Aller au contenu principal

FRUITS À CIDRE
Une production moderne pour une agriculture durable

L’assemblée générale de la FNPFC (Fédération nationale des producteurs de fruits à cidre) s’est déroulée à Quimper (29). Déception côté fréquentation. Peu de producteurs doublé d’un "pas de transformateurs". Dommage pour les absents ! L’adoption, à l’unanimité et pour 3 ans, du rapport d’orientation a constitué un moment fort. Thomas Pelletier et Patrick Guyon, président et secrétaire de la FNPFC, se sont félicités du travail de réflexion entrepris pendant plusieurs semaines par le syndicalisme. "Les fruits à cidre, une production moderne pour une agriculture durable". Tel en était le thème.

P

 

remier volet de ce rapport : le besoin de communiquer exprimé par les producteurs sur leur métier. Si l’objectif de faire parler du cidre à des fins commerciales et donc de pérenniser les débouchés est clairement affiché, renouer le dialogue avec la société est un autre but avoué. "Aujourd’hui, ce lien est distendu sans que le retour à la campagne ne le renoue forcément. Souvent, c’est le village qui se transforme en ville. Les nouveaux arrivants transposent la vie citadine dans un cadre plus vert . Nous voulons relancer un dialogue constructif, régulier et pas uniquement dans l’urgence d’une crise qui remette l’agriculture à l’honneur dans les médias comme ce fut le cas récemment avec la sècheresse ou le concombre", déplore Patrick Guyon. Dire ce que l’on fait et faire ce que l’on dit en d’autres termes.

Toiletter l’image


Autre axe de travail : le toilettage de leur image. Celle véhiculée par les JT (Journaux télévisés), sauce, par exemple, Jean-Pierre Pernaud (TF1), ne correspond pas à la vérité. "Les producteurs de fruits à cidre et élaborateurs de cidre sont considérés comme peu modernes, très traditionnels, peu équipés technologiquement. Bref, comme dans le bon vieux temps", résume Thomas Pelletier. On s’éloigne de la vérité. Alors la FNPFC propose un véritable plan "mots clés". Elle invite les producteurs, quand ils échangent avec des tiers sur leur métier et leur produit, a parler de "qualité, d’hygiène, de technologie, de maîtrise de l’élaboration, d’analyse, de sécurité...". Le poids des mots contre celui des clichés poussiéreux.

Respectueux de l’environnement, donc durable

 

Le concept de l’agriculture durable est très en vogue. Un atout supplémentaire pour le verger qui s’inscrit dans le temps. "Les pommiers à cidre sont durables par définition parce qu’ils vivent longtemps et que le verger représente pour les producteurs un projet de 25 ans, voire plus. C’est-à-dire un véritable investissement, un projet de vie professionnelle", insiste Olivier Lebreton. Un projet donc dans le temps mais aussi avec le temps et ses aléas climatiques (froid, chaleur, manque ou excès d’eau, grêle...). Pour y faire face, les producteurs attendent des réponses techniques. Ils peuvent compter sur la recherche et développement, notamment à travers l’IFPC (Institut français des productions cidricoles), pour faire bouger les lignes de la connaissance. En conséquence : "le producteur améliore sans cesse ses pratiques pour mieux tenir compte des besoins de la société, pour rassurer les consommateurs mais aussi ses voisins non agricoles, pour garantir la santé de ses arbres et de ses vergers", note le rapport.


Rentable pour être durable

 

Reste que toute cette démarche n’a de sens que si l’économique fonctionne. "Cela passe par une rentabilité de sa production avec des outils appropriés : un contrat-type interprofessionnel comportant des clauses indispensables qui pourront être complétées par les co-contractants. Notam-ment une indexation du prix de la pomme, une grille d’agréage interprofessionnelle, des agréeurs formés et certifiés", propose Patrick Guyon. Si l’absence des transformateurs n’a pas permis de lancer le débat, la FNPFC, à travers son rapport, réaffirme sa fonction syndicale et la mission de défense des intérêts des producteurs qu’elle entend bien poursuivre. "Notre filière est structurée depuis 20 ans par des contrats qui ont été ces dernières années fondamentalement revus et retaillés pour répondre à des objectifs de gestion à court terme et de baisse des prix. Ils sont à présents figés et n’évoluent plus. Il faut les ré-oxygéner et le contexte général agricole, concrétisé dans la LMAP, traduit bien l’importance d’un tel outil pour la durabilité des filières agricoles dans leur globalité". Unanimité dans la salle. Après avoir consenti des efforts au nom de la restructuration des outils aval, les producteurs réclament une revalorisation du prix de la pomme, d’autant plus que la part de matières premières dans une bouteille de cidre reste limité.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"Sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas"
Déçue sur les dossiers des néonicotinoïdes et du glyphosate, la députée finistérienne LREM Sandrine Le Feur se dit déterminée à…
"Notre région dispose de véritables atouts pour le développement de la méthanisation"
L'équipe du pôle nouvelles énergies du Crédit Agricole en Bretagne, voit chaque jour d'une part se diversifier les projets d'…
Des légumineuses bretonnes dans nos assiettes
Graines de pois chiche, haricot rouge, pois et lentille corail sont un bienfait pour l’alimentation humaine et constituent aussi…
Le photovoltaïque breton cherche à valoriser son potentiel
En décembre 2020 le gouvernement passait en force et imposait une révision rétroactive des tarifs de rachat d'électricité…
La région prend position sur la future PAC
La crise Covid a remis sur le devant de la scène l’importance d’une production agricole locale, ainsi que l’apport de l’…
La séparation de la vente et du conseil, un concept plus qu'une réalité
L'indépendance du conseil en phytos, instaurée dans le cadre de la loi Egalim, est en vigueur depuis le 1er janvier. Son objectif…
Publicité