Aller au contenu principal

Echanges parcellaires
Vous avez tout à y gagner !

Campagne d'année des chambres d'agriculture de Bretagne, les échanges parcellaires ont été au coeur de l'assemblée générale du comité de développement de la zone légumière.

Vincent Merrien, légumier à Cléder, et cheville ouvrière de deux échanges amiables, en 1999 et 2004.
Vincent Merrien, légumier à Cléder, et cheville ouvrière de deux échanges amiables, en 1999 et 2004.
© Chantal Pape

20 exploitants et 48 propriétaires pour 13 ha 35 échangés : les chiffres de l'échange amiable de Cléder laissent rêveur ! "C'était au bord de la côte, avec un parcellaire très morcelé, indique Vincent Merrien. Au total, on a échangé 134 parcelles qui faisaient, en moyenne, 1 000 m²".

Petit retour en arrière : quand Vincent s'installe, en 1997, en Gaec avec ses parents, il reprend une exploitation de 2,20 ha... et 12 parcelles. "Certaines étaient tellement difformes que je ne pouvais pas y aller avec notre remorque à choux et son tapis". Le jeune homme prend alors son courage à deux mains et organise une première réunion avec quelques voisins, histoire de voir comment améliorer les choses. "Il faut vraiment être motivé, avoue-t-il, en se remémorant ces deux années où il n'a pensé qu'à çà, ou presque, jour et nuit. "On a organisé des réunions tous les 15 jours, en hiver. Parfois, ça avançait. Parfois, certains remettaient nos travaux en cause. J'en rêvais la nuit. Et, dès le lendemain matin, je reprenais mes plans pour prévoir d'autres échanges".

Laisser les vieilles histoires de côté

Premier conseil : "avant d'attaquer les échanges parcellaires, il faut laisser toutes les vieilles histoires de côté". "Et toujours laisser la porte ouverte à la discussion, rajoute Jérôme Vacquet. Certains ont mis 5, voire 15 ans avant de s'engager dans un échange foncier".

Mais cela en vaut la peine ! "Une parcelle de 1 ha situé à 3km va nécessiter 120 à 130 km de trajet par an et 6 heures de tracteur rien que sur la route, détaille le conseiller aménagement foncier à la chambre d'agriculture. 210 km si elle est à 5 km". Regrouper les parcelles autour du siège d'exploitation permet aussi aux producteurs de bovins d'augmenter la surface accessible par les animaux et de diminuer les coûts de production, l'herbe pâturée restant le fourrage le moins cher. Et d'envisager des rotations plus longues et plus équilibrées.

"De jolies parcelles, faciles à travailler, font aussi gagner du temps par rapport à des parcelles biscornues, rajoute Jérôme Vacquet. Et il est plus simple d'y implanter haies et talus, qui limiteront le ruissellement et l'érosion". Echanges en propriété ou en jouissance peuvent être réalisés. Et, si les surfaces échangées sont égales, il n'y a pas d'impact sur les droits à produire. Que des avantages !

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Elle installe son élevage de brebis laitières sur Ouessant
Elle rêvait de vivre et de travailler sur son île. Un voyage en Mongolie lui a donné l’idée de son métier. Un appel à candidature…
La bio à grande échelle : utopie ou réalité ?
Alors que s'est tenu cette semaine le Congrès mondial de la bio à Rennes, se pose la question de la faisabilité du changement d’…
Les 28 et 29 août, Agrifête vous donne rendez-vous à Saint-Vougay

Les bonhommes de paille ont fleuri un peu partout dans le département, annonçant qu’après une année d’interruption pour cause…

À quelques jours de l'ouverture, l'effervescence gagne le Space
A l'heure ou l'élevage devient une question de société, le retour du Space en présentiel, du 14 au 16 septembre, est d'autant…
Au Space, les élèves du Nivot s’occupent des Normandes

Cette année, le Space servira de cadre au concours national de la race Normande, pour lequel 85 animaux ont été sélectionnés.…

Julien Denormandie, un ministre de l’Agriculture en immersion au Space
Loin des visites officielles qui se font parfois au pas de course, le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, a inauguré…
Publicité