Aller au contenu principal

Une situation économique difficile

Le Cerfrance Finistère a profité de son assemblée générale, le 26 mars dernier, pour tirer la sonnette d'alarme : au-delà de l'agriculture et de l'agroalimentaire, les artisans et commerçants souffrent aussi.

Stéphane Aupècle, président de Cerfrance Finistère
Stéphane Aupècle, président de Cerfrance Finistère
© Chantal Pape

"2012 a été une année intense". Si le changement de sa chaîne informatique a compliqué le travail de ses collaborateurs, Cerfrance Finistère a aussi été en première ligne pour épauler ses adhérents en difficulté. Et, des éleveurs Doux devant récupérer leurs créances aux producteurs de lait ou de porcs en manque de rentabilité, en passant par les artisans du bâtiment aux carnets de commande peu remplis ou aux commerçants aux chiffres d'affaire insuffisants, ces derniers n'ont pas manqué !

 

En état d'alerte

 

"Je suis très inquiet quant à la situation économique du département", résume Stéphane Aupècle, en mettant l'accent sur l'écotaxe, "qui mettra en difficultés les transporteurs et aura un impact sur l'agriculture". Une agriculture que le président de Cerfrance Finistère juge "en état d'alerte", avec une situation financière qui se dégrade en lait, des trésoreries qui se tendent en porc, des inquiétudes chez les éleveurs Doux quant à leur rémunération ou le nombre de lots mis en place en 2013...

"Nos industries agroalimentaires sont aussi en alerte", poursuit Stéphane Aupècle, en évoquant Gad, Tilly Sabco et Doux, confrontés à la baisse, voire l'arrêt, des restitutions, Boutet Nicolas... "Ces plans sociaux, dramatiques pour les salariés, sont la résultante de la baisse de la production agricole en Bretagne".

Mais, plutôt que de sombrer dans le pessimisme, le président de Cerfrance Finistère en appelle aux élus. "Nous avons un potentiel économique très important pour les années à venir. Mais nos dirigeants doivent cesser de nous imposer de nouvelles réglementations franco-françaises, qui nous rendent non compétitifs". Et demande à la société de tirer dans le même sens. "Sans une agriculture et une industrie forte, il n'y aura pas d'économie prospère et solidaire en Bretagne".

 

Proximité

 

De son côté, Cerfrance Finistère a mis l'accent, en 2012, sur la proximité, avec des "rencontres économie et prospective" avec ses adhérent et des soirées d'information et d'échanges. En conseil individuel, 2012 aura aussi été l'année de la mise en place de nouveaux outils de gestion, Spot porc, lait ou serres, pour mieux piloter l'exploitation et être plus réactif face à une conjoncture instable.

En 2013, le centre de gestion poursuivra la conquête du marché des artisans, commerçants et professions libérales. Un marché qui a doublé en 10 ans et qui représente, désormais, 46% de ses adhérents. "Comme sur le marché agricole, c'est par la qualité et la pertinence de notre expertise que nous avons progressé". Des partenariats ont été noués avec la Chambre des métiers et la Maison des professions libérales. Et l'appartenance au réseau national permet à Cerfrance Finistère de proposer analyses de groupe par métier et offres de service spécifiques.

 

 

 

Cerfrance Finistère en bref

 

18 agences,

402 collaborateurs,

7 942 entreprises adhérentes,

dont 3 700 sur le marché des artisans, commerçants, professions libérales.

 

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Des protéines végétales bretonnes pour réduire les importations de soja
Si la Bretagne importe 95 % des protéines végétales dont elle a besoin pour nourrir ses animaux d’élevage, le GIE SVP est bien…
Le Finistère surfe sur le Bien manger
Après avoir lancé son PAT, projet alimentaire de territoire, le Finistère a continué sur sa lancée, en faisant de 2020 l’année du…
Bovins mutilés : comment agir ?
Depuis plusieurs mois, des faits de mutilations de chevaux ont été signalés un peu partout en France et font régulièrement la Une…
"Vivre de ma passion, pas pour ma passion"
À l'occasion du Space la semaine passée, une visite d'exploitation était organisée pour mettre en avant les efforts des…
Robots d’alimentation, pour quels bénéfices ?
Avec l’agrandissement des structures, les robots d’alimentation se multiplient dans les élevages. Pour quels bénéfices ? Chambres…
Carbocage ou combien de carbone stocké dans vos haies ?
La haie bocagère recèle de richesses, y compris fourragères. Elle contribue aussi au piégeage du carbone. Mais de combien ?…
Publicité