Aller au contenu principal

Allo Paris ? Ici la Bretagne !

Jean-Hervé Caugant, président de la chambre d’agriculture Finistère.

La recrudescence des dégâts de gibier semble inéluctable. Le constat est là : chaque année est pire que la précédente. Pourtant, la chambre d’agriculture n’est pas en reste sur les actions engagées pour lutter contre ces dégâts. Mais il faut croire que le Finistère et la Bretagne sont bien trop loin des sphères parisiennes pour être entendus !
Si le sanglier continue de faire des ravages dans les campagnes, c’est bien le choucas des tours qui cristallise les débats. Délibération adoptée à l’unanimité en session, demande de moyens supplémentaires, sensibilisation des parlementaires et des maires… Notre mobilisation est pleine et entière pour enrayer cette situation catastrophique et retrouver un équilibre entre préservation de l’espèce et limitation des dégâts. Il n’est pas acceptable que ceux-ci soient supportés entièrement et uniquement par les agriculteurs. Sans solutions concrètes et efficaces, c’est à l’État de prendre le relais.
Mais les représentants de l’État sur nos territoires peinent à se faire entendre ; et ce n’est pas faute de relayer nos demandes (merci à eux pour leur soutien !). Le résultat est implacable : refus d’indemniser les dégâts, refus d’étudier la possibilité de déclassement de l’espèce. Les ministères, notamment celui de la Transition écologique, semblent être totalement imperméables aux réalités du terrain.
Et le choucas n’est pas un sujet isolé ! Le ministère de l’Agriculture a validé la semaine dernière une reconnaissance en calamité agricole sur vergers suite au gel de 2019 pour le Finistère. Alors que la DDTM, service de l’État sur les territoires, a travaillé d’arrache-pied pour défendre le dossier, le ministère est resté inflexible. Il a fait fi de toutes les expertises pour appliquer un zonage administratif en dehors de toute cohérence agronomique. Résultat : les producteurs de cidre AOP Cornouaille sont exclus de cette procédure, alors qu’ils ont accusé une perte de récolte moyenne de près de 80 % ! Un scandale !
Il est urgent que le ministère de l’Agriculture retrouve rapidement le chemin du bon sens paysan. Le ministre souhaite que les chambres soient
"acteur du dernier kilomètre, présent jusqu'au bout pour accompagner les agriculteurs". Nous y travaillons, Monsieur le ministre, mais encore faut-il que vos services à Paris se soucient de nous !

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Une démarche RSE comme moteur du changement ?
Une démarche RSE peut elle être un moteur du changement ? C’est le pari que veut faire le Crédit Agricole des Côtes d’Armor qui a…
Forestiers : comment restaurer le dialogue avec la société ?
Si les citoyens apprécient la forêt, symbole de nature préservée, et le bois matériau, pour se chauffer ou se meubler, ils sont…
Des moissons compliquées par une météo pluvieuse
Depuis le 14 juillet le beau temps était reparti permettant aux moissons de démarrer enfin après un épisode pluvieux record. Sur…
La filière porcine en plein doute
Dans une lettre ouverte à Julien Denormandie, la première coopérative porcine de France explique son projet de quitter ATM (le…
Locus Solus, la petite maison d’édition qui monte...
Créée il y a maintenant neuf ans, Locus Solus se fait peu à peu sa place dans le monde de l’édition, à raison de 40 à 45 ouvrages…
Se lancer dans l’inconnu oui mais... avec des partenaires que l’on connaît bien !
Installés depuis quatre ans, Myriam et Vincent Labbé, ont repris deux élevages sur la commune de Plenée-Jugon (22). Leur objectif…
Publicité