Aller au contenu principal

Une nouvelle charte pour préserver le foncier agricole

La première datait de 2006. Pour coller aux évolutions réglementaires, une nouvelle charte vient d'être signée entre la chambre d'agriculture, le conseil général, les maires et l'Etat pour préserver le foncier agricole.

"Trois hectares, l'équivalent de quatre terrains de foot par jour". Pour bien visualiser les pertes de foncier que subit l'agriculture finistérienne, André Sergent a choisi une image qui parle à tout le monde. Des pertes de foncier qui n'ont pas diminué ces dernières années, alors que la profession agricole a tiré la sonnette d'alarme depuis longtemps déjà et qu'une première charte a été signée dès 2006 avec les maires, le conseil général et l'Etat. "Il a fallu le temps de la prise de conscience, plaide le président de la chambre d'agriculture. Et le travail engagé commence à porter ses fruits".

 

Objectif partagés

 

Car, sur les objectifs, tout le monde est d'accord ! "L'espace agricole doit être préservé, estime Pierre Maille, président du conseil général. Pour des raisons économiques, mais aussi environnementales, pour les paysages, l'attractivité du département...". "L'artificialisation des terres est une tendance lourde, rajoute Jean-Luc Videlaine, Préfet du Finistère. Il serait vain de vouloir l'arrêter ! Au mieux, on peut la freiner".

 

Intérêts individuels ou collectifs

 

Mais, en la matière, les intérêts individuels se heurtent souvent aux intérêts collectifs ! "Il est tentant pour un propriétaire foncier, qu'il soit ou non agriculteur, de valoriser son bien en le lotissant, en l'aménageant plutôt qu'en lui conservant sa vocation agricole, analyse le Préfet. Mais c'est, pour l'agriculture, un outil de travail non renouvelable". Et que dire de certains maires ruraux, attachés à créer leur zone d'activité communale, qui reste aux trois quart vide, quand il vaudrait mieux raisonner au niveau intercommunal ?

 

Fiches pratiques

 

Depuis 2006 et la signature de la première charte, la réglementation a évolué (Grenelle de l'environnement, loi de modernisation de l'agriculture...). Mise en place il y a trois ans, la CDCEA, la commission départementale de consommation de l'espace agricole, voit aujourd'hui passer toutes les demandes de changement d'affectation des terres agricoles. "Et l'avis de la chambre d'agriculture est écouté", se félicite André Sergent.

Tous les membres de la CDCEA, syndicats agricoles, notaires, chambres de commerce et d'industrie, propriété privée rurale et associations environnementales, ont été conviés à participer aux travaux d'élaboration de la charte, ainsi que les représentants des 8 Scot, le parc naturel régional d'Armorique, le conservatoire du littoral, les agences de développement de Brest et de Quimper, la Safer et l'EPF, l'établissement public foncier. Des travaux qui vont maintenant déboucher sur la rédaction de fiches pratiques. "On n'arrive pas toujours au consensus, indique Bernard Viu, directeur de la DDTM, la Direction des territoires et de la mer. Mais il n'y a pas de sujet tabou, tout est évoqué".

Les 5 engagements de la charte

 

- favoriser la dynamique de l'agriculture par la préservation équilibrée du foncier,

- gérer l'espace de manière économe,

- concilier les usages,

- préserver la biodiversité et les paysages des espaces ruraux,

- observer le foncier et l'usage des sols

 

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Fébrilité de la filière à l’approche de la fin de la castration à vif
À l’occasion de son assemblée générale, la Fédération nationale porcine (FNP) a demandé un changement de la grille de paiement de…
Une démarche RSE comme moteur du changement ?
Une démarche RSE peut elle être un moteur du changement ? C’est le pari que veut faire le Crédit Agricole des Côtes d’Armor qui a…
La filière porcine en plein doute
Dans une lettre ouverte à Julien Denormandie, la première coopérative porcine de France explique son projet de quitter ATM (le…
L'agriculture se glisse entre les deux tours
Les FDSEA et JA de Bretagne avaient, dès la publication des listes de candidature pour les élections régionales, invité les…
Les agriculteurs mettent ‡ l'honneur le Tour de France et leur territoire
C'est un événement majeur pour tous les territoires qu'il traverse. Et cette année la Bretagne a été gâtée en accueillant même le…
Locus Solus, la petite maison d’édition qui monte...
Créée il y a maintenant neuf ans, Locus Solus se fait peu à peu sa place dans le monde de l’édition, à raison de 40 à 45 ouvrages…
Publicité