Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Secrets de famille : une semaine parisienne pour le pâté d’cochonne

À Châteauneuf du Faou, Secrets de famille s’apprête à participer pour la seconde fois au salon international de l’agriculture. Une formidable vitrine pour la conserverie artisanale qui y présentera son désormais célèbre pâté d’cochonne, décliné depuis en une gamme aux couleurs franches et aux messages humoristiques.

 

"On se l’était promis quand on était petites : on travaillerait ensemble". Les deux sœurs ont tenu parole et le 15 juin prochain, elles fêteront les 15 ans de leur entreprise, joliment baptisée Secrets de famille. Meilleure apprentie de France en charcuterie pour l’une, BTS action co’ pour l’autre, elles ont uni leurs compétences et leurs envies et ouvert une conserverie artisanale. "D’abord en louant quelques jours par mois les locaux du lycée Agrotech à Lesneven", se souvient Sandra Kerloc’h. Puis en déménageant à Châteauneuf du Faou en 2006, où elles louent un local à la communauté de communes avant de l’acheter puis de l’agrandir. "Et on prépare la seconde extension".

 

Des plats préparés aux verrines

Que de chemin parcouru en 15 ans ! "Une étude de marché nous avait indiqué que les épiceries fines cherchaient des plats préparés". C’est d’abord par là que les sœurs commencent, avant de se lancer dans les rillettes, d’explorer l’univers du foie gras, du poulet et du canard, des tartinables de légumes… Et même d’imaginer une gamme de desserts individuels en verrine : riz au lait aux saveurs surprenantes, crème caramel… "Aujourd’hui, nous proposons une soixantaine de recettes à notre marque. Nous travaillons aussi à façon. Et on s’apprête à embaucher notre dixième salarié".

 

SIA 2020

Bientôt du bio

La prochaine étape ? "Sans doute le bio, confie Sandra Kerloc’h. Mais avec nos 60 recettes et nos 260 ingrédients, c’est compliqué". Les deux sœurs ont donc décidé d’y aller pas à pas. "On va commencer par une ou deux recettes. Et on verra bien". Jamais à court d’idées, elles ont aussi envie de proposer leurs tartinables aux traiteurs.  "Pour leur simplifier le travail, pourquoi ne pas imaginer une poche à douille remplie, qu’ils n’auraient qu’à ouvrir pour préparer facilement toasts ou canapés ?"

Aidée de son stagiaire Melen, en seconde année de BTS technico-commercial, elle veut aussi surfer sur la vague des planches apéritives. "Nous allons démarcher bars et restaurants et leur proposer une planche à nos couleurs, prévue pour accueillir notre boîte de pâté".

 

Un seul produit

"En 2014, pour notre première participation au concours général agricole, on a gagné une médaille de bronze". Présentes sur le stand de Bretagne, les deux sœurs en gardent un souvenir… épuisé ! "Nous avions fait le déplacement avec toute notre gamme, 40 recettes à l’époque, qu’il a fallu faire découvrir, déguster…pendant 10 jours !" Pour leurs seconde participation, elles se sont organisées différemment. "Notre équipe s’est étoffée, nous ne serons donc pas présentes tout au long du salon. Et nous avons ciblé un seul produit".

C’est avec leur désormais célèbre pâté d’cochonne qu’elles feront le déplacement. "Ce produit est né un peu par hasard, se souvient Sandra Kerloc’h. Nous cherchions quelque chose pour fêter les 10 ans de l’entreprise". Et c’est ainsi qu’est né le pâté avec filets et jambons, sa boîte rose girly et son nom qui n’a laissé personne indifférent. "C’est notre graphiste qui en a eu l’idée". Une fois le projet bouclé, les deux sœurs hésitent un peu. "Le produit est né d’une boutade. Mais il fallait commander 50 000 boîtes, ce qui faisait une belle somme". Elles décident finalement de se lancer. Et c’est aussitôt un succès ! "Les consommateurs l’emmenaient avec eux en vacances. Et nous avons reçu des photos de notre boîte un peu partout dans le monde". Vendu en GMS, il cartonne aussi en épiceries fines. Le décliner ? "La recette à base de filets et jambons ne s’y prête pas vraiment". Elles imaginent donc de nouveaux messages, pâté pas sans moi, 1,2,3 … pâté, la tête dans l’pâté et pâté de copains, parent leurs boîtes de couleurs flashy et de cochons délirants, pour des ventes à l’unité ou en coffrets. Et s’apprêtent à les faire découvrir aux Parisiens.

 

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Dégâts de choucas : une nouvelle organisation dans les Côtes d’Armor
La population de cette espèce protégée augmente inexorablement depuis plus de dix ans dans le département. En 2019, la profession…
À Pleyber-Christ (29), Une salle de traite qui limite les contraintes
âgés de 50 ans, Gisèle et Bruno Kérébel ont profité du changement de leur salle de traite pour imaginer une installation qui leur…
La filière méthanisation  sur une ligne de crête difficile
Plus de 1 300 unités de méthanisation seraient en projet, pour 900 actuellement en fonctionnement, selon le ministère de la…
Ouverture d'une enquête suite à une surmortalité piscicole liée aux épandages
Ces dernières semaines, plusieurs cas de pollutions de cours d'eaux ont été relatés dans la presse, notamment en Ille-et-Vilaine…
En 2020, le manque de nourriture risque de tuer bien plus que le coronavirus

Le directeur du programme alimentaire des Nations Unies vient de tirer la sonnette d’alarme face à la "pandémie de la faim"…

Le Gaec des Chênes préfère  une gestion durable de ses haies
Avec un linéaire de dix-neuf kilomètres de haies, le bien-nommé Gaec des Chênes, à Plougonven (29) a mis en place, il y a des…
Publicité