Aller au contenu principal

Les agriculteurs, premiers écologistes de France !

Huit villes de plus de 100 000 habitants, huit nouveaux maires "écologistes". Il n’en fallait pas plus pour que les médias fassent leurs gros titres sur une "déferlante verte" ou sur le "péril vert", contraignant nécessairement à un "verdissement" des politiques publiques. Les citadins applaudissent. Dans les campagnes, les "écolos" sont loin d’avoir fait un tabac.

Nous, agriculteurs, redoutons déjà de subir une nouvelle salve de contraintes "vertes". L’amertume est grande dans nos exploitations. On a vite oublié que les agriculteurs n’ont pas failli durant le confinement, et assuré l’approvisionnement alimentaire de nos concitoyens. Le fait est pourtant là : s’il y avait eu plus de cas de Covid-19 dans l’Ouest, et en Bretagne, la France n’aurait pas eu à manger.

Un fossé se creuse entre les métropoles et la campagne. Dans les villes, l’écologie est reçue comme un savoir, un dogme, une croyance, une religion. L’écologie des villes est manichéenne. D’un côté les gentils agriculteurs bio, locaux, qui produisent des légumes sans glyphosate (eh oui, on en est là !!!) et auprès desquels les citadins viennent évidemment s’approvisionner toutes les semaines. De l’autre, il y aurait les méchants agriculteurs productivistes de l’agrobusiness. Cette vision, caricaturale à souhait, est pourtant un point d’ancrage pour orienter les politiques publiques, faire de l’agribashing et taxer la FNSEA de syndicat "des gros et des pollueurs", quand les insultes ne sont pas pires.

Cette vision sans nuances de l’agriculture et de nos exploitations familiales ne doit pas nous conduire à considérer l’environnement comme un sujet tabou ou repoussoir. Affirmons ce que nous sommes : des écologistes, au sens premier et concret du terme. L’évolution de nos pratiques s’appuie sur la science et sur la connaissance, pas sur les dogmes de l’écologie politique. A moins que les citadins ne répondent présents à des opérations binettes ou désherbage manuel ? Considérer la campagne française comme un potager ou une ferme urbaine relève de l’escroquerie intellectuelle, ou plutôt de l’ "escrologie" !

Oui, nous sommes les premiers écologistes de France, car nous travaillons avec la nature et le vivant. Tout comme le bâtiment produit des maisons passives, le secteur automobile des voitures électriques, la banque des investissements durables, nos pratiques et nos modes de production évoluent au gré des évolutions technologiques. L’industrie et les services n’ont pas le monopole de la technologie.

Nos exploitations, quelle que soit leur taille, sont des entreprises qui n’échappent pas à la nécessité de résultats économiques pour les besoins des hommes, des engagements financiers et des projets ! Pour la FDSEA du Finistère, la problématique environnementale est une composante entière dans l’évolution des pratiques et des outils. Encore faut-il que l’État nous donne, avec de la visibilité réglementaire, de puissants leviers de financement et de compétitivité. A ces conditions, il y a certainement bien plus d’écologistes dans la campagne que dans les métropoles !

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le cheptel porcin chinois reconstitué, la filière française en crise
Le ministère de l’Agriculture chinois vient de révéler que le nombre de porcs vivants sera bientôt au même niveau qu’avant la…
La grange du Guilar, un nouveau magasin à la ferme à Bodilis (29)
Le premier confinement a multiplié son activité de vente à la ferme par quatre ! Pour offrir à sa clientèle une plus large gamme…
Le boycott des produits français : quel impact pour la Bretagne ?
Les appels au boycott de produits français se sont multipliés depuis le samedi 24 octobre dans plusieurs pays du Moyen-Orient…
La naissance d'un poids lourd du conseil, et de la Data en élevage
Par communiqué, quatre structures, Evolution, BCEL ouest, GDS Bretagne et Copavenir ont annoncé en fin de semaine dernière leur…
Viande cultivée : vers la fin de l’élevage ?
Depuis le premier steak haché créé en laboratoire en 2013, les techniques de production de viande artificielle progressent et de…
Une stratégie non pas tournée sur les volumes, mais le revenu
Lors d'une session en visio-conférence les chambres d'agriculture de Bretagne ont débattu et adopté les grands axes de leur…
Publicité