Aller au contenu principal

Vols dans les exploitations : mieux vaut prévenir

Pendant longtemps, le monde rural a plutôt été épargné par les vols. Ce n'est plus le cas, y compris dans les exploitations, qui peuvent même au contraire s'avérer des cibles privilégiées. Une convention a été signée entre la chambre d'agriculture, la FDSEA et les JA, à la fois pour mener une campagne de prévention mais aussi lutter plus efficacement contre ces méfaits.

En 2014, 200 faits de vols ont été recensés dans les exploitations.
En 2014, 200 faits de vols ont été recensés dans les exploitations.
© A.M

"C'est arrivé une nuit entre le dimanche et le lundi. Je ne m'en suis pas aperçu tout de suite et c'est en voulant prendre un outil qui avait disparu que je me suis rendu compte que l'exploitation avait été visitée. Au même moment, le voisin appelait pour dire que sa maison avait été cambriolée. Du coup j'ai fait le tour et j'ai compris que je n'avais pas qu'un outil qui avait disparu, mais il manquait aussi du fuel, et le plus embêtant une voiture". Ce témoignage de Daniel Tandé, agriculteur à Saint-Jean-sur-Couesnon, les gendarmes sont désormais habitués à l'entendre. Alors sans vouloir verser dans le catastrophisme, les chiffres des vols dans les exploitations étant stables*, "nous ne voulons pas restés les bras croisés devant ces faits qui vont du vol de fuel, aux tracteurs, en passant par les animaux ou les véhicules personnels", a déclaré Loïc Guines, le président de la FDSEA 35.

Au niveau national, une convention existe déjà avec la FNSEA et c'est donc sa déclinaison départementale qui a été signée mardi 20 janvier. "Depuis mars 2014, nous avons déjà mis en place une surveillance ciblée sur les exploitations les plus fragiles", a rappelé le colonel Fabrice Bouillié, commandant du groupement de la gendarmerie départementale d'Ille-et-Vilaine.

Une quinzaine de référents sûreté locaux

Concrètement, cette convention va avoir deux volets. Le premier est consacré à la prévention des actes de malveillance, en sensibilisant les exploitants à la sécurité des cuves à fuel, et aux réflexes "bêtes", comme ne pas laisser ses clés de voiture sur le contact... "Nous avons une quinzaine de référents sûreté locaux, plus un responsable départemental, qui sont disponibles pour répondre aux sollicitations des agriculteurs et venir faire en quelque sorte un diagnostic de l'exploitation", ajoute le colonel Fabrice Bouillié.

L'autre volet de cette convention, c'est à l'image de ce qui existe avec les commerçants, la création d'un réseau d'alerte, géré par un centre opérationnel de la gendarmerie nationale. Ainsi, dès qu'un fait est connu, des SMS d'alerte et de préconisation sont envoyés, dans l'objectif de couper court au phénomène de vols en séries. "Nos exploitations sont dispersées sur le terrain, parfois isolées et on a souvent tendance à penser que les vols ça n'arrive que chez les autres, jusqu’au jour où on est soi même victime", a souligné Marcel Denieul, le président de la chambre. Et de conclure : "il faudra peut être à l'avenir intégrer ces questions dans la conception de nos bâtiments, ou l'organisation de nos exploitations".

 

*En 2014, 19 500 crimes et délits concernant des atteintes aux biens ont été constatés en Ille-et-Vilaine, dont 200 faits concernent des exploitations agricoles.

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"La délégation de travail accompagne les mutations agricoles"
Élodie Gapihan travaille au Crédit Agricole d'Ille-et-Vilaine. Elle est la seule chargée d'affaires en France, à suivre…
ETA Guillon-Barbot : l'innovation pour modèle économique
Depuis 1977, l'ETA Guillon-Barbot à Vitré (35) fait de l'innovation sa marque de fabrique avec une philosophie qui se veut simple…
OP et AOP seront au cœur de la PAC de 2023
Les organisations de producteurs, Op et les associations entre elles AOP, seront au cœur de la future PAC. Elles pourront…
"L'épandage sans tonne, c'est l'avenir !"
L'ETA Guégan à Saint Onen La Chapelle (35) a inauguré cette année son "épandeur sans tonne avec rampe à patins". Une première…
Le projet Egalim II du député Besson Moreau est sur la table
Le député LREM de l’Aube Grégory Besson-Moreau a enfin divulgué sa proposition de loi sur les relations commerciales dans le…
L’observatoire du coût de revient : "faire œuvre utile"
Apporter sa pierre à l’édifice pour la prise en compte du coût de revient des adhérents dans la construction du prix du lait, c’…
Publicité