Aller au contenu principal

FORESTIERS PRIVÉS
Une union régionale pour peser et contractualiser

Sur le département le plus boisé de Bretagne, les forestiers privés du Morbihan, réunis à Vannes le 24 septembre, s'intéresseront à la commercialisation et la valorisation de leurs bois. Pour faire face aux nouveaux besoins, ils s'organisent en union régionale pour contractualiser avec les industriels.

Leurs problématiques sont les mêmes. Que ce soient en termes "d'occupation de l'espace, d'environnement, d'aléas climatiques ou d'empilement réglementaires". Propriétaires de la forêt privée bretonne et agriculteurs partagent souvent les mêmes préoccupations. Les conséquences de la diminution drastique des subsides de l'Etat, en sont une nouvelle. "La LMA nous confie de nouvelles tâches, mais ne nous en donne pas les moyens financiers", déplore Guy de Pénanster, président du centre régional de la forêt privée de Bretagne et du syndicat  morbihannais. En cause ? L'extension des plans simples de gestion agréés. Désormais, ils seront applicables à tout propriétaire de 25 ha de forêt. Finie la mention d'un seul tenant ! "Les agents du CRPF vont devoir instruire plus de dossiers. A moyens constants, ce sera au détriment d'autres missions", prévient-il en regrettant la multiplication des couches réglementaires.

 

 

S'unir pour contractualiser

"Car à force, c'est notre compétitivité qui est en jeu sur un marché du bois désormais mondial", pointe-t-il, soulignant l'importance de l'ensemble de cette filière pour la Bretagne qui, en nombre d'emplois, talonne celle du secteur du tourisme. L'autre motif d'inquiétude, pour Guy de Pénanster, est, cette fois-ci, d'ordre sanitaire avec l'arrivée d'un nouveau nuisible sur le Nord et l'Ouest du Morbihan.  Déjà présente dans les Côtes d'Armor et le Finistère, la larve du Deudroctome progresse vers le Sud s'attaquant à l'épicéa. Seul moyen de lutte, l'introduction d'une larve prédatrice qui, d'ici 5 ans, devrait barrer la route à ce nouvel intrus.
Enfin, face à l'installation de nouvelles chaufferies de proximité de grosse capacité (sur Lannion, Rennes et Carhaix), et pour répondre à la demande de 50 % de bois d'origine forestière, les propriétaires s'organisent. Ils créent, au niveau régional, une union de producteurs "spécifique à la Bretagne". A sa tête, André Allanic. L'objectif ? "Une vue d'ensemble est nécessaire pour valoriser et trouver des débouchés à notre bois breton avec une réponse collective, des contrats types. Le moyen pour les producteurs de garder une marge", défend Guy de Pénanster.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le cheptel porcin chinois reconstitué, la filière française en crise
Le ministère de l’Agriculture chinois vient de révéler que le nombre de porcs vivants sera bientôt au même niveau qu’avant la…
"Une démarche remplie d’espoir et de sens"
Quatre ans après la création de "C’est qui le patron ?!", son fondateur, Nicolas Chabanne, revient sur l’évolution de la marque…
Pompiers volontaires : Laïta favorise l’engagement de ses salariés
Une convention avec le Sdis 29 l’a officialisé : Laïta va octroyer jusqu’à 10 jours par an à ses salariés sapeurs-pompiers…
La grange du Guilar, un nouveau magasin à la ferme à Bodilis (29)
Le premier confinement a multiplié son activité de vente à la ferme par quatre ! Pour offrir à sa clientèle une plus large gamme…
Le boycott des produits français : quel impact pour la Bretagne ?
Les appels au boycott de produits français se sont multipliés depuis le samedi 24 octobre dans plusieurs pays du Moyen-Orient…
Les agriculteurs sous la loupe de l'Insee
Les chiffres agricoles de l'Insee confirment les impressions du terrain mais alertent sur la baisse du nombre d'agricultrices. En…
Publicité