Aller au contenu principal

Échanges commerciaux de viande de volailles : comparaison Bretagne-France au 3e trimestre 2019

Les importations françaises de viande de volailles reculent légèrement au 3e trimestre 2019, mais restent largement supérieures aux exportations. La priorité de la filière bretonne est également de reconquérir le marché intérieur, tout en préservant un courant d’affaires vers pays tiers, notamment l’Arabie Saoudite.

Priorité de la filière avicole : reconquérir le marché intérieur.

Après le repli du premier semestre, les exportations bretonnes de viandes de volailles se stabilisent au troisième trimestre 2019 par rapport à la même période 2018, pour atteindre 83 millions d’euros. Le statut quo sur un an reflète une évolution contrastée entre les ventes vers pays tiers, à la hausse (+7 %), et celles vers l’Union européenne, en recul (-6 %). La reprise des ventes vers l’Arabie Saoudite (+8 %) explique notamment cette tendance.

Côté Union européenne, le troisième trimestre prolonge les évolutions des trois mois précédents : l’Espagne enregistre la plus forte baisse (-23 %), tandis que le Royaume-Uni confirme son retour aux achats (+36 %). Globalement, l’Union européenne absorbe 49 % des exportations bretonnes contre 51 % vers les pays tiers. Six ans plus tôt, au troisième trimestre 2013, ces pourcentages étaient de seulement 38 % pour l’Union européenne et 62 % vers pays tiers. La filière bretonne a donc engagé un rééquilibrage entre marché européen et pays tiers, tout en préservant un courant d’affaires privilégié vers le Proche et Moyen-Orient.

Au palmarès des destinations, l’Arabie Saoudite confirme sa première place (27 % du total breton), suivie par la Belgique (11 %) puis deux acheteurs aux coude à coude, l’Espagne et l’Allemagne, avec 9 % de parts de marchés chacun. Le Royaume-Uni arrive à la cinquième place (8 % ; +36 %).

Côté importations, les achats bretons de viande de volailles s’élèvent à 23 millions d’euros, un montant largement inférieur aux exportations (83 millions d’euros) qui permet de dégager un solde commercial de 60 millions d’euros, en légère amélioration sur un an. La Pologne est le premier fournisseur de la Bretagne (23 % du total des importations), suivie par les Pays-Bas (21 %).

 

Échanges commerciaux de viande de volailles

Une balance commerciale française très négative, avec les premiers signes d’amélioration ?

À l’inverse, à l’échelle nationale, les importations de viande de volailles sont largement supérieures aux exportations. Au troisième trimestre 2019, la France a importé pour 286 millions de marchandise, dont 98 % en provenance de l’Union européenne (principalement Belgique, Pays-Bas et Pologne). Les exportations s’élèvent à 208 millions d’euros, dont 64 % vers l’Union européenne et 36 % vers les Pays tiers. Au final, la balance commerciale reste très négative (-78 millions d’euros), même si elle donne des signes d’amélioration au troisième trimestre 2019. À confirmer, dans le contexte de priorité à la reconquête du marché intérieur, poursuivie par la filière avicole.

 

À suivre : Chaque trimestre, le service économie-emploi des chambres d'agriculture de Bretagne analyse l’évolution des exportations agricoles et agroalimentaires bretonnes, à partir des données des douanes régionales. Pour en savoir plus, consultez la Revue de l’Observatoire des IAA de Bretagne.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le Finistère à l’honneur des Trophées de l’agro-écologie
Le ministère de l’Agriculture et de l'Alimentation, avec le soutien du Crédit Agricole, organise chaque année les Trophées de l’…
Arrêt de la castration à vif : le ministre présente son plan d'action
Vendredi 19 novembre, Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, s'est rendu dans les Côtes-d’Armor, aux…
Mettre à profit la biodiversité pour contrôler les ravageurs
La biodiversité est souvent considérée comme une notion abstraite à l’usage des naturalistes. Avec l’avancée des connaissances,…
Trop c’est trop

Alors que l’on nous parle de souveraineté alimentaire et de transmission-installation,force est de constater que la…

Égalité dans les territoires ruraux : mais où sont les femmes !
"Femmes et ruralité : en finir avec les zones blanches de l’égalité", tel est le titre du rapport d’information que vient de…
Prophylaxie bovine : quid de la nouvelle réglementation ?
La loi de santé animale (LSA) fixe les grands principes de prévention et d’éradication des maladies animales et impose pour la…
Publicité