Aller au contenu principal

Une nouvelle génération d'agriculteurs se forme

La stratégie d'entreprise est essentielle pour les exploitants agricoles et elle s'apprend. D'anciens étudiants de la licence pro Agrimanager en ont témoigné lors de la remise des diplômes de la 7e promotion début février à l'IUT de Pontivy.

"La licence m'a donné une maturité de dix ans, sur les prises de décision, l'investissement dans mon métier. C'est ce que tout mon entourage m'a dit", remarque Adrien Gléhello, reconnaissant de l'apport de la formation en "management des entreprises agricoles" dont il a été diplômé en 2011 à Pontivy.

Installé en 2015 sur la ferme familiale à Loyat (56), le jeune exploitant s'implique tout de suite dans différents réseaux, entre au bureau de Rés'agri (réseau des groupes du Morbihan) et au conseil d'administration de Sodiaal. Cette ouverture, la licence Agrimanager s'attache à l'inculquer car elle est fondamentale pour les futurs exploitants. "Les réseaux, c'est essentiel pour avoir de la visibilité et des perspectives sur la production". C'est aussi "parfois juste une idée qu'on recueille lors de la réunion ou lors d'un échange pendant le repas avec les collègues", souligne Adrien Gléhello. "Faire partie d'un groupe nous tire vers le haut, il ne faut pas le sous-estimer, enchaîne Odile Caroff, élue de chambre d'agriculture de Bretagne. Seul, on plafonne vite en technique sur l'exploitation".

 

 

Mûrir un projet

Adrien Gléhello avait longuement mûri son installation : diplômé d'un BTS Acse à Montfort-sur-Meu en 2009, et après un temps de réflexion, il choisit de poursuivre les études avec la licence Agrimanager. Il a alors pour projet de s'installer sur l'exploitation familiale en production laitière alors que son épouse projette en parallèle de reprendre l'exploitation porcine de ses parents. Ce fils d'agriculteurs ne cherche pas à approfondir ses connaissances techniques, il souhaite avant tout une formation en stratégie d'entreprise et gestion qui lui permettra de piloter son exploitation en ayant toujours un ½il sur l'évolution des filières. "La licence m'a permis de réfléchir aux reprises des deux exploitations. Et je me suis donné encore trois années en tant qu'associé sur l'exploitation, avant de m'installer, pour voir comment se passer la sortie des quotas". Période durant laquelle l'exploitation prend un virage important : la production évolue de 400 000 à 760 000 litres, dans un système autonome en protéines et le maintien d'un maximum de pâturage.

 

Ouverture

Elsa Séguineau avait elle aussi depuis longtemps le projet de s'installer sur l'exploitation familiale en Normandie. Après un bac S et un BTS productions animales, elle choisit de poursuivre avec Agrimanager. "Le BTS est très technique. J'avais besoin de la licence pour compléter ce qui me manquait pour m'installer : de la comptabilité, du juridique". Avec un avantage pour la licence pro : Elsa a pu réaliser son mémoire de fin d'études sur son exploitation et bien étudier à cette occasion son projet.

Tout juste diplômée, elle se dote en plus d'une expérience professionnelle en Angleterre avant de s'installer. Pour Elsa - comme pour Adrien qui était lui aussi parti plusieurs mois à Tahiti - c'est un moyen d'y faire le plein d'expériences. Aussi partir à l'étranger, Jeltsje Algera "le conseille à tout le monde". "Bien sûr il ne faut pas copier ce qui se fait là-bas mais on peut toujours ramener des choses", souligne la marraine de la promotion sortante, agricultrice dans les Côtes d'Armor et néerlandaise d'origine. Un voyage d'études à l'étranger est d'ailleurs au programme de la licence Agrimanager.

 

"La base" pour un exploitant d'aujourd'hui

"La licence c'est la base". Pour Victor Colin, salarié, Géraldine Martin, installée sur l'exploitation porcine familiale en 2011, et Éric Fraboulet, installé en 2014, qui ont également témoigné lors de cette soirée, la licence est la base que ce soit pour manager une exploitation, devenir employeur, gérer les aspects juridiques ou financiers... Des atouts essentiels pour piloter les exploitations d'aujourd'hui et être autonome dans ces décisions.

La licence Agrimanager, ce sont :

154 étudiants de 8 promotions

Issus à 65 % de BTS Acse et 16 % BTS productions animales

67 % deviennent salariés après la licence
(dont 2/3 en CDI), 30 % chefs d'exploitation,
2 % étudiants et 1 % demandeur d'emploi.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Des protéines végétales bretonnes pour réduire les importations de soja
Si la Bretagne importe 95 % des protéines végétales dont elle a besoin pour nourrir ses animaux d’élevage, le GIE SVP est bien…
Le Finistère surfe sur le Bien manger
Après avoir lancé son PAT, projet alimentaire de territoire, le Finistère a continué sur sa lancée, en faisant de 2020 l’année du…
Bovins mutilés : comment agir ?
Depuis plusieurs mois, des faits de mutilations de chevaux ont été signalés un peu partout en France et font régulièrement la Une…
Robots d’alimentation, pour quels bénéfices ?
Avec l’agrandissement des structures, les robots d’alimentation se multiplient dans les élevages. Pour quels bénéfices ? Chambres…
"Vivre de ma passion, pas pour ma passion"
À l'occasion du Space la semaine passée, une visite d'exploitation était organisée pour mettre en avant les efforts des…
Carbocage ou combien de carbone stocké dans vos haies ?
La haie bocagère recèle de richesses, y compris fourragères. Elle contribue aussi au piégeage du carbone. Mais de combien ?…
Publicité