Aller au contenu principal

Étiquetage : sept États membres appellent à un système volontaire

Très critiques à l’égard du Nutri-Score jugé simpliste, sept États membres, Italie et République tchèque en tête, ont appelé à la  mise en place d’un système d’étiquetage nutritionnel, volontaire  et non pas obligatoire, harmonisé sur le devant des emballages au sein de l’UE.

À l’occasion du conseil agricole du 21septembre, les délégations italienne et  tchèque, avec le soutien d’un certain nombre d’États membres dont Chypre, la Grèce, la Lettonie, la Roumanie ou encore la Slovénie, ont appelé à la mise en place d’un système d’étiquetage nutritionnel volontaire harmonisé sur le devant des emballages au sein de l’UE. Elles proposent que les États membres décident,  selon leur discrétion, du caractère obligatoire de ce nouveau système d’étiquetage que la Commission européenne envisage de mettre en place dans le cadre de la  stratégie de la "ferme à la table". Ces différentes délégations ont souhaité notamment alerter la Commission sur l’importance de tenir compte des régimes alimentaires typiques (régionaux) de chaque pays ainsi que les lignes directrices nationales en matière de nutrition. Le nouveau système devrait être exhaustif en détaillant le  pourcentage d’énergie, de graisses, de sucres et de sel, expliquent les différentes  délégations. Et de préciser que les codes de couleur (système tel que le Nutri-score) en raison de leur évaluation globale ne se sont pas avérés efficaces afin d’aider les consommateurs à évaluer la qualité/valeur nutritionnelle réelle des aliments.

 

Une tentative d’affaiblir le projet européen

Cet appel à un système d’étiquetage volontaire n’est pas du goût du bureau européen des unions de consommateurs (BEUC) qui a vivement critiqué le 20 septembre cette initiative en expliquant qu’elle tentait d’affaiblir le projet de l’UE de rendre obligatoire l’étiquetage nutritionnel sur le devant des emballages au sein de l’UE. Selon le BEUC, "de nombreuses études scientifiques indépendantes, y compris des essais en situation réelle dans les supermarchés, ont montré que les étiquettes bien conçues qui utilisent un élément d’interprétation tel qu’un code couleur, sont plus efficaces pour aider les consommateurs à acheter des produits alimentaires plus sains". Et d’ajouter qu’"il est essentiel que toute future étiquette nutritionnelle sur le devant de l’emballage soit obligatoire pour tous les produits alimentaires".De son côté, la commissaire à la Santé, Stella Kyriakides, a assuré que la Commission prendra en compte dans ses réflexions les spécificités de certains produits agricoles. Elle a confirmé le lancement prochain d’une évaluation d’impact sur les différents  types d’étiquetage.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Forestiers : comment restaurer le dialogue avec la société ?
Si les citoyens apprécient la forêt, symbole de nature préservée, et le bois matériau, pour se chauffer ou se meubler, ils sont…
Une démarche RSE comme moteur du changement ?
Une démarche RSE peut elle être un moteur du changement ? C’est le pari que veut faire le Crédit Agricole des Côtes d’Armor qui a…
Des moissons compliquées par une météo pluvieuse
Depuis le 14 juillet le beau temps était reparti permettant aux moissons de démarrer enfin après un épisode pluvieux record. Sur…
La filière porcine en plein doute
Dans une lettre ouverte à Julien Denormandie, la première coopérative porcine de France explique son projet de quitter ATM (le…
Locus Solus, la petite maison d’édition qui monte...
Créée il y a maintenant neuf ans, Locus Solus se fait peu à peu sa place dans le monde de l’édition, à raison de 40 à 45 ouvrages…
Se lancer dans l’inconnu oui mais... avec des partenaires que l’on connaît bien !
Installés depuis quatre ans, Myriam et Vincent Labbé, ont repris deux élevages sur la commune de Plenée-Jugon (22). Leur objectif…
Publicité