Aller au contenu principal

Une première ensileuse achetée en Intercuma

Acheter en Intercuma une ensileuse ? Elles s’y sont engagées, mardi dernier, à Noyal Muzillac. quatre Cuma morbihannaises, et les fédération et l’union départementales. Une première qui vise à combler le retard pris en la matière par rapport aux départements voisins.

De gauche à droite, au premier plan, Dominique Chevalier de la Cuma la Liberté et Alain Louis à la de l’union départementale et Jean-Michel Roger, président de la Fdcuma 56, Anthony Rouillé de la Cuma la Berricoise, Michel Le Viavant de la Cuma la Printanière et Cédric Le Floch Cuma de St Jean Breizh, tous partenaires de l’engagement d’achat et d’utilisation en Intercuma d’une nouvelle ensileuse
De gauche à droite, au premier plan, Dominique Chevalier de la Cuma la Liberté et Alain Louis à la de l’union départementale et Jean-Michel Roger, président de la Fdcuma 56, Anthony Rouillé de la Cuma la Berricoise, Michel Le Viavant de la Cuma la Printanière et Cédric Le Floch Cuma de St Jean Breizh, tous partenaires de l’engagement d’achat et d’utilisation en Intercuma d’une nouvelle ensileuse
© Claire Le Clève

 

 

"On est très en retard là dessus, il y a beaucoup à gagner", ne cache pas Jean-Michel Roger, président de la Fdcuma 56. Alors, concrétisant le travail engagé et à l’instar des départements de Loire Atlantique ou d’Ille et Vilaine où ce fonctionnement en Intercuma est très répandu en récoltes, le Morbihan vient d’emboîter le pas avec l’achat d’une ensileuse pour ce faire. Et pour chaque partenaire, une bonne raison. "Nous avons dépassé les 500 ha de maïs à ensiler pour un coût à l’adhérent de 100 euros/ha", relève Michel Le Viavant de la Cuma la Printanière à Questembert. "On estime que l’ensileuse en Intercuma sera une machine de secours nous permettant également de satisfaire des adhérents sur les hectares supplémentaires", et pourquoi pas, de nouveaux cumistes. Un véritable "tremplin pour les petits groupes", relève Alain Louis à la tête de l’union départementale. Argument, qu’Anthony Rouillé a expérimenté avec sa Cuma la Berricoise . "On connaît ça avec la Cuma d’Elven qui avait du mal à renouveler sa machine, nous on avait les surfaces. On a acheté ensemble une deuxième machine. Idem avec la Cuma de Bignan avec qui nous travaillons également, voilà pour la 3 me. Avec nos 900 ha de maïs pour un coût de revient de 120 euros l’ha, on s’engage là pour participer aussi au développement de l’ensilage du maïs en Cuma" souligne, militant Anthony Rouillé.

Un tremplin

Une opportunité que la Cuma St Jean Breizh de Séglien entend bien saisir avec sa situation géographique, à l’opposé nord ouest du département. "On arrive à 150 ha ensilés avec notre vieille machine en fin de vie qui nous impose des tarifs élevés, 160 euros/ha. L’intérêt d’une machine en Intercuma est tarifaire. Elle arrivera ainsi en décalage, plus tardivement et pourra être utilisée aussi pour l’ensilage d’herbe", justifie Cédric Le Floch. Autre avantage pour Dominique Chevalier de la Cuma la Liberté de Noyal Muzillac, qui accueillait cette troisième et dernière réunion de secteur, "avec 700 ha ensilés, on est arrivé au plafond. C’est trop pour une machine, pas assez pour en acheter deux. En mutualisant, on ne pourra plus refuser des ha ", apprécie-t-il . Un nouvelle démarche concrétisant le "travail fait sur la récolte", estiment satisfaits les partenaires qui devront débourser entre 330 et 380 000 euros, pour répondre à la demande de 500 hectares d’ensilage supplémentaires.

 

Claire Le Clève

 

"Acheter en Intercuma une ensileuse, il y a beaucoup à gagner"

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Elle installe son élevage de brebis laitières sur Ouessant
Elle rêvait de vivre et de travailler sur son île. Un voyage en Mongolie lui a donné l’idée de son métier. Un appel à candidature…
La bio à grande échelle : utopie ou réalité ?
Alors que s'est tenu cette semaine le Congrès mondial de la bio à Rennes, se pose la question de la faisabilité du changement d’…
Les 28 et 29 août, Agrifête vous donne rendez-vous à Saint-Vougay

Les bonhommes de paille ont fleuri un peu partout dans le département, annonçant qu’après une année d’interruption pour cause…

À quelques jours de l'ouverture, l'effervescence gagne le Space
A l'heure ou l'élevage devient une question de société, le retour du Space en présentiel, du 14 au 16 septembre, est d'autant…
Au Space, les élèves du Nivot s’occupent des Normandes

Cette année, le Space servira de cadre au concours national de la race Normande, pour lequel 85 animaux ont été sélectionnés.…

Julien Denormandie, un ministre de l’Agriculture en immersion au Space
Loin des visites officielles qui se font parfois au pas de course, le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, a inauguré…
Publicité