Aller au contenu principal

Producteurs de volailles en vente directe
Vers une charte de qualité

Ils produisent et vendent leurs volailles fermières. Peu nombreux et pour peser, ils ont décidé de s'organiser dans le Morbihan créant l'APVVDM*. Aujourd'hui, la réglementation salmonelle les inquiète. Ils réagissent en élaborant une charte de qualité qui pourrait faire école.

 

Sur la cinquantaine d'éleveurs pratiquant l'élevage et la vente directe de volailles fermières dans le Morbihan, une vingtaine se sont regroupés autour de l'association créée il y a deux ans. «Pour autant fédérer reste difficile mais c'est une nécessité pour se faire entendre», pointe Gilles le Falher, président de l'APVVDM. Car si la vente directe à le vent en poupe, au dessus de ces producteurs de volailles fermières, plane la menace de la réglementation salmonelles. Car en cas de détection, la sanction tombe comme un couperet avec la fermeture administrative de l'élevage durant 16 semaines. «Si on cherche, on trouve, même dans les élevages les plus nickels», s'inquiète un éleveur. «Une fermeture, on ne s'en relève pas. Il y a eu un cas dans le 44», enchaîne Gilles Le Falher, producteur de 5000 volailles fermières et de bovins viande.

 

Se faire entendre

Pour éviter de subir, «nous devons prendre de l'avance, montrer qu'on travaille sur le sujet pour être associés aux prochaines discussions», souhaitent les membres de l'association qui se sont réunis le le 4 juin dernier. « On veut installer du monde avec de la vente directe mais si on applique la réglementation à la lettre, c'est impossible », relève Gilles Le Falher. L'association a donc entrepris une démarche dérogatoire de l'application de l'arrêté, relayée par la Chambre d'agriculture au niveau régional, puis auprès de l'APCA. «En un an, ça bouge, le Morbihan est précurseur » note t-il.

 

Travailler et se former sur la bio sécurité

Pour asseoir leur crédibilité, les membres de l'association vont donc entreprendre un audit de chaque élevage par le GDS avec adhésion de l'association au groupement de défense sanitaire. L'objectif ? «Se faire accompagner dans un audit sur la bio sécurité dans nos élevages et pour faire un état des lieux. C'est pour améliorer nos pratiques dans une démarche collective, avec des formations adaptées. A la clé, on espère mettre sur pied une charte de bonnes pratiques que nous allons élaborer », note Gilles Le Falher. La démarche, soutenue par le Conseil général, permet la mise en place de cet audit ouvert à tous les éleveurs de volailles fermières morbihannais. Avec le coup de pouce de l'association pour aider ses membres dans un audit dont le prix sera volontairement bas. Association qui, face aux questions de biosécurité communes aux nouveaux marchés et nouvelles filières, souhaiterait voir le recrutement d'un Monsieur (ou Madame Qualité au sein des chambres d'agriculture, pour accompagner les producteurs dans une question transversales aux productions.

 

Claire Le Clève

 

 

Légende : 

 

*Association des Producteurs de Volailles en Vente Directe

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le cheptel porcin chinois reconstitué, la filière française en crise
Le ministère de l’Agriculture chinois vient de révéler que le nombre de porcs vivants sera bientôt au même niveau qu’avant la…
"Une démarche remplie d’espoir et de sens"
Quatre ans après la création de "C’est qui le patron ?!", son fondateur, Nicolas Chabanne, revient sur l’évolution de la marque…
Pompiers volontaires : Laïta favorise l’engagement de ses salariés
Une convention avec le Sdis 29 l’a officialisé : Laïta va octroyer jusqu’à 10 jours par an à ses salariés sapeurs-pompiers…
La grange du Guilar, un nouveau magasin à la ferme à Bodilis (29)
Le premier confinement a multiplié son activité de vente à la ferme par quatre ! Pour offrir à sa clientèle une plus large gamme…
Le boycott des produits français : quel impact pour la Bretagne ?
Les appels au boycott de produits français se sont multipliés depuis le samedi 24 octobre dans plusieurs pays du Moyen-Orient…
La naissance d'un poids lourd du conseil, et de la Data en élevage
Par communiqué, quatre structures, Evolution, BCEL ouest, GDS Bretagne et Copavenir ont annoncé en fin de semaine dernière leur…
Publicité