme le faisait remarquer un éleveur lors de l'une des réunions, "on veut tout : du lait, des taux, de la fertilité, de la morphologie...".

Vêlage : la vache vous téléphone !

Ces réunions d'été ont aussi été l'occasion de présenter Alert'Vel, un système de détection automatique de vêlage. "Des éleveurs du Centre de la France l'utilisent déjà depuis des années", indique Créavia. D'abord conçu pour des élevages allaitants, il s'adapte sans aucune difficulté en élevage laitier.
Le principe est simple : une pince se fixe à la queue de l'animal. Dès qu'il va ressentir les premières douleurs du vêlage, il va redresser la queue de façon caractéristique, ce qui aura pour effet de déclencher l'envoi d'un signal vers un ou plusieurs numéros de téléphone, fixes ou mobiles. "Les avantages sont nombreux, détaille Raphaël Bonnault. L'appareil reste en position externe : le risque sanitaire est donc nul. Et Alert'Vel déclenche les alertes même si la poche des eaux n'est pas expulsée, ce qui est important en cas de veau mal placé ou de torsion de matrice".
Grâce à un répétiteur, la distance entre les pinces et le coffret récepteur peut aller jusqu'à 2 km. Et l'alerte peut être immédiate, si l'éleveur veut surveiller tous ses vêlages, ou différée, jusqu'à une heure après le début du vêlage. "Dans ce cas, la plupart des veaux sont déjà nés quand l'éleveur arrive sur place. Sinon, il sait qu'il doit intervenir immédiatement". Selon la taille de l'élevage et la nécessité ou non d'un répétiteur, le dispositif coûte entre 3 200 et 3 900 €, pour un devis moyen de 3 500 € HT. "Et il ne nécessite pas de carte Sim ou l'abonnement spécifique. Ni de maintenance".

 

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Quand agriculteur et apiculteur travaillent de concert
Voilà 4 ans déjà que Frédéric Mésangroas, producteur de porcs à Plouigneau (29), accueille les ruches de Daniel Le Louët. Au fil…
Le retour très controversé des protéines animales transformées
Le 14 avril dernier le Standing Committee on Plants, Animals, Food and Feed (Scopaff - en français Comité permanent des végétaux…
Le Space sera bien là en 2021, à Rennes
Le salon de l'élevage fait son grand retour à Rennes. Entre soulagement, fierté et impatience, les organisateurs du Space livrent…
Les Entreprises des territoires en recherche constante de reconnaissance
Les entreprises des territoires (EDT) se réunissaient encore une fois en viso conférence pour l’assemblée générale 2021. l’…
Porcs : les éleveurs demandent la fin de la castration
"On bute sur le mur des abatteurs… Si le gouvernement ne nous aide pas, ça va être compliqué". Mardi dernier, l’association pour…
Choucas des tours : que faire pour limiter les dégâts à l’agriculture ?
Cette année encore, les dégâts de choucas des tours sur les semis de maïs sont nombreux. Et les agriculteurs des environs de…
Publicité