Aller au contenu principal

Lait, porc, météo…
Une rentrée maussade

Vendredi dernier, la FDSEA et les Jeunes Agriculteurs ont fait le point sur les dossiers de la rentrée. Petit tour d'horizon des sujets de préoccupation des syndicalistes finistériens.

: De gauche à droite : François Caradec, vice-président des Jeunes Agriculteurs, André Quénet, secrétaire général de la FDSEA, Jean-Marie Mingam, président des JA, et Ronan Le Meur, vice-président de la FDSEA.
: De gauche à droite : François Caradec, vice-président des Jeunes Agriculteurs, André Quénet, secrétaire général de la FDSEA, Jean-Marie Mingam, président des JA, et Ronan Le Meur, vice-président de la FDSEA.
© Terra

Négociations à l'OMC
Les négociations à l'OMC ont une nouvelle fois échoué sur la question agricole. "Nous ne pouvons que nous en réjouir", analyse Jean-Marie Mingam, président des JA, qui considère que l'agriculture ne devrait plus faire partie de ces négociations commerciales. "Elle ne peut pas être traitée comme les autres secteurs marchands".


Hausse des charges
"La ferme finistérienne moyenne va subir une hausse de ses charges de 9 000 € en 2008, rien qu'à cause de la hausse de l'énergie", calcule André Quénet, secrétaire général de la FDSEA. Depuis juin, FDSEA et JA ont entamé une réflexion sur la répercussion de la hausse des charges sur leurs prix de vente. "Il faut améliorer nos relations avec les autres maillons de la filière : organisations économiques, élus, distributeurs, consommateurs...".


Météo
Si la moisson s'annonçait prometteuse, la météo est venue désorganiser les récoltes, en ne laissant que trop peu de fenêtres climatiques. "15 à 20% des surfaces n'ont toujours pas été récoltées, estime Ronan Le Meur, vice-président de la FDSEA. Et, quand la récolte a eu lieu, elle a donné lieu à des frais de séchage importants, de l'ordre de 15 à 20€/t".


Lait
"Grâce à une forte mobilisation des éleveurs, nous avons réussi à faire entendre raison à Entremont Alliance", se félicite Ronan Le Meur. Reste maintenant à trouver un autre mode de fixation du prix du lait. "Nous devrons certainement un jour envisager la contractualisation. Mais nous veillerons à ce qu'elle s'élabore dans un cadre collectif". Et les producteurs du Grand Ouest qui, à eux seuls, représentent 60% de la collecte nationale, entendent bien être force de proposition. "Nous n'attendrons pas que l'échelon national décide de notre avenir".


Légumes
Alors que le consommateur se détourne des fruits et légumes frais, accusés d'être trop chers, le producteur, lui, voit ses prix diminuer. "Nous réclamons la transparence des prix, pour que soit rétablie la vérité sur la répartition des marges", rappelle André Quénet. Ce à quoi pourrait contribuer l'observatoire des prix et des marges, qu'ils avaient demandé à rajouter à la LME, la moi de modernisation de l'économie. "Ces données existent, mais elles ne sont pas utilisées".


Cultures sous serres
"Les exploitations sous serres sont extrêmement fragilisées par l'augmentation du coût de l'énergie", rappelle André Quénet. Ce poste représente désormais plus de 30% de leurs charges. Et la crise est d'autant plus importante que les prix sont insuffisants pour couvrir les charges. "Nous demandons un appui immédiat de l'Etat sur le dossier de la cogénération, qui consiste à produire de l'électricité à partir du gaz naturel. Ce système permet au producteur de récupérer de la chaleur et du dioxyde de carbone pour ses serres et contribue à réduire la dépendance énergétique de la Bretagne".


Production porcine
Le 7 août dernier, Bruxelles vient de voter l'arrêt des restitutions aux exportations ! "La crise n'est pas finie", plaide Jean-Marie Mingam. Même si les cours se sont redressés, un éleveur sur deux n'arrive toujours pas à l'équilibre financier. "Il faut que l'Union européenne ne se désengage pas de la gestion des marchés".


L'installation
"Encourager l'installation sur des exploitations viables est un enjeu crucial pour l'avenir de notre département", rappelle François Caradec, vice-président des JA. Un nouveau dispositif d'accompagnement des jeunes à l'installation devrait voir le jour début 2009. "Pour que la reprise ait lieu dans de bonnes conditions, il est nécessaire de revaloriser les petites retraites agricoles, au moins à 75% du Smic".

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Acceptabilité sociétale : ouvrir, montrer et démontrer
Alors que s’ouvre dans quelques jours en mairie d’Arzal (56) leur dossier d’enquête publique, les associés de la SCEA de Kerollet…
Canettes tueuses, quand l'incivilité tue
Depuis deux ans, le Gaec de Kerforn, à Caudan, a du se résoudre à faire euthanasier six vaches sur la centaine de laitières qui…
Des protéines végétales bretonnes pour réduire les importations de soja
Si la Bretagne importe 95 % des protéines végétales dont elle a besoin pour nourrir ses animaux d’élevage, le GIE SVP est bien…
Valens, le nouveau verrat équilibré d’Axiom
La firme génétique met sur le marché un nouveau verrat dont l’objectif est de répondre aux exigences des producteurs français.…
Rapport sur le suicide d’agriculteurs : les premières pistes
Après six mois de mission, le député Olivier Damaisin s’apprête à rendre au Premier ministre son rapport sur le suicide et le mal…
Tags en exploitation : jusqu’où iront-ils, s’interroge la FDSEA 29
En fin de semaine dernière, plusieurs tags ont été découverts sur deux exploitations agricoles de Plonévez-Porzay, dont celle de…
Publicité