Aller au contenu principal

Chambre d’agriculture : les élus échangent avec parlementaires et maires

Tous les ans, la chambre d’agriculture propose un moment d’échanges aux parlementaires, députés et sénateurs, ainsi qu’aux élus du conseil départemental et aux maires. Organisé le 8 novembre dernier, le rendez-vous a fait le point sur une conjoncture marquée par une forte hausse des charges. Et rappelé que la vocation des exploitations était d’abord alimentaire, l’énergie venant en complément.=

De gauche à droite : Sophie Jézéquel, vice-présidente de la chambre d’agriculture, Jean-Hervé Caugant, président, Thierry Marchal, secrétaire, et Michel Inisan, membre du Bureau.

"Pour cause de Covid, notre réunion annuelle avec députés, sénateurs, maires et conseillers départementaux a pris un peu de retard", indique Jean-Hervé Caugant, le président de la chambre d’agriculture. Un rendez-vous que les élus jugent important. "Les parlementaires écrivent les lois, les amendent et les votent. Nous voulons apporter notre contribution. Et avec les maires, nous partageons le même territoire et l’envie de le faire vivre".

Le 8 novembre dernier, la rencontre a duré 3h30, tant les échanges ont été riches. Et déjà un nouveau rendez-vous a été programmé au mois de février prochain, tous les sujets n’ayant pu être abordés. "On évoquera la qualité de l’eau. Et l’urbanisme, sous l’optique de la protection du foncier agricole mais aussi du logement des saisonniers, qui devient un vrai problème en zone côtière".

Des charges en hausse

Lundi dernier, les élus de la chambre d’agriculture ont commencé par évoquer la conjoncture. "Quelles que soient les productions, le constat est le même : les charges augmentent. Et le découragement gagne les campagnes, car la rémunération des agriculteurs n’est pas suffisante", explique Sophie Jézéquel, vice-présidente de la chambre d’agriculture. Une situation que les agriculteurs vivent mal. "C’est l’effet boomerang, image Jean-Hervé Caugant. Pendant le confinement, nous avons répondu présent et les étals ont continué à être achalandés. Et nous subissons maintenant des hausses de charges, énergie, fret, métaux…, liés à la reprise d’activité post-Covid sans qu’il nous soit possible de revaloriser les prix à la production".

Le président de la chambre d’agriculture ne cache pas son inquiétude. "Dans les 10 ans à venir, 50 % des agriculteurs vont partir en retraite. En cas de difficultés en élevage, le paysage agricole peut s’en retrouver profondément bouleversé". Et d’inciter les parlementaires à prendre la mesure de ce qui se joue. "Il en va de la souveraineté alimentaire de la France".

Passer des paroles aux actes

"Pendant le Covid, on nous a martelé que l’agriculture était un secteur stratégique, rappelle Thierry Marchal, secrétaire de la chambre d’agriculture. Il faut maintenant passer des paroles aux actes : comme les autres secteurs d’activité, l’agriculture doit obtenir des aides. Ou une augmentation de ses prix, ce qui provoquera une hausse du panier de la ménagère".

La présidence française de l’Union européenne, au premier semestre 2022, est aussi une chance à saisir. "Il faudra en profiter pour mettre un terme aux distorsions de concurrence, qu’elles soient sociales, environnementales, réglementaires…", affirme Sophie Jézéquel.

Concurrence ou complémentarité ?

La rencontre avec les parlementaires a aussi été l’occasion de faire le point sur l’énergie. "Face à la diminution de leur rémunération, certains agriculteurs se sont lancés dans le tourisme, la bio ou les circuits courts, indique Jean-Hervé Caugant. D’autres sont devenus producteurs d’énergie, qu’il s’agisse de photovoltaïque ou de méthanisation". Au risque de rentrer en concurrence avec la production alimentaire ? "L’énergie doit rester un complément à la production agricole", plaide le président de la chambre d’agriculture. "Sinon, ça voudra dire que nos gouvernants n’ont pas su rendre l’agriculture attractive, rajoute Thierry Marchal. S’il s’agit d’un secteur stratégique, qu’on s’en donne les moyens, qu’on nous soutienne".

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Arrêt de la castration à vif : le ministre présente son plan d'action
Vendredi 19 novembre, Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, s'est rendu dans les Côtes-d’Armor, aux…
Le Finistère à l’honneur des Trophées de l’agro-écologie
Le ministère de l’Agriculture et de l'Alimentation, avec le soutien du Crédit Agricole, organise chaque année les Trophées de l’…
Mettre à profit la biodiversité pour contrôler les ravageurs
La biodiversité est souvent considérée comme une notion abstraite à l’usage des naturalistes. Avec l’avancée des connaissances,…
Trop c’est trop

Alors que l’on nous parle de souveraineté alimentaire et de transmission-installation,force est de constater que la…

Égalité dans les territoires ruraux : mais où sont les femmes !
"Femmes et ruralité : en finir avec les zones blanches de l’égalité", tel est le titre du rapport d’information que vient de…
Prophylaxie bovine : quid de la nouvelle réglementation ?
La loi de santé animale (LSA) fixe les grands principes de prévention et d’éradication des maladies animales et impose pour la…
Publicité