Aller au contenu principal

Egalim 2 : plus de revenu dès maintenant !

Laurent Kerlir, président de la chambre d’agriculture du Morbihan.

La loi dite Egalim 2 promulguée le 19 octobre 2021 est une avancée supplémentaire dans le rapport de force des négociations commerciales. Elle s’applique à partir du premier novembre 2021. Les premiers décrets d’application sont sortis les 30 et 31 octobre. Les nouveaux dispositifs inscrits devraient apporter plus de régulation et de transparence au profit d’une meilleure rémunération des agriculteurs français, en prenant notamment en compte nos coûts de production.
Elle doit s’appliquer dès maintenant, dans les négociations commerciales en cours qui se terminent le 28 février 2022. La flambée de nos charges - alimentation animale, énergie - doit être absolument prise en compte. Comment pouvons-nous maintenir la motivation des exploitants en place, et vouloir attirer des jeunes exploitants et des salariés, si le revenu des producteurs reste toujours aussi bas au regard de nos responsabilités de chef d’entreprise, des investissements en temps et en capitaux ?
L’unique justification par les GMS du maintien du pouvoir d’achat des Français pour ne pas payer plus cher leurs fournisseurs ne doit pas continuer à maintenir une chape de plomb sur les revenus des exploitants. Différencions bien la majorité de la population qui peut assumer des évolutions du coût de l’alimentation de celui des ménages les plus pauvres et ceux en précarité. Rappelons qu’en moyenne 16 % du budget des ménages est consacré à l’alimentation d’après l’Insee, 14 % pour les 20 % de ménages les plus aisés, soit une part très proche du budget loisirs de ces derniers (11 %). Nous agriculteurs sommes aussi solidaires, comme le montre chaque année le niveau de dons alimentaires via Solaal et les banques alimentaires, pour les plus démunis. Oui en France l’aide alimentaire accompagne 5,5 millions de personnes. Pour les agriculteurs français, il n’est pas concevable que des personnes en situation de vulnérabilité économique et sociale ne puissent pas manger à leur faim.
Il y a d’autres solutions complémentaires à imaginer. C’est la raison pour laquelle la FNSEA pousse à la mise en place d’un chèque alimentaire. Le gouvernement vient bien de mettre en place une indemnité inflation de 100 € pour 38 millions de foyers. Pourquoi ne pas la mettre en place sur une nécessité de vie, l’alimentation ?
La restauration collective est trop dédouanée du revenu des agriculteurs. Le prix matière en restauration collective scolaire, salariés, établissements de santé, doit là aussi prendre en compte le coût de production. Comment s’étonner de la place importante des produits alimentaires importés quand nous voyons les prix pratiqués : par exemple des achats de 250 €/t en lait, des prix matières cantines à 1,5 €/repas… Au-delà des grands discours, passons réellement aux actes dans l’application d’Egalim 2, là où vous avez le pouvoir d’agir mesdames et messieurs les élus des collectivités. Nous pouvons y travailler ensemble, simplement et rapidement.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Arrêt de la castration à vif : le ministre présente son plan d'action
Vendredi 19 novembre, Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, s'est rendu dans les Côtes-d’Armor, aux…
Le Finistère à l’honneur des Trophées de l’agro-écologie
Le ministère de l’Agriculture et de l'Alimentation, avec le soutien du Crédit Agricole, organise chaque année les Trophées de l’…
Mettre à profit la biodiversité pour contrôler les ravageurs
La biodiversité est souvent considérée comme une notion abstraite à l’usage des naturalistes. Avec l’avancée des connaissances,…
Trop c’est trop

Alors que l’on nous parle de souveraineté alimentaire et de transmission-installation,force est de constater que la…

Égalité dans les territoires ruraux : mais où sont les femmes !
"Femmes et ruralité : en finir avec les zones blanches de l’égalité", tel est le titre du rapport d’information que vient de…
Prophylaxie bovine : quid de la nouvelle réglementation ?
La loi de santé animale (LSA) fixe les grands principes de prévention et d’éradication des maladies animales et impose pour la…
Publicité