Aller au contenu principal

Véronique Marchesseau tête de liste

Entamée en octobre, l'opération fermes ouvertes de la Confédération Paysanne s'est achevée samedi dernier, à Sulniac, avec la présentation de la liste conduite par Véronique Marchesseau. C'est une agriculture humaine et autonome que le syndicat défend avant tout pour être «bien dans sa ferme».

Véronique
Marchesseau, au centre, aux cotés de Jean louis Le Normand et leurs
co-listiers. Tous deux, producteurs de viande bovine, à Langonnet et
Sulniac, sont en tête de la liste de la Confédération Paysanne
dans le Morbihan
Véronique
Marchesseau, au centre, aux cotés de Jean louis Le Normand et leurs
co-listiers. Tous deux, producteurs de viande bovine, à Langonnet et
Sulniac, sont en tête de la liste de la Confédération Paysanne
dans le Morbihan
© claire le cleve




Les
vingt trois noms de la liste que présente la Confédération
Paysanne aux prochaines élections à la chambre d’agriculture du
Morbihan ont donc été dévoilés, samedi dernier sur l'exploitation
de Jean Louis Le Normand. Il cède à Véronique Marchaisseau,
éleveuse en viande bovine à Langonnet, la tête de cette liste
qu'il occupe en seconde position. «La
parité n'est pas un souci. Nous n'avons jamais conçu les choses
autrement
», estiment
les colistiers qui ont profité des Portes ouvertes depuis octobre,
pour témoigner des valeurs défendues par le syndicat prônant «des
fermes à tailles humaines pour vivre mieux».





« Bien
dans sa ferme», le slogan


Et
de le démontrer à Caro, en production porcine «on
sait produire autrement avec un développement différent
».
A Lanouée en lait, avec 100 000 litres produits et livrés non
transformés, «l'efficacité économique est au rendez vous »
et encore à Gourin, avec un accès au foncier rendu possible par un
GFA. A Sulniac, sur cette ferme où cohabitent 3 activités, Jean
Louis Normand veut transmettre «mais
pas forcément ma production. Ça se réfléchit plusieurs années
avant
» insiste-t-i,
serein. «Cela fait 20
ans que c'est en bio, mon exigence est là
»,
résume-t-il. Quant aux terres ? «Les
gens qui s'installent ont suffisamment à investir dans leur projet
pour ne pas les alourdir par la reprise du foncier. Il y en a assez
que toutes les générations l'achètent. Et ça spécule. Or il faut
le garantir comme outil de productio
n».
D'où l'idée de taxer les ventes de propriétés pour abonder «un
office foncier pour acquérir du foncier agricole
».





Agriculture
paysanne porteuse d'avenir


Transmettre,
la Confédération paysanne en a fait un des thèmes centraux de sa
campagne. «En 10 ans,
on a perdu 27 % des actifs en agriculture et personne n'en parle.
Compte tenu de ce que l'on voit et vit sur nos exploitations, on dit
à la Conf' qu'on peut ne pas les perdre avec l'agriculture que nous
défendons
», estime
Francis Roy. «Toute
exploitation, même petite, on peut installer derrière.
L'agriculture paysanne est porteuse d'avenir
»,
pour Véronique Marchesseau qui épingle la politique conduite par le
Département. En mire, la baisse du financement des MAE ou encore la
diminution des financements des associations de défense de
l'agriculture paysanne.


« Sur nos fermes, on créé des emplois indélocalisables ».





Claire
Le Clève






Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"La délégation de travail accompagne les mutations agricoles"
Élodie Gapihan travaille au Crédit Agricole d'Ille-et-Vilaine. Elle est la seule chargée d'affaires en France, à suivre…
ETA Guillon-Barbot : l'innovation pour modèle économique
Depuis 1977, l'ETA Guillon-Barbot à Vitré (35) fait de l'innovation sa marque de fabrique avec une philosophie qui se veut simple…
"L'épandage sans tonne, c'est l'avenir !"
L'ETA Guégan à Saint Onen La Chapelle (35) a inauguré cette année son "épandeur sans tonne avec rampe à patins". Une première…
A Moëlan, le projet de reconquête des friches contesté par le SDPPR
A Moëlan sur Mer, la municipalité a commencé à rendre à l'agriculture une partie des 500 ha de friches que compte la commune, via…
L’observatoire du coût de revient : "faire œuvre utile"
Apporter sa pierre à l’édifice pour la prise en compte du coût de revient des adhérents dans la construction du prix du lait, c’…
OP et AOP seront au cœur de la PAC de 2023
Les organisations de producteurs, Op et les associations entre elles AOP, seront au cœur de la future PAC. Elles pourront…
Publicité