Aller au contenu principal

CRP
Vers un comité économique régional ?

Invoquant l'Omerta imposée par la grande distribution sur la répartition des marges au sein de l'interprofession porcine, Fortuné Le Calvé et Marcel Corman ont appelé, jeudi dernier au Space, à la création d'un comité économique régional porcin.

Affaire de conjoncture. Avec un prix de revient de 1,57 euros qui n'a pas fini son ascension, et un prix de vente qui talonne les 1,31, l'enthousiasme n'était pas au rendez-vous pour les responsables du CRP et de l'UGPVB, jeudi dernier au Space. "Il manque 30 euros par cochon. Combien de temps va t-on pouvoir supporter ça", interpelle Fortuné le Cavé, président du CRP. "On a fait nos comptes. Si nous étions payés 1,70 euro, cela ne représenterait au final que 7 à 8 ct par kg de porc et le Français en mange 37 kg", poursuit-il.
Répercuter le coût sur celui du panier de la ménagère ? "Pas question", a mis en garde le chef de l'Etat, lors de sa visite au Space, qui, dans le même temps, laissait entendre aux éleveurs, que "le paysan doit vivre de prix et non de primes". Interpellé sur l'augmentation de prix de revient, Michel Barnier aurait pointé auprès des producteurs "leur mauvaise organisation".

Se prendre en main
"97 % d'entre nous sont dans des groupements ou des coopératives. Et dans l'interprofession qu'on nous a demandé de mettre en place (Inaporc : NDLR), règne l'Omerta", répond Fortuné Le Calvé. "La grande distribution nous impose le silence sur le partage des marges", renchérit Marcel Corman, de l'UGPVB. "Il est temps de mettre les clignotants au rouge et de penser à un comité économique paysan au niveau de la région qui dirait les choses haut et fort", plaident les deux responsables qui soulignent l'urgence d'envoyer un signe fort aux éleveurs. "On a le devoir de se prendre en main".
CRP et UGPVB ont également affiché leurs préoccupations sur les bassins versants "où sur 4 d'entre eux, on est prêt à torturer 2200 familles en supprimant 30 % de leurs moyens de production". Inquiétude également liée au Sage (Schémas d'aménagement et de gestion des eaux), "avec le risque de passer à 70 unités de phosphore à l'ha". A noter la création de l'OVA, Organisme à vocation sanitaire, structure transversale qui, à l'image des GDS de Bretagne, aura les mêmes rôles et missions en matière porcine.
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le Space sera bien là en 2021, à Rennes
Le salon de l'élevage fait son grand retour à Rennes. Entre soulagement, fierté et impatience, les organisateurs du Space livrent…
Marché foncier en croissance, des prix qui continuent de progresser
Un an de crise sanitaire n'auront pratiquement eu aucune incidence sur l'activité du marché foncier et de la Safer. Mieux, le…
Choucas : du blé pour camoufler le maïs
Ravageurs, désherbage du maïs et pression des maladies sur céréales…, programme dense à la réunion bout de champ Agrocultures,…
Porcs : les éleveurs demandent la fin de la castration
"On bute sur le mur des abatteurs… Si le gouvernement ne nous aide pas, ça va être compliqué". Mardi dernier, l’association pour…
Les Entreprises des territoires en recherche constante de reconnaissance
Les entreprises des territoires (EDT) se réunissaient encore une fois en viso conférence pour l’assemblée générale 2021. l’…
L’agriculture intensive et le hors sol : une chance pour la Bretagne

Productiviste, industrielle et intensive à outrance : voilà les qualificatifs réducteurs et mensongers dont certains ne…

Publicité