Aller au contenu principal

Quand les élèves de BTS interrogent une députée européenne

Le vendredi 15 janvier 2021, Marie-Pierre Vedrenne, députée européenne brétillienne est venue à la rencontre des étudiants en BTS Acse du Lycée des Vergers, à Dol-de-Bretagne. PAC, Brexit, Mercosur… Les étudiants se questionnent sur les enjeux géopolitiques qui animent aujourd’hui le monde agricole. C’est avec une grande simplicité que Marie-Pierre Vedrenne leur a répondu. Exraits de ce questions/réponses.

Marie-Pierre Vedrenne, députée européenne, vice-présidente de la commission du commerce international du Parlement européen.

Qui êtes-vous ? Quel est votre parcours ?

Marie-Pierre Le Vedrenne. Je suis députée européenne MoDem et membre du groupe Renaissance au Parlement européen et vice-présidente de la commission du commerce international du Parlement européen. A la base, rien ne me prédisposait à faire de la politique, je n’avais d’ailleurs pas de mandat... Je suis juriste de formation. Une formation qui m’apporte encore aujourd’hui beaucoup : rigueur, connaissance et compréhension des textes et des lois, maîtrise de la communication... J’ai ensuite évolué, jusqu’à devenir directrice de la Maison de l’Europe à Rennes. De plus, les valeurs de l’Europe : paix, liberté, mobilité... me sont chères. Certes, l’Europe n’est pas parfaite, mais elle n’est pas responsable de tous les maux et si on souhaite faire bouger les lignes, il faut s’engager. Comme, j’aime à dire "le pouvoir ça se prend". C’est ainsi que je me suis présentée aux élections européennes de 2019. Un choix professionnel lourd de responsabilités. Je sais qu’un jour viendra où ma fille me dira "maman tu étais absente quand j’étais petite". Mais si on veut faire avancer les choses il faut travailler dur.

Quel rôle joue votre commission ?

M-P.V. La commission parlementaire du commerce international (INTA) est compétente pour les questions ayant trait à la définition et à la mise en œuvre de la politique commerciale commune de l’Union et de ses relations économiques extérieures. La Commission créée en 2004, est une des commissions parlementaires les plus récentes et parmi les plus actives. Elle a pour objectif d’examiner les accords commerciaux négociés par la commission, dont ceux en lien avec l’agriculture. Nous devons agir pour que l’agriculture ne soit jamais une monnaie d’échange. Souvent les Français, nous sommes perçus comme des protectionnistes, or pour moi, être protectionniste c’est aller contre les autres. Nous, nous essayons simplement de défendre nos droits et ceux des États membres de manière juste.

Quelle est la stratégie du Parlement sur l’accord UE-Mercosur ?

M-P.V. Concernant l’accord UE-Mercosur, il y a pas une mais plusieurs stratégies. Les Espagnols, les Italiens et les Portugais, y sont favorables, cela est notamment dû à leur histoire. Alors que la France est contre, dans l’état actuel des choses. Mais nous sommes très contents car grâce à notre mobilisation, le Parlement vient pour la première fois en octobre dernier d’adopter la position que défend la France. Un amendement stipule dorénavant que le Parlement européen ne peut pas ratifier en l’état l’accord UE-Mercosur en raison de la politique menée par le président du Brésil, contraire aux engagements de l’accord de Paris et favorisant la déforestation ( …). Véritable changement de dogme au Parlement européen, qui ne souhaite pas se satisfaire d’un simple ajout d’un protocole additionnel. Je souhaite maintenant savoir quels moyens et quels leviers nous disposerons pour vérifier si les accords pris seront respectés.

Sur le Brexit, où en sommes-nous ?

M-P.V. Nous sommes déçus que les Anglais sortent de l’Europe, ils sortent par exemple du programme Erasmus, c’est vraiment dommage… Dès lors qu’il y a des fermetures de frontières, cela a un impact sur les échanges commerciaux. Ils tentent actuellement de conclure de nouveaux accords. Concernant l’agriculture et plus particulièrement la pêche, nous devons être vigilants pour s’assurer d’une concurrence juste et loyale entre les deux parties. Des clarifications sont encore en cours.

Et la PAC ?

M-P.V. Je ne vous apprends rien, la PAC à sa création avait pour objectif de nourrir l’Europe, mais le contexte a évolué et la PAC de ce fait, aussi. Il y a un changement de dogme qui est en train de s’opérer, renforcé par le choc du Covid. L’UE porte aujourd’hui des ambitions fortes comme celles du Greendeal... mais il faut maintenant des leviers d’actions pour être à la hauteur de ces ambitions. La PAC est donc en cours d’écriture.

Un message à passer aux jeunes ?

M-P.V. Comme je le disais au début, le pouvoir ça se prend. Ça sera à vous demain de prendre la parole et de faire entendre la voix des agriculteurs. Comme par exemple concernant la question du bien-être animal, il faut expliquer votre métier, avancer collectivement pour faire évoluer les choses dans le bon sens.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Une démarche RSE comme moteur du changement ?
Une démarche RSE peut elle être un moteur du changement ? C’est le pari que veut faire le Crédit Agricole des Côtes d’Armor qui a…
La filière porcine en plein doute
Dans une lettre ouverte à Julien Denormandie, la première coopérative porcine de France explique son projet de quitter ATM (le…
Locus Solus, la petite maison d’édition qui monte...
Créée il y a maintenant neuf ans, Locus Solus se fait peu à peu sa place dans le monde de l’édition, à raison de 40 à 45 ouvrages…
Les agriculteurs mettent ‡ l'honneur le Tour de France et leur territoire
C'est un événement majeur pour tous les territoires qu'il traverse. Et cette année la Bretagne a été gâtée en accueillant même le…
Des moissons compliquées par une météo pluvieuse
Depuis le 14 juillet le beau temps était reparti permettant aux moissons de démarrer enfin après un épisode pluvieux record. Sur…
Se lancer dans l’inconnu oui mais... avec des partenaires que l’on connaît bien !
Installés depuis quatre ans, Myriam et Vincent Labbé, ont repris deux élevages sur la commune de Plenée-Jugon (22). Leur objectif…
Publicité