Aller au contenu principal

Grâce à l'ADEMA
Virginie Brunet travaille en élevage porcin

33 ans, 3 enfants, 36 000 boulots...... Et Virginie Brunet en octobre 2011 pousse la porte de Pôle Emploi et découvre, grâce au dispositif Adéma mis en place par le Fafsea, un vrai intérêt pour l'élevage porcin. Depuis lors elle s'est formée avec, à la clé, un métier très bien rémunéré !

Virgine Brunet est embauchée depuis le 1 janvier 2012 dans une exploitation porcine de 370 truies NE.
Virgine Brunet est embauchée depuis le 1 janvier 2012 dans une exploitation porcine de 370 truies NE.
© claire le clève

 

"J'ai tout fait, depuis la restauration en passant par la pâtisserie, le bâtiment pendant 6 ans ou l'agroalimentaire, je ne suis jamais restée au chômage". A l'automne 2011 après un contrat de remplacement d'un an dans une usine agroalimentaire, cette jeune maman de trois enfants, volontaire, franchit la porte de Pôle Emploi à Lanester. "J'ai eu la chance de rencontrer la conseillère qui s'occupe du secteur agricole. Elle m'a proposé le dispositif d'accès aux métiers agricoles, ADEMA. J'ai dit pourquoi pas. Le premier novembre, j'arrivais pour 5 semaines. La première se déroulait au centre de Kérel, à Crédin (56) pour découvrir l'environnement agricole", se souvient Virginie Brunet. Au détour du centre de formation de la chambre d'agriculture du Morbihan, doté d'une exploitation de démonstration, ce ne sont ni les vaches, ni les volailles qui attirent la jeune femme. "Je me souviens des petits cochons et d'une truie, elle est venue vers moi en trottinant avec sa bouille et ses oreilles, c'était rigolo, presque tendre". Alors elle craque pour le cochon, dégote un maître de stage qui l'accueillera durant 3 semaines sur un élevage porcin. "Ça me plaisait beaucoup. J'en ai parlé à la maison, mon mari n'était pas d'accord pour cette orientation. Il restait figé dans une vision de l'agriculture des années 50, rude et difficile. Je suis passée outre. Je lui ai montré les conventions collectives, les niveaux de salaires".

 

"On nous offre une formation, ou un boulot à la clé"

 

A la fin du dispositif, Virginie Brunet a le choix entre un contrat de 6 mois ou une formation. Hyper motivée, elle sait qu'elle a trouvé sa voie. " Ici, on nous offre une formation. A l'âge qu'on a ! Une formation diplômante, rémunérée qui permet de s'installer. Mais c'est une chance formidable !", reconnaît Virginie Brunet. La jeune femme entame dans la foulée, en janvier 2012, un BPREA sur 9 mois avec 9 semaines de stage."J'ai essayé de tout voir en cochon, depuis la maternité collective jusqu’à l’élevage expérimental en passant par le plein air et l'élevage conventionnel. J' ai énormément appris. Ça a renforcé mon intérêt pour cette voie et m'a motivé pour assister aux cours. Dès qu'on parlait du cochon, c'était que du bonheur. Mais j'étais la seule". Et pour cette jeune femme, franche et directe,"tout finit par s'apprendre, mais ce métier du vivant demande beaucoup d'observation, de passer du temps, regarder". Pour compléter sa formation sur l'environnement professionnel, lors de sa dernière semaine de stage, quelques jours avant l’obtention de son BPREA, son tuteur l'envoie découvrir le groupement Prestor. "Ils ont fait marcher le bouche à oreille. Un éleveur m'a appelé pour du boulot. J'ai signé avec lui après 3 mois à l'essai. Je suis avec une autre salariée sur cet élevage de 370 NE, c'est passionnant. Si je n'avais qu'un message ? Faîtes du porc, soyez convaincus, il y a du boulot. Il ne faut pas avoir peur de changer de métier". Aujourd'hui, après 5 mois d'activité, la jeune femme perçoit un salaire net de10 euros l'heure auxquels se rajouteront les primes mensuelles au sevrage et un 13 éme mois. "Aujourd'hui, c'est mon mari, salarié dans le bâtiment, qui me pose des questions", s'amuse-t-elle pour qui l'essentiel est bien là : "Je suis contente et mes cochons sont bien avec moi".

Accroche : Je suis contente et mes cochons sont bien avec moi. Si je n'avais qu'un message ? Faîtes du porc, soyez convaincus, il y a du boulot. Il ne faut pas avoir peur de changer de métier"

Claire Le Clève

 

 

En pratique

Adema pour Accès des demandeurs d'emploi Aux Métiers de l'Agriculture, est un dispositif mis en place par le Fafsea et Pôle emploi permettant une formation découverte des métiers gratuite de 5 semaines avec 3 semaines en entreprise et un contrat de travail ou une formation à la sortie. Depuis 2010, 64 stagiaires ont bénéficié de ce dispositif. Pour plus de renseignements : www.fafsea.com/adema/candidats/agenda/ag_bretagne.htlm

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Bale grazing, une autre façon de nourrir dehors les animaux en hiver
Inspiré de techniques néo-zélandaises, le bale grazing consiste à disposer de l’ensilage ou du foin dans une parcelle, qui…
Les méthaniseurs bretons défendent un modèle agricole
L'Association des agriculteurs méthaniseurs bretons s'est réunie au Lycée la Touche à Ploërmel (56). Avec les trois quarts d'…
Les producteurs de lait exigent des hausses de prix
Alors que les négociations commerciales avec la grande distribution battent leur plein, les producteurs de lait sont venus…
Agriculture, quelles stratégies bas carbone ?
Mobiliser les acteurs du territoires sur la diminution de leur empreinte en matière de GES, gaz à effet de serre. C’est tout l’…
Les zones d’ombre des nouveaux textes sur les ZNT
Le ministère de l’Agriculture a mis en consultation le 21 décembre deux textes réglementaires sur les zones de non-traitement (…
L'élevage aux abois, étranglé par l’absence de prix et l’envol des charges
Beaucoup de jeunes installés. Après le rassemblement de plus de 300 producteurs de porcs jeudi, pour demander des aides d’urgence…
Publicité