Aller au contenu principal

Syndicat Prim'holstein à Naizin
USA, une génétique génomique avec testage

Réunis à Naizin pour leur assemblée générale, les éleveurs du syndicat Prim'holstein du Morbihan se sont penchés sur les apports de la génomique via l'expérience de la coopérative d'insémination Select Sires. C'est deux fois plus fiable, leur a expliqué en substance Chuck Sattler, mais bien plus précis en le doublant du testage.

Chuck Sattler, responsable technique dans l'Ohio de la première coopérative d'insémination artificielle des USA et du Canada réunis, Select Sires.
Chuck Sattler, responsable technique dans l'Ohio de la première coopérative d'insémination artificielle des USA et du Canada réunis, Select Sires.
© claire Le Clève

 

 

La sélection sur pedigree et descendance connaîtrait- elle ses dernières heures, terrassée par les nouveaux apports du génome dans les exploitations? "Certainement pas", assure Chuck Sattler, responsable technique dans l'Ohio de la première coopérative d'insémination artificielle des USA et du Canada réunis, Select Sires. En Prim Holstein, sa base de tests est large. Les marqueurs génétiques de 9400 taureaux et 5086 vaches  Prim Holstein  ont été inventoriés et les résultats, isolés, croisés avec les acquis des ascendances et des testages. Un travail à l'échelle des troupeaux d'Outre Atlantique et  "seule une base de 2 000 taureaux permet d'atteindre ce niveau de fiabilité des résultats" assure le spécialiste. "Un avantage que les éleveurs de Primh'holstein possèdent par rapport à d' autres races" poursuit-il. Indéniable est le gain en fiabilité, elle a été doublée. Plus de 30 % acquis sur le critère production, plus de 31 sur le critère morphologie et plus de 35 sur les caractères santé et fonctionnalité, sont autant de gains par race obtenus grâce aux marqueurs génétiques depuis deux ans et demi Outre Atlantique .

 

Génomique, encore urgent d'attendre

 

"Les test ADN ont permis de gagner encore en précision sur les critères recherchés par les éleveurs, mais, surtout, ils permettent un gain de temps important", pointe Chuck Sattler, qui, pour autant, insiste. "Les résultats de la descendance sont indispensables pour être sûr de ce que l'on va faire, car on a tout de même une chance sur deux de se tromper avec le seul index de génotype"". On ne gagne pas à coup sûr. Alléchants, les index génomiques apportent aussi des déceptions. "C'est une prise de risque. Vous avez  intérêt, si vous êtes un petit éleveur à prendre des taureaux testés", estime t-il. Aux USA, le coût du testage génomique est de 250 dollars (et dure 2 mois)  pour la voie femelle, avec un libre d'accès au niveau des informations. Il n'en va pas de même pour la voie mâle. "Nous en gardons l'exclusivité des testages jusqu'en 2013". Conséquence, la génomique est loin d'avoir simplifié le travail des centres. Quatre fois plus de taureaux sont testés, pour , au final, "en rentrer le même nombre qu'auparavant". Autre paradoxe, celui de l'envolée des prix des veaux, la pression de sélection étant très forte. "Les centres veulent rentrer les meilleures vaches, ce sont de nouvelles opportunités pour les éleveurs qui négocient les contrats, le prix des veaux a augmenté de 50 % en 2010, on s'attend au même phénomène en 2011", acquiesce Chuck Satteler devant des éleveurs français qui ont vu ici, comme pour leur lait,  le prix de leurs veaux plonger. Rappel s'il en était besoin encore,"d'une année 2009 catastrophique pour les producteurs de lait que nous sommes", a souligné Jean François Guillaume, président d'un syndicat dont les activités, et ce n'est pas la moindre de leurs vertus,  ravivent esprit d'équipe et convivialité, si précieux  par les temps qui courent.

 

Claire Le Clève

Légendes

Chuck Sattler, responsable technique dans l'Ohio de la première coopérative d'insémination artificielle des USA et du Canada réunis, Select Sires.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Une démarche RSE comme moteur du changement ?
Une démarche RSE peut elle être un moteur du changement ? C’est le pari que veut faire le Crédit Agricole des Côtes d’Armor qui a…
Forestiers : comment restaurer le dialogue avec la société ?
Si les citoyens apprécient la forêt, symbole de nature préservée, et le bois matériau, pour se chauffer ou se meubler, ils sont…
Des moissons compliquées par une météo pluvieuse
Depuis le 14 juillet le beau temps était reparti permettant aux moissons de démarrer enfin après un épisode pluvieux record. Sur…
La filière porcine en plein doute
Dans une lettre ouverte à Julien Denormandie, la première coopérative porcine de France explique son projet de quitter ATM (le…
Locus Solus, la petite maison d’édition qui monte...
Créée il y a maintenant neuf ans, Locus Solus se fait peu à peu sa place dans le monde de l’édition, à raison de 40 à 45 ouvrages…
Se lancer dans l’inconnu oui mais... avec des partenaires que l’on connaît bien !
Installés depuis quatre ans, Myriam et Vincent Labbé, ont repris deux élevages sur la commune de Plenée-Jugon (22). Leur objectif…
Publicité