Aller au contenu principal

Œufs : les éleveurs de la CFA appliquent leur menace de "name and shame"

Estimant qu'une revalorisation du prix des œufs est "indispensable pour la survie des producteurs", la CFA (aviculteurs, FNSEA) a mis à exécution, le 20 janvier, sa menace de "name and shame" : "C’est avec Auchan, Carrefour, Casino et Aldi que cette situation inquiétante pour les éleveurs est la plus difficile", pointe l'association spécialisée dans un communiqué. En pleines négociations annuelles, les producteurs affirment qu'une hausse de 2 ct d'€ par œuf (4 ct d'€ en bio) est "nécessaire pour prendre en charge [la] hausse des coûts de production". L'alimentation animale – qui représente deux tiers du coût de revient d'un œuf – a "subi une augmentation conséquente de 32 % sur les quinze derniers mois", rappelle la CFA. Une hausse répercutée automatiquement aux premiers acheteurs d'œufs (centres de conditionnement et fabricants d'ovoproduits). Ceux-ci "sont aujourd’hui en grande difficulté". Faute de revalorisation, "ils seront dans l’incapacité d’accompagner le prix des œufs payés aux éleveurs, prévient la CFA. Et certains risquent de ne plus pouvoir honorer et/ou reconduire les contrats auprès des producteurs". 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Publicité